Accueil » Collins Aerospace, des ambitions à l’échelle d’une fusion historique

Collins Aerospace, des ambitions à l’échelle d’une fusion historique

Né, fin 2018, du rapprochement de Rockwell Collins et d’UTC Aerospace Systems, Collins Aerospace pèse désormais 23 Milliards de dollars et couvre tous les besoins de l’industrie aéronautique. Le nouveau groupe mise sur la capacité d’innovation de ses sites européens et en particulier français.

19.03.2019

Les hélices à huit pales composites de l'A400M ont été développées par Ratier-Figeac (Collins Aerospace), un peu après celles pour le C130 Hercules de Lockheed-Martin. © Collins Aerospace

Avec désormais un effectif de 70.000 salariés répartis sur 300 sites à travers le monde, Collins Aerospace fait partie depuis quelques mois du cercle des géants de l’aéronautique. « La fusion des deux groupes permet d’aller vers des systèmes plus avancés, plus intégrés et plus intelligents », affirme Claude Alber Vice President, Europe, Customer and Account Management de Collins Aerospace. « Nous sommes devenus un groupe global ». Un « groupe global » qui compte en Europe et notamment en France des pépites qui se caractérisent par leurs capacités d’innovation.

Le rayonnement mondial de Ratier-Figeac

L’un des plus beaux fleurons du groupe est Ratier-Figeac qu’UTC Aerospace Systems a déposé dans la corbeille de mariée. Sur le marché militaire, l’hélicier français est notamment présent sur les programmes A400M, C295 et ATR. Il a décroché en 2016, le marché de remplacement des hélices des C130 Hercules de l’US Air Force et de l’US Navy.

Une cinquantaine d’appareils ont déjà reçu la nouvelle hélice à 8 pales composites en lieu et place des hélices quadripale métalliques. D’autres tranches sont attendues, alors que les US Coast Guards viennent à leur tour de confier à Ratier-Figeac le retrofit des hélices de leurs C130.

Collins Aerospace à bord des C130H français

Fort de ce savoir-faire et de ces références, l’équipementier français vise la flotte mondiale des C130, et bien évidemment les français dont Collins Aerospace est en train de moderniser l’avionique. « Le premier C130H modernisé a été mis sous tension en décembre 2018 », précise Olivier Pedron, président de la branche avionique française. Le chantier de modernisation des seize avions est réalisé à Toulouse. Le centre a obtenu en janvier 2019 son agrément FRA21J qui lui permet d’intervenir sur les aéronefs militaires français. L’étape suivante sera l’agrément européen.

Un acteur à part entière du marché européen

Bien évidemment Collins Aerospace applaudit des deux mains la volonté de l’Europe, actée par la France, de consacrer 2% du PIB au budget militaire de chaque Etat membre. « Nous nous positionnons sur le SCAF. Nous sommes français, nous sommes européens, nous avons toute vocation à participer », déclare Claude Alber. « Nous sommes déjà sur l’Eurofighter, sur l’A400M, sur le Mirage 2000… Faisant partie du paysage français et européen, nous avons toute légitimité à faire partie des programmes futurs ».

Collins Aerospace est l’un des poids lourds sur le marché de l’avionique. © Collins Aerospace

Collins Aerospace mise sur la capacité d’innovation de l’Europe

Le militaire ne représente qu’un quart du chiffre d’affaires global du groupe dont l’essentiel de l’activité est tournée vers les constructeurs aéronautiques civils et leurs équipementiers. « Les grands enjeux de l’aviation moderne sont la connectivité entre les systèmes. Notre objectif est de proposer des systèmes complets connectés entre eux », résume Claude Alber.

L’addition de compétences complémentaires que représente la fusion de Rockwell Collins et UTCAS est évidemment le moyen d’y parvenir. La capacité de recherche et de développement du nouveau groupe atteint désormais 2,5 milliards de dollars par an.

Gil Roy

 

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.