Accueil » L’avion expérimental supersonique X-59 de la NASA en assemblage final

L’avion expérimental supersonique X-59 de la NASA en assemblage final

Le X-59 devrait permettre de trouver et valider des solutions aérodynamiques pour atténuer l'onde de choc qui accompagne les vols au-delà de Mach 1. © Lockheed Martin/Garry Tice

Le démonstrateur supersonique de la NASA, le X-59 QueSST, est en cours d'assemblage dans l’usine de Lockheed Martin à Palmdale. L'avion expérimental devrait être achevé avant la fin 2021 pour un premier vol pas avant 2022.

L’avion supersonique expérimental X-59 QueSST (Quiet Supersonic Technology) prend forme dans l’usine de Lockheed Martin à Palmdale, en Californie.

En 2018, l’entreprise a commencé à fabriquer les premiers composants, et l’assemblage final de l’avion devrait être terminé avant la fin 2021. Les techniciens de l’entreprise ont assemblé tous les grands ensembles, de sorte que le X-59 ressemble désormais à un véritable avion.

Dave Richwine, l’ingénieur en chef de la NASA pour le projet de démonstrateur du Low Boom Flight (LBFD), a déclaré...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

13 commentaires

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Le seul vrai progrès pourrait être l’ionisation des bords d’attaque voire de toute l’aile, pour diminuer tout ce qui freine un aeronef ?

    Répondre
  • Quid des Black Program que relatait Ben Rich (Skunk Works – Lockheed Martin) capables de ramener « ET » chez lui ?

    Répondre
  • Beau projet expérimental! la ligne me fait penser à l’espadon de Blake et Mortimer, un peu
    Les américains continuent de travailler sur ce secteur, tandis que les européens, fabricants du seul avion de ligne commercial supersonique fonctionnel, font du rien avec ardeur. C’est triste…

    Répondre
    • Il fût un temps où, chez Dassault (sans parler de tous les autres génies français de l’aéro) les expérimentations allez bon train. Maintenant, il y a quoi ? On entend plus parler du Neuron, le SCAF (comme souvent quand il y a coopération) patauge….
      Comme le préconisait et le vivait avec ses tripes, le Grand Charles, il faut être autonome et rêver loin et haut : « en pointe toujours »

      Répondre
  • Un avion expérimental préliminaire aux jets d’affaire supersoniques assemblé juste après la publication du dernier rapport du GIEC… Je sais, je ne suis qu’un écolo, un « khmer vert », partisan du retour à la lampe à pétrole et au char à bœuf.

    Pourtant, que la téléconférence est belle
    Comment peut-on s’imaginer ?
    Qu’on doivent encore se déplacer
    En polluant pour parader. ( Jean Ferrat 2021)

    Répondre
    • Au vu de vos commentaires, vous devez être le commissaire politique charte de surveiller les dangereuses publications…..
      Ne confondons pas tout!
      Vous semblez être dans le mépris et en plus le cliché sur les utilisateurs d’avions qui sont forcément de riches pollueurs qui se fichent de tout!
      Avez vous entendu parlez d’ouverture d’esprit?
      Ne vous prenez pas pour un croisé, vous ne prenez aucun risque vous!
      En plus vous restez derrière le courageux statut d’anonyme..
      Félicitations.

      Répondre
    • La génération Z dont les parents ont délégué l’éducation au tout écran. Ils veulent un avenir hédoniste sans s’interroger sur la monstrueuse consommation des Data Center ?

      Répondre
      • Vous avez raison pour la debauche d’énergie nécessaires fonctionnement des Datacenter,
        Le Cloud mémorisation de tout, banques de données,fermes de « Bitcoins » des pas étatiste nous amenant au concept premier de IBM et des romans SF un immense ordinateur central planétaire, un système global avec I/A contrôlant tout et chacun . Le roman « 1984 » de Well était un pâle essai dans le genre….

        Répondre
  • Ce démonstrateur est très important pour vérifier la faisabilité opérationnelle d’un avion supersonique à bang très réduit.
    Lui seul peut ouvrir la porte à un avion de transport supersonique qui je l’espère prendra vie dans un avenir proche.
    De tout temps, l’homme a essayé d’aller plus vite, plus haut et plus loin et je souhaite que cela continue à nous faire rêver.
    Adolescent, j’ai vécu avec émotion le premier vol du Concorde et son allure majestueuse lors de son approche de l’aéroport reste gravė dans ma mémoire.
    L’aviation est et reste un domaine où la technologie est en progrès et en plus à abordė depuis longtemps sa transition, quoiqu’en dise certains dont la passion a été pervertie et s’est radicalisėe au point de devenir du terrorisme intellectuel.
    On se croirait revenu , toutes proportions gardées à une époque où l’inquisition devenue verte régnerait
    Gare aux hérétiques…..
    J’espère que beaucoup d’entre eux résisteront!

    Répondre
    • Le progrès, c’est l’aviation électrique ou hydrogénée, appelons cela le « slow flight » par analogie avec le « slow food ».
      Le supersonique est aussi démodé (et néfaste) que le bœuf aux hormones.
      D’autant qu’il ne s’agit pas d’aviation de transport mais d’affaire, permettant aux super-riches de nous cracher dessus comme du pont de leur super yacht.
      Quand aux progrès style « métal hurlant » que vous semblez tant aimer, il restera toujours la recherche militaire pour vous combler.
      Même plus super mais hypersonique (Aurora). Trop la classe !

      Répondre
      • Il y a bien un(e) maire qui a tenté de dire qu’il fallait supprimer les rêves aéronautiques des enfants. Ca n’a pas très bien marché pour elle….

        Répondre
      • Heureusement qu’il nous reste Thomas Pesquet, forcément écolo puisqu’à la mode… forcément… des photos pour « sauver » la planète (qui durera jusqu’à ce que le Soleil devienne une géante rouge), rien que cela, et… 350t de CO² par passager pour accéder à l’Iss !

        Répondre
    • On a déjà tous les résultats depuis 45 ans !
      Les diminutions seront de 25% maximum, les lois de la physique restant immuables, n’en déplaise aux communicants… !
      Mais ce sera un succès, puisqu’américain. Forcément.
      Donc, comme il est très bien écrit à la fin de l’article, c’est juste un prétexte pour donner quelques subventions aux industriels et changer la règlementation… américaine. Qui avait été faite pour empêcher le char à boeufs (puisque pas américain) anglo-français de voler aux États-unis et de se vendre (objectif réussi), et qu’il faut donc annuler aujourd’hui.
      Annulation tentée depuis plus de deux ans auprès de l’OACI, sans succès à cause d’une résistance européenne (curieusement…?)
      Il peut y avoir des progrès, mais à la marge.
      Et l’énergie croissant avec le carré de la vitesse, 2000 km/h = 4x plus d’énergie qu’à 1000 km/h, point.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.