Accueil » « La survie d’Airbus est en jeu si nous n’agissons pas maintenant »

« La survie d’Airbus est en jeu si nous n’agissons pas maintenant »

" Nous vivons l'un des plus grands chocs économiques de l'histoire, c’est pourquoi nous devons considérer toutes les options." Guillaume Faury, PDG d'Airbus. © Airbus

Ces mots sont ceux de Guillaume Faury, adressés aux salariés d’Airbus. Le PDG du groupe aérospatial européen prépare ses troupes à des mesures de grande ampleur pour faire face aux conséquences de la crise du Covid-19.

Guillaume Faury a adressé à chacun de 55.000 salariés du groupe Airbus un courrier qui ne laisse aucune ambiguïté sur la crise dans laquelle est entré l’industrie aéronautique et plus encore les conséquences que cela va avoir pour chacun d’eux.

« Les taux de production de nos avions sont maintenant de 30 à 35% inférieurs à nos plans précédents. En d’autres termes, en seulement quelques semaines, nous avons perdu environ un tiers de notre activité. Oui, un tiers. Et,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par ROUVIERE VINCENT

    La doctrine du  » Too big to fail » ne fonctionne plus. Attention à la chute du premier domino… Pas besoin d’être devin, pour comprendre que nous entrons dans une ère de souffrances.

    Répondre
  • Il y a un element a prendre en compte, la concurrence « deloyale » des lessors qui se retrouvent avec un nombres d’avions (dont les loyers sont impayes) sur les bras et qui vont tout faire pour s’en debarrasser a vil prix. Le chiffre de 30% de reduction est maintenant sans le domaine de la fiction.

    Répondre
  • Réseaux d’influences etc, à qui voudra bien lécher les larmes de son ex bienfaiteur et ainsi lui obtenir les milliards désirés pour sa survie.
    Quid des « gueux », des « moins que rien », des PME, des artisants, dont nous sommes issus ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.