Accueil » Industrie » Une année 2016 complexe pour ATR

int(1)

Une année 2016 complexe pour ATR

En 2016, ATR a enregistré 36 commandes fermes contre 76 un an plus tôt. Au cours de l’année écoulée, malgré un marché chahuté, le constructeur franco-italien a néanmoins atteint son deuxième chiffre d’affaires le plus élevé (1,8 milliard de dollars), et son troisième plus haut niveau de livraisons (80 appareils livrés).

En novembre 2016, la compagnie aérienne mexicaine Aeromar a commandé 6 ATR 72-600 et 2 ATR 42-600 (plus 6 ATR 72-600 en option). © ATR

Les ventes d’avions de ligne se sont brutalement ralenties en 2016. Airbus a vendu 731 appareils contre 1.030 en 2015, et Boeing 668 contre 768. Le segment régional n’échappe pas au coup de frein. Il a été plutôt brutal pour ATR qui a vu ses commandes plus que divisées par deux, avec seulement 36 ventes fermes en 2016 contre 76 en 2015. ATR n’a enregistré que 14 options contre 81. Il s’agit là de la plus mauvaise performance des sept dernières années, autrement dit depuis le début de la décennie qui a été marquée, toutefois, par une envolée spectaculaire de son activité.

ATR AU COURS DE LA DECENNIE 2010

 Années Commandes annuelles Carnet de commandes

Livraisons

Fermes Options
2010 41 39 159 51
2011 157 79 224 54
2012 74 41 221 64
2013 89 106 221 74
2014 160 120 280 83
2015 76 81 260 88
2016 36 14 212 80
© Aerobuzz.fr

Le recul des ventes s’accompagne logiquement d’un ralentissement des livraisons qui demeurent toutefois au plus haut depuis 3 ans. Bien que des clients aient demandé des reports, ATR a en effet livré 80 avions contre 88 en 2015. Le constructeur et ses partenaires engagés dans une complexe montée en cadence ont sans doute profité de ce retournement de conjoncture pour souffler et resserrer quelques boulons !

Au 31 décembre 2016, le carnet de commandes d’ATR totalisait 212 unités, en sensible retrait par rapport aux deux années précédentes : 260 en 2015 et 280 en 2014. Un niveau qui demeure historique pour le constructeur et qui constitue une sécurité pour les années à venir en lui offrant trois années de visibilité.

Du 2 au 13 mai 2016, ATR a organisé une tournée de démonstration en Amérique du nord avec un ATR 72-600. © ATR

En 2017, ATR espère maintenir son carnet de commandes au niveau de fin 2016 ; il affiche ainsi explicitement sa volonté de vendre au moins 80 avions cette année. Compte tenu de la prudence du constructeur franco-italien, on en déduit qu’il y a de gros contrats dans les tuyaux. Les regards se tournent évidemment du côté de l’Iran qui après avoir passé commandes à Airbus et à Boeing, doit maintenant renouveler sa flotte d’avions de transport régional. ATR table également sur l’Amérique du sud où il a remporté de belles victoires commerciales l’année dernière. Et bien évidemment, il ne perd pas de vue le marché chinois.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

2 commentaires

    • Gil Roy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Sur Facebook

Sur Twitter