Accueil » Viva la Francia !

Viva la Francia !

Pour les quatre années à venir, la ligne Orly-Tarbes sera opérée par Volotea, en délégation de service public (DSP). Le syndicat mixte de l’aéroport Tarbes-Lourdes-Pyrénées a préféré la low cost espagnole aux deux compagnies régionales françaises Amelia et Chalair. L’Etat apportera son soutien à cette ligne subventionnée à hauteur de 4,75 millions d’euros par an, sur quatre ans. Le premier ministre est venu, en personne,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

8 commentaires

array(2) { [0]=> int(4415) [1]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Je peux me tromper mais je perçois de l’ironie dans l’écrit de Gil Roy. Mais bon… oui c’est très triste. Les 25% de réduction carbone de Volotéa font rire quand Améla investit dans l’hydrogène… L’Etat français recapitalise Air France mais lui demande de vendre ses créneaux et subventionne ses concourrents… Si ce n’est pas une volonté délibérée de détruire la France, qu’est ce que c’est?

    Répondre
  • par Jean Baptiste Berger

    Entièrement d’accord avec les trois commentaires précédents. (A part peut-être avec la ligne sur Spinetta, dont je pense qu’il a plus subi le démantèlement d’air inter qu’il ne l’a favorisé.)
    Les véritables responsables ėtant Tonton, Seydoux et leur compère intrigant Attali, le premier favorisant le ciel Européen pour être « roi de l’Europe » (un peu comme le petit arriviste d’aujourd’hui) le second faisant « une affaire en or » (en vendant deux fois son prix sa compagnie aux contribuables Français) et le dernier …qu’on ne présente plus ! (A part à le confondre avec son frangin).)
    Sous prétexte de favoriser la libre concurrence au profit des voyageurs, ces trois personnages ont favorisé, à coût de subventions, le développement de compagnies créées pour l’occasion et qu’on continue de financer avec nos impôts tandis que leurs fondateurs (O’Leary et les autres) sont ainsi devenus milliardaires !
    Toute ressemblance avec la magouille Européenne d’EDF pour revendre aux Français « leur » courant cinq fois le prix coûtant étant bien sûr fortuite !
    Et pendant ce temps on fout au chômage des employés Français (j’habite près de Morlaix, je vois la détresse des licenciés de HOP) dont ce sont encore les mêmes contribuables Français qui payent les maigres indemnités !
    Mais si les patrons multi millionnaires de Volotéa, grâce à nos impôts et à nos sites touristiques, peuvent ainsi se draper dans leur bel habit vert d’exemple Euro-écologique, alors tout va bien, ne changeons pas la recette de Tonton, les Français qui réduisent leur chauffage en hiver parce qu’ils ne peuvent plus le payer apprécieront ! comme les nouveaux chômeurs qui se retrouvent dans la même situation .
    Je suis dégoûté.

    Jean-Baptiste Berger

    Répondre
    • Je me souviens du tollé, des critiques, des anathèmes contre les pilotes d’Air France en grève contre le projet de Juniac de délocaliser Transavia vers des pays moins-disant sociaux, comme le Portugal et la Slovénie.
      Transavia, resté franchouillard, gagne aujourd’hui de l’argent.
      Qui pouvait s’opposer à ce joli coup de Volotea ?

      Répondre
      • par Jean Baptiste Berger

        Ben….l’état Français, déjà, en limitant ses subventions à des sociétés de droit Français…
        donc légitimes à les empocher puisque contribuant à l’emploi et aux cotisations sociales de notre pays !

        Répondre
  • par Jean-Christophe Bacquié

    Cet éditorial me laisse pantois !!!
    Gil Roy tisse des louanges à Volotéa en omettant de préciser que cette compagnie a été condamnée en 2021 par le tribunal correctionnel de Bordeaux pour travail dissimulé et fraude intentionnelle !!
    Personnellement, cela me pose un problème de voir Aerobuzz faire la pub d’une telle entreprise .
    Viva la Francia

    Répondre
  • Quelle honte….. »la force des compagnies aériennes françaises résidait dans leur marché domestique . ».Felicitation à monsieur Spinetta qui,avec la complicité des dirigeants de l’époque , a sabordé la compagnie Air inter pour sauver AF.avec le résultat que l’on sait.Oui,cette compagnie fonctionnait sans subventions et avait transporté 18 millions de Passagers avec des salaires égaux ou supérieures à ceux des compagnies équivalentes .
    Gil,je suis déçu et le mot est faible par votre commentaire dithyrambique sur Volotea .

    Répondre
  • Un symbole de plus de la décrépitude de l’aviation française.
    Ce qu’il manque à l’article ce sont quelques informations sur le statut des personnels et des charges sociales sur l’entreprise.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(4415) [1]=> int(3) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(4415) [1]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.