Accueil » Une carrière dans l’aéronautique avec ou sans Parcoursup

Une carrière dans l’aéronautique avec ou sans Parcoursup

Le nombre de passagers aériens va doubler dans les 20 ans à venir. Il va falloir beaucoup de professionnels de toutes spécialités pour les faire voler. L’aéronautique est un secteur d’avenir qui a de la peine à recruter. Sachez saisir votre chance !

4.09.2018

Le transport aérien et l'industrie aéronautique offrent de multiples opportunités de formation débouchant sur des emplois. © AFMAE

Parcoursup est le symptôme du mal français en matière d’orientation scolaire et professionnels. A croire que les seuls métiers qui font rêver les jeunes et rassurent leurs parents sont prof de gym et psychologue.

La réalité est évidemment un peu plus nuancée que ce raccourci provocateur. Mais une chose est sûre, c’est qu’à côté des filières prises d’assaut par des armées de déçus potentiels, il en existe d’autres qui peinent à recruter alors qu’elles offrent des avenirs professionnels garantis.

Des pilotes et des hôtesses, mais aussi des mécaniciens et des commerciaux

Au risque de se répéter, rappelons que le transport aérien est appelé à doubler d’ici 2036, c’est-à-dire en moins 20 ans. Pour ceux qui baignent dans le milieu aéronautique et pour les habitués d’Aerobuzz, ce n’est évidemment pas un scoop. Plutôt une rengaine. Et pourtant, les centres de formation spécialisés sont loin d’afficher complets. A croire que l’information ne parvient pas à sortir du cercle des initiés…

Tout au plus, le grand public sait vaguement que les compagnies aériennes sont à la recherche de pilotes. Boeing estime que d’ici à 2038, il va falloir 790.000 pilotes professionnels dont 635.000 pour la ligne, 96.000 pour l’aviation d’affaires et 59.000 pour les hélicoptères. Ces estimations recoupent celles d’Airbus qui a décidé de se lancer dans la formation en multipliant les partenariats avec des écoles à travers le monde.

L’industrie aéronautique recrute

Sur la même période, le transport aérien va également avoir besoin de 754.000 techniciens aéronautiques et 890.000 hôtesses et stewards. A cela s’ajoutent également les chiffres des techniciens et ingénieurs de l’industrie aéronautique nécessaires à la construction de 42.730 avions de ligne neufs.

Avec une croissance annuelle du transport aérien de +3,6% et la montée en cadence infernale qu’imposent Airbus et Boeing à l’ensemble de la filière aéronautique, c’est dès aujourd’hui que les entreprises recrutent. Et elles recrutent tous les profils.

Alors si ça coince sur Parcoursup, pourquoi ne pas tenter de se connecter sur le site du CFA des métiers de l’aérien, par exemple, qui propose des contrats d’apprentissage, autrement dit des formations rémunérées qui débouchent sur des embauches ? Il y aussi Aerocampus à Bordeaux, l’IMMA près d’Annecy, Polyaero à Gap, et de plusieurs autres centres à travers la France.

Gil Roy

La formation au cœur du salon ADS Show 2018

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.