Accueil » Airbus et Rolls-Royce renoncent à faire voler l’hybride-électrique e-Fan X

Airbus et Rolls-Royce renoncent à faire voler l’hybride-électrique e-Fan X

En novembre 2019, Airbus avait récupéré l'Avro RJ-100 qui devait servir de support à l'e-Fan X. © Airbus

Le démonstrateur d’avion hybride électrique e-Fan X apparaît comme l’une des premières victimes du Covid-19 dans le domaine de la recherche aéronautique menée par l'industrie. Trois ans après le lancement de ce programme et avant-même le premier vol, Airbus et Rolls-Royce jettent l’éponge.

Dans un ciel financier dégagé, le premier vol d’un démonstrateur hybride de la taille d’un avion de ligne aurait été du plus bel effet… médiatique. Mais vu la taille des cumulonimbus actuels, mieux vaut se contenter des premiers enseignements. L’e-Fan X ne volera pas en 2020 comme annoncé, ni même en 2021. Il ne volera jamais. Pour les industriels qui sont entrés dans une zone d’extrêmes turbulences pour une traversée qui risque d’être longue, il est urgent de resserrer les...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

18 commentaires

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par delmondo patrico

    Pourtant Airbus et Rolls Royce devrait continuer de plus belle ! Vu le nombre d avions « kérosenes » qui vont partir à la casse ! Il auraient utiliser une autre base que l Avro RJ 100 ! .un peu plus petit et beaucoup moins lourd ! Meme position ailes hautes , surtout un TAW au fuselage shape différent ! Et bien sûr hybride mais e/hydrogène ! Vous allez voir tous ceux étrangers qui vont infligth…!

    Répondre
  • Un engouement de debut vers une voie qui paraissait peut etre prometteuse mais qui
    piétine et qui sait si elle aboutira. .L histoire ne compte plus les scientifiques , les chercheurs , les ingénieurs qui se sont engouffres dans l erreur alors que d autres champs d action dans certains cas leurs tendaient peut etre les bras? Etait ce un mal necessaire? On peut philosopher.

    Répondre
  • par Honte a Airbus...

    Detournons l argent public dans des projets avorté au moment de tester le résultat!!
    Le E-fan a traversé la manche quelques jours après un pilote privé avec un Cricri amateur privé d’une valeur de moins de 20k€…
    Apres avoir dépensé 50 ou 70 millions d € du contribuable, abandont du project E-Fan…
    Finalement, Airbus a fait avec des dizaines de millions d euros ce que un privé a fait avec quelques milliers d’euros.
    Grand détournement de l argent public?
    Difficile a contredire…

    Répondre
    • Il faut peut-être comparer ce qui est comparable. D’un coté un cri-cri qui restera unique et dont la motorisation est difficilement transposable à une autre machine, de l’autre un banc d’essai volant dont le but est avant tout d’étudier des hypothèses et des solutions. Que ces deux machines aient traversé la manche est tout à fait anecdotique… L’important est que leurs créateurs respectifs y aient retrouvé leur compte. La com ne doit pas faire oublier les finalités de départ.

      Répondre
    • par Pilotaillon, Européen vigilant

      Honte à qui ?
      – A ceux qui entreprennent, à l’échelle d’une petite équipe à d’une grande entreprise, mais qui ont tous la volonté de bâtir l’offre de demain ? (notre poids économique et nos Jobs)
      – A celui qui obstinément se positionne en observateur souvent à la limite de la jalousie ou de la contrariété ?
      Nous oublions aujourd’hui que la grande masse des utilisateurs du web conscent à passer pour un produit cible, devenir un pouième du pouvoir ultime des sociétés mondiales les plus valorisées de l’époque.
      Connaissant en détail chacun de nos profils, ces sociétés sont devenues les plus influentes, soit au travers de leur poids économique, soit par leur pouvoir d’influence, choix politques compris.
      Et ça ne pose aucun problème à ce spectateur grognon, qui vilipende l’investissement de nos entreprises françaises, qui engloutissent « des milliards » pour se lancer. Par contre nous utilisons « gratuitement » des services qui pompent par ailleurs dans nos porte-monnaies, sans râler ?!?.
      Pour mémoire, ce sont ces mêmes boites qui ont fait la plus value alors que le Covid-19 va faire tomber tant de petites entreprises locales…
      Je vous invite à réfléchir aux vraies causes, au futur que nous voulons et aux sujets de révoltes…
      Honte à …? Permettez-moi de ne pas juger à votre place.

      Répondre
  • Airbus a raison de se montrer prudent pour l’avenir. Personne n’est aujourd’hui capable de dire ce que sera réellement la crise du covid, ni combien de temps elle durera. Tout ce que nous savons aujourd’hui, c’est qu’il n’y a pas de vaccin, pas de médicaments pour le soigner, pas d’immunité de groupe et une probable réinfection. Si les choses restent en l’état, notre mode de vie avec des déplacements mondiaux faciles aura vécu, et les moyens de transport aussi. Mais il reste le travail de recherche effectué, qui lui n’est pas perdu pour un avenir possible mais pas certain. Quand Penaud au 19° siècle a inventé le train d’atterrissage rentrant, l’hélice à pas variable et les volets hypersustentateurs, tout le monde s’en foutait… Mais il avait raison.

    Répondre
  • par Jean-Louis Chollet

    Bravo, Messieurs !
    Vous avez plus de bon sens que les managers, la direction technique et les ingénieurs R&D d’Airbus et cela ne m’étonne pas.
    Le carcan du paradigme de l’énergie verte leur ôte tout discernement et, comme je l’annonçais – pour d’autres raisons – il y a trois ans s’agissant de l’A380, les projets d’avions commerciaux de transport à propulsion hybride finiront dans les rêves d’Icare !
    Certains de vos commentaires sont d’une justesse imparable et le Covid-19, comme pour d’autres projets, à bon dos. Airbus a du mouron à se faire…

    Répondre
  • par Jean-Pierre BOURGEOIS

    Si on veut un monde un peu durable il faut réduire l’activité humaine il n’y a rien d’autre à faire, mais ce serait tellement douloureux qu’on ne fera rien et le business reprendra as usual comme on dit jusqu’au moment où le climat et son changement stoppera tout ça bien plus efficacement que le coronavirus. Quand je vois ce qu’on a fait de l’aviation ça m’horripile, la règle du moins disant lancé par les O’Leary qui au passage coûte tout autant aux contribuables que les cies nationales, ces gens qui partent en vacance à l’autre bout du monde alors qu’ils ne connaissent même pas la richesse de leur pays.. St Ex disait que le monde futur de robot l’épouvantait, il avait sans doute raison.

    Répondre
  • Excellent. Le précédent (É-fan) avait été enterré pareillement et ils avaient gardé les 50M€ de subventions. Pour celui la, combien de subventions ?

    Finalement l’électrique est une affaire rentable. On fait un projet PowerPoint, on touche des subventions et ensuite on trouve un prétexte pour ne pas faire aboutir le projet (dans les cas les plus difficiles, il brûle et le tour est joué).

    Quand est-ce qu’on redescend sur terre et qu’on arrête de gâcher l’argent public ?

    Voler avec un bilan carbone nul ? Les biocarburants font ça très bien. Les bresiliens font voler leurs avions d’épandage (Moteurs piston lycoming) à l’éthanol depuis plus de 20 ans, et moyennant adaptations mineures on peut brûler à peu près n’importe quoi dans un reacteur, de l’huile d’arachide au méthane des déjections porcines…

    Mais c’est moins glamour et ce sera plus difficile d’avoir des subventions pour ça…

    Répondre
    • par Tonton Volant

      « Les biocarburants font ça très bien. Les brésiliens font voler leurs avions d’épandage … »
      Au Brésil, avec un Bolsonaro négationniste sur le climat, l’environnement, le COVID et on en passe, une déforestation sévère pour faire produire de l’huile de palme et autres joyeusetés.

      Répondre
  • Comment l’entrainement d’un alternateur réduit-il la consommation de kérosène de la turbine en conservant la même traction car je suppose qu’il ne s’agit plus d’un réacteur mais d’une hélice carénée qui sera parfois entrainée par un moteur électrique ?

    Répondre
  • Si un projet de recherche européen est abandonnée par les contractants, je pense que les résultats intermédiaires devraient rentrer dans le domaine publique. Et d autant plus qu’ici
    Une part non négligeable des études et développement a été réalisée par les filiales US de Rolls Royce.

    Répondre
  • 2,5 MW font près de 3000 CV , c’ est pour un disons Twin otter , le 1/4 du Bae146 , néanmoins ce dernier était qualifié de meilleur trimoteur en exploitation …!

    Répondre
  • L’histoire a pourtant montré que ceux qui gagnaient les crises étaient ceux qui en profitait pour innover et investir sur la suite…

    Répondre
  • Comme ce virus est pratique…
    7 milliards pour Air France par ici, un projet lourdement financé pour du green-washing par-là et vole le pognon!

    Répondre
    • Exactement. Le Covid 19 est le prétexte idéal pour ranger dans le fond du tiroir des projets onéreux et sans avenir, idéal pour verser des aides démesurées.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.