Accueil » Airbus programme une spectaculaire remontée des cadences de production

Airbus programme une spectaculaire remontée des cadences de production

Airbus a rendu public ses prévisions de cadences de production pour les années à venir. Ce message adressé à ses fournisseurs a réjoui les marchés financiers.

28.05.2021

La production des premiers sous-ensembles du très attendu A321XLR a débuté dans les usines Airbus. © Airbus

Dans un communiqué de presse daté du 27 mai 2021, Airbus affirme qu’il « continue de tabler sur un retour aux niveaux d’avant-crise COVID entre 2023 et 2025 pour le marché des avions commerciaux, sous l’impulsion du segment des monocouloirs. » En conséquence, il invite ses fournisseurs à se tenir prêts à une remontée des cadences de production. En leur dévoilant son planning de production, Airbus entend donner « de la visibilité afin de planifier les investissements nécessaires et de sécuriser les capacités de long terme permettant de garantir les cadences de production, en phase avec les prévisions de reprise. » La capacité de rebond des sous-traitants est cruciale. Le donneur d’ordres bat le rappel, en espérant que le nombre des défaillances sera limité.

« Le secteur de l’aviation commence à se remettre de la crise du COVID-19« , a déclaré Guillaume Faury, CEO d’Airbus. « Ce message adressé à nos fournisseurs donne de la visibilité à l’ensemble de l’écosystème industriel afin de garantir les capacités nécessaires pour être prêt lorsque les conditions du marché l’exigeront. » La filière redoute la fin des aides de l’état qui jusqu’à présent ont permis d’amortir la mise au ralenti de la production. Même si la situation de beaucoup de petites et moyennes entreprises, et même d’entreprises de taille intermédiaire, est précaire actuellement, c’est dans les mois à venir, que l’industrie aéronautique va entrer dans le dur. 2022 est redouté par tous.

Airbus, pour sa part, au premier jour du confinement a mis en œuvre une stratégie volontariste. L’avionneur européen donne l’impression de réussir à garder le contrôle malgré des turbulences sans précédent. Il y a peu, il a annoncé la modernisation, courant mai 2021, sa décision d’implanter une nouvelle chaine d’assemblage final A321 à Toulouse. Ses objectifs de production pour les années à venir sont impressionnants.

Airbus en mode survie

Il confirme une cadence de production moyenne pour la famille A320 de 45 appareils par mois au quatrième trimestre 2021 et demande aux fournisseurs de préparer l’avenir en sécurisant une cadence ferme de 64 d’ici le deuxième trimestre 2023. « En prévision d’une reprise du marché, Airbus demande également à ses fournisseurs de permettre un scénario de cadence 70 d’ici le T1 2024. À plus long terme, Airbus étudie des opportunités de cadences allant jusqu’à 75 avions par mois d’ici à 2025. » Contrairement à Boeing qui a vu son carnet de commandes fondre depuis deux ans, Airbus est parvenu à conserver le sien. Il a en commande près de 7.000 avions dont plus de 6.000 monocouloirs.

Dans le catalogue Airbus, la catégorie « monocouloirs » regroupe non seulement la dynamique famille A320, mais également la prometteuse famille A220. Actuellement les A220-100 et A220-300 sortent des chaines d’assemblage final de Mirabel (Canada) et de Mobile (USA) au rythme de cinq par mois. Airbus confirme une montée à environ six avions par mois début 2022 et envisage également une cadence de production mensuelle de 14 appareils d’ici le milieu de la décennie.

Quant aux gros-porteurs, les objectifs demeurent modestes. Airbus se règle sur une cadence de production moyenne de cinq A350 par mois, ce chiffre devrait passer à six d’ici à l’automne 2022. Pour la famille A330, la production se maintient à une cadence moyenne de deux avions par mois.

De toutes évidences, le message a rassuré les marchés financiers. Le 27 mai 2021, le cours de l’action Airbus a fait un bond de plus de 9% à la Bourse de Paris.

Gil Roy

[Retro 2020] L’industrie à l’épreuve du Covid-19

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

2 commentaires

  • François JOST

    Willie Walsh, le patron de l’association internationale du transport aérien, émet de sérieux doutes concernant l’optimisme d’Airbus, et se veut plus prudent quant aux perspectives d’acquisitions des compagnies aériennes.

    Les prévisionnistes du constructeur européen se sont fourvoyés il y a quelques années. Alors que Boeing anticipait un développement des lignes directes de point à point, desservies par des appareils petits ou moyens, Airbus pariait sur les grand Hubs reliés par des très gros porteurs.
    Il s’en est suivis l’arrêt prématuré de l’A380.
    Paradoxalement, suite aux déboires technico-industriels de Boeing, Airbus s’accommode mieux que sont concurrent de l’évolution du marché, notamment grâce aux capacités d’évolution long courrier de l’A321.
    Les services de prospective d’Airbus sont-ils plus clairvoyant cet fois ? Rendez-vous en 2025.

  • Airbus va brader encore plus ses avions pour en écouler plus au détriment de Boeing, le seul et unique but de l’avionneur européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.