Accueil » La dualité de Dassault à l’épreuve de la crise

La dualité de Dassault à l’épreuve de la crise

En 2020, Dassault aviation accuse une baisse de 25% de son chiffre d’affaires (5,5 Md€). L’activité a été soutenue par le programme Rafale. Au final, l’avionneur français affiche un bénéfice de 396 M€ (-51%), une marge nette de 7,2% (-3,9 points) et intensifie ses efforts en R&D en vue des débuts opérationnels du Falcon 6X en 2022 et du lancement d’un nouvel avion d’affaires.

8.03.2021

En 2021, Dassault Aviation prévoit de livrer 25 Rafale et autant de Falcon… Et de dévoiler son nouvel avion d'affaires. © Dassault Aviation

Les rôles sont inversés. Avant que le Rafale décroche ses premiers contrats export, Dassault aviation pouvait compter sur les Falcon. Depuis quelques années, avec une crise que l’aviation d’affaires ne parvient pas à surmonter au niveau mondial, les Falcon se vendent beaucoup plus difficilement. En revanche, le Rafale qui a fait ses preuves, intéresse de plus en plus de nations. Début 2021, la Grèce est devenue le quatrième client export du programme Rafale.

Dassault Aviation - Evolution...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

  • mikeul

    Le carnet de commandes ne tient que par la DÉFENSE FRANCE et une valeur unitaire FALCON élevée ( plus de 7et 8X dans les futurs livraisons)
    Il est peu probable que l état puisse refaire en 2021 ce qu il a fait en 2020 avec du MCO et le std 4. Les contrats Grece et les 12 Rafale France de substitution seront comptabilisés cette année. Seul un rapide succès du 6X et un choix pertinent de créneau pour le futur Falcon peuvent éviter un déclin car les US et Eurofighter vont tout faire pour que du côté Rafale Dassault ne remporté aucun contrat sur les 4 cités. La mono culture Rafale ( source d économie selon l armée ) posera à mon sens un réel problème : a t on besoin d un biréacteur polyvalent pour assurer la police du ciel sur le territoire ? Vite un démonstrateur pour développer un monoreacteur basé sur un nouveau moteur qui pourra également servir à une évolution futur d un gros Rafale F6 sans attendre le SCAF trop problématique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.