Accueil » Boeing embarque à son tour à bord du supersonique Aerion

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Boeing embarque à son tour à bord du supersonique Aerion

Après GE et Honeywell, c’est au tour de Boeing de rejoindre le programme d’avion d’affaires supersonique développé par Aerion. Le transport aérien n’a jamais été aussi proche de franchir à nouveau le mur du son.

6.02.2019

Aerion et Boeing annoncent le premier vol de l'avion d'affaires supersonique AS2 en 2023.© Aerion

L’année du cinquantenaire du premier vol de Concorde, Boeing démontre son intérêt pour les vols commerciaux supersoniques en investissant dans le programme AS2 d’Aerion. Alors que l’industrie aéronautique européenne s’apprête à célébrer Concorde avec une pointe de nostalgie, le constructeur américain annonce (6 février 2019) la formation d’un partenariat avec Aerion, présentée comme la « pionnière sur le marché des avions supersoniques de nouvelle génération ».

12 passagers à Mach 1,7

Effectivement, depuis sa création en 2003, Aerion mène des recherches dans le but de développer de nouvelles technologies aérodynamiques plus efficientes pour les avions supersoniques. En 2014, la start up implantée aujourd’hui à Reno (Nevada), a lancé son jet d’affaires AS2 à 12 passagers. En 2018, la société a dévoilé la conception du moteur GE Affinity de l’AS2, qui selon elle « répond aux normes actuelles en matière d’émissions et de bruit ».

Après GE qui prend en charge la problématique cruciale de la motorisation, Boeing a décidé d’investir « significativement » dans Aerion pour accélérer le développement technologique et la conception de l’avion, « ainsi que pour ouvrir le transport aérien supersonique à de nouveaux marchés. » Les conditions de l’accord n’ont pas été dévoilées.

Premier vol Boeing mettra des ressources technologiques, de fabrication et d’essais en vol, ainsi que ses atouts verticaux stratégiques, à la disposition d’Aerion afin d’accompagner le lancement de son avion d’affaires supersonique AS2. L’AS2 est conçu peut atteindre Mach 1,4, soit environ 1.700 km/heure. Capable de voler jusqu’à 70 % plus vite que les jets d’affaires actuellement en service, cet appareil permettra de gagner environ trois heures sur un vol transatlantique tout en atteignant, voire en dépassant, les objectifs de performances environnementales. Le premier vol de cet avion est prévu en 2023.

Depuis 2003, Aerion a suscité beaucoup de réserve, voire de sarcasme. Avec le soutien de partenaires tels que Boeing, mais aussi GE ou encore Honeywell, il ne fait plus de doute que le transport aérien est sur le point de franchir à nouveau le mur du son. Et cette perspective est d’autant plus crédible que les américains mettent les bouchées doubles au sein de l’OACI pour faire évoluer les normes dans le sens de leurs intérêts. Quand l’industrie américaine se mobilise sur un objectif partagé, elle peut s’avérer redoutable.

Gil Roy

 

Airbus relance le projet de supersonique Aerion AS2

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

4 commentaires

  • TGVF

    Ce projet montre bien que le leitmotiv conservateur: « American way of life is not negociable » (G-W. Bush, Rio 1992), inspiré par le lobby industriel US, continue de s’opposer à toute participation officielle des américains aux efforts planétaires pour le climat et plus général, à tout engagement significatif pour le développement durable. Car, c’est bien évident pour tout ingénieur, la vitesse a un coût énergétique important fort peu compatible avec l’efficacité en MJ/km/pax et la réduction de l’empreinte carbone.
    Sur l’autel de l’écologie, les pays européens ont sacrifié la course technologique à la vitesse dans les transports, notamment toute avancée dans le domaine du vol supersonique. Le projet de recherche HISAC pour un supersonique respectueux de l’environnement (https://cordis.europa.eu/project/rcn/75786/brief/fr) , porté par Dassault et comparable au projet AS2 dans ses objectifs, s’est terminé en 2009 et n’a pas eu de suite, précisément pour cette raison.
    Mais peu importe: si l’AS2 est développé, certifié et commercialisé, il se trouvera bien une poignée de milliardaires, y/c des européens, pour s’offrir un tel joujou pour satisfaire leur ego au mépris de l’intérêt général et de l’avenir de leur propre descendance… « Way of life » de qui, au fait?

  • Stormy
    Stormy

    Déjà deux dessins dans l’article, différents l’un de l’autre (M 1.4 ou M1.7, au fait ?)
    Alors comme pour le Sonic Cruiser en 2000, on exprimera des doutes, l’ONERA et d’autres feront des calculs, diront que ce truc-là tel qu’il est présenté ne volera jamais en supersonique, les illettrés des cockpits anglo-saxons vous balanceront « if Boeing say they can do it, you can trust them, they will do it » et puis un jour ça partira sous le tapis….
    « de nouvelles technologies aérodynamiques plus efficientes » – mais oui, mais oui …. sauf que les lois de l’aérodynamique, elles, ne changent pas trop.
    Attendons et voyons.

  • Piéton 06

    Trop bruyant, trop polluant, interdiction de survol du territoire européen, on prépare déjà les banderoles pour aller manifester.

    On rendra à L’Amérique la monnaie de sa pièce.

    • Stormy
      Stormy

      De toutes façons, placés face au mur de l’impossibilité technologique, les américains diront (comme en 2001)  » ah oui mais ces dessins n’étaient qu’un vague projet » ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.