Accueil » Industrie » L’ONERA et l’École de l’air réussissent le premier vol d’un radar passif aéroporté

L’ONERA et l’École de l’air réussissent le premier vol d’un radar passif aéroporté

L’idée est d’utiliser les signaux de télévision numérique (TNT) pour éviter d’émettre et donc pour repérer sans être détecté. Cette première prometteuse, confirme la position de l’Onera et de la France en pointe de la recherche mondiale sur les radars passifs aéroportés.

Le premier vol d’un radar passif utilisant des signaux de télévision numérique (la TNT) a eu lieu, le 16 octobre dernier, sur la Base Aérienne 701 de Salon-de-Provence. Cette expérimentation fait suite aux premiers essais prometteurs au sol du système complet et qui se sont déroulés au printemps 2015, à l’initiative de l’ONERA et de l’Ecole de l’Air. Ce vol concluant constitue une avancée significative en matière de détection radar militaire.

Le manque de discrétion est en effet le point...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • L’ONERA et l’École de l’air réussissent le premier vol d’un radar passif aéroporté
    Si je salue la prouesse technologique, je m’interroge sur la pertinence de ce genre de radars :
    – dans les zones désertiques
    – sachant que les radars aéroportés, qui sont le maillon faible des chasseurs, n’auront pas droit à ces technologies

    Répondre
  • L’ONERA et l’École de l’air réussissent le premier vol d’un radar passif aéroporté
    Bonjour,
    Le « motoplaneur Busard » est en fait un Stemme S10 de fabrication allemande.
    Bonne journée,

    Répondre
    • L’ONERA et l’École de l’air réussissent le premier vol d’un radar passif aéroporté
      Bien sùr c’est un Stemme, les Français n’ont jamais conçu de biplaces motorisés côte-côte de ce genre. Les Italiens, oui: le Calif de Caproni, motorisé par des réacteurs si ma mémoire est bonne. 50 de finesse également. Ces appareils nécessitent de très longues pistes en dur pour décoller. A Fayence c’est infaisable.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.