Accueil » L’armée des robots du Hangar 245 d’Airbus Hambourg

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

L’armée des robots du Hangar 245 d’Airbus Hambourg
premium

A Hambourg, l’avionneur a dévoilé ce 1er octobre 2019 une nouvelle chaîne d’assemblage « fortement automatisée » pour les structures de fuselage de la famille A320. 20 robots sont à l'oeuvre. Airbus affirme vouloir gagner en efficacité et en qualité sans pour autant remplacer l’homme…

14.10.2019

Bienvenue dans le Hangar 245 de Airbus à Hambourg. Ici sont préassemblés les fuselages de l'A321... par des robots ! © Jérôme Bonnard / Aerobuzz.fr

« Nous entrons dans une nouvel ère pour produire nos avions, celle du numérique. » a déclaré Michael Schoellhorn, Chief Operating Officer d’Airbus. « Cette nouvelle chaîne d’assemblage de structure va favoriser la montée en cadence de la Famille A320. L’utilisation de la robotique nous permet de mettre en place des processus de fabrication plus rapides et plus efficaces, tout en continuant à nous concentrer sur la qualité... » Tous sites confondus, l’avionneur européen vise une production de 60 appareils par mois de la...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et reporte d'images, Jérôme a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger et a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen en 2011. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge et pilote sur ULM multiaxe. Il a rejoint l'équipe rédactionnelle de Aerobuzz.fr en 2018 et consacre la plus grande partie de ses activités au monde aéronautique.

6 commentaires

  • Yves Lorella

    C’est quand même la 4è FAL A320 à Hambourg, et l’an dernier il a fallu embaucher plus 1 500 compagnons pour atteindre les objectifs de livraison car la FAL robotisée n’était pas du tout au top (cf papier de Tom Williams)…

  • Carbet

    Bonjour à tous
    Lu sous le titre :  » Airbus affirme vouloir gagner en efficacité et en qualité sans pour autant remplacer l’homme…  »
    Est ce que cette affirmation peut être référencée  » Fake news  » ? J’ai déjà une petite idée …… !
    Salutations

    • JoJo

      Communication is everything 🙂 a mon avis le nombre d’employé reste, mais le nombre d’employé par avion diminue… un des problèmes majeurs de toute industrie d’aujourd’hui est de trouver du personnel qualifié. Faudrait qu’ils augmentent les salaires… mais voilà, la concurrence étant…

      • Pilotaillon du 21eme siècle

        Aborder le sujet de cette manière me semble pas suffisant car il n’intègre pas la performance globale de l’entreprise qui est évaluée in fine par le marché.
        Le prix de vente est un élément clé car personne ne souhaite payer ses billets d’avion plus cher.
        Aussi les coûts de production autant que d’exploitation sont des points critiques de la qualité des produits.
        Avec le 737 MAX, nous voyons comment les choix technologiques sont déterminant quant à la pérénité de l’entreprise. Choix d’autant plus stratégiques que l’efficacité se révèle dans le temps long, celui des parcours de R&D, avec une part d’incertitudes sur les résultats.
        Les emplois sont dans un premier temps déplacés vers la R&D, puis vers d’autres besoins.
        Désolé c’est pas glamour pour les nostalgiques, le véritable enjeu des entreprises – et de l’emploi – reste la capacité d’adaptation des équipes à la situation, à la montée en compétences…

    • Tonton Volant

      Moi aussi, j’ai ma petite idée … Un robot, contrairement à un ouvrier, ne mange pas, ne dort pas, et ne revendique pas (encore soit peu qu’il ait conscience de sa valeur).
      Ah, si l’on ne compte que la valeur pour l’actionnaire (drôle de nom pour icelui qui n’a fait qu’acheter un bout de papier pour recevoir du fric)

      • Pilotaillon du 21eme siècle

        Un robot n’arrive pas en sifflotant dans l’atelier sur ses petites pattes !
        Il ya du développement et des activités support.
        Par contre l’automatisme est capable de régularité, ce qui n’est pas la moindre des qualités dans l’aéro, où l’erreur coûte cher.

        On peut regarder du côté de la cobotique.
        Cela donne une idée des bénéfices pour l’homme, sa santé et la modernisation des métiers « ingrats ».
        La spécialité s’invite dans le maraîchage par exemple… pour désherber, quand on supprime les phytosanitaires.
        La machine au service de l’homme, plutôt que le fantasme d’un monde dominé par la techno.
        Levons nous de nos fauteuils, pour observer ce vrai monde, celui qui rempli les rayons et qui nous permet d’obtenir le confort issu des indispensables services d’aujourd’hui !
        Et pour fabriquer tout cela il faut du « fric », pour financer en prenant de vrais risques. Entre autre payer des talents, cad. des hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.