Accueil » Le nouveau propriétaire de CEAPR s’exprime sur ses intentions

Le nouveau propriétaire de CEAPR s’exprime sur ses intentions

Bernard Thiriet qui a acquis la totalité du capital de CEAPR (société détentrice des droits de propriété des avions Robin) en décembre 2008, a accepté de répondre à nos questions. L’échange s’est fait en deux temps par courrier électronique. Bernard Thiriet a en effet souhaité que les questions lui soient posées par écrit, invoquant le « contexte de cette reprise » et son « peu d'expérience dans les interviews ».

9.01.2009

Gil Roy – Comment êtes-vous venu à vous intéresser à Apex ?

Bernard Thiriet – Je connais APEX et Guy Pellissier depuis de nombreuses années. Suite aux événements de ces derniers mois et malgré les difficultés des procédures en-cours, j’ai pensé que je pouvais utilement contribuer au redressement de cette activité et au maintien du savoir-faire accumulé depuis 50 ans en Bourgogne.

Quel est votre rapport avec l’aviation légère ?

Je n’ai pas de connaissance approfondie de l’aviation légère, c’est pourquoi j’ai nommé M Philippe Corne président de la société. Philippe Corne est un ancien cadre dirigeant de chez Dassault qui connaît bien APEX.

Quel est votre projet pour Apex ?

Dans un premier temps relancer la fabrication et fournitures des pièces de rechange, le suivi de la navigabilité et la maintenance

Dans l’hypothèse où vous souhaitez reprendre le suivi de navigabilité et la fourniture de pièces de rechange, comment allez vous faire pour obtenir les agréments de conception et de production sachant que les anciens ingénieurs d’Apex ne sont plus sur le marché de l’emploi ?

Ces agréments sont en cours d’obtention.

Vous n’avez pas répondu à la question concernant les salariés. Combien comptez-vous en embaucher et où allez vous trouver des ingénieurs sachant que les ex-ingénieurs Apex « associés » aux agréments ne sont plus disponibles ?

Des embauches sont déjà faites et nous devrions avoir 10 compagnons et ingénieurs en fin de semaine.

Si l’appel déposé par Guy Pellissier concernant la décision du Tribunal de commerce de faire supporter à CEAPR les indemnités de licenciement des salariés d’Apex n’est pas retenue, comptez-vous néanmoins poursuivre dans votre projet ? Autrement dit, avez vous prévu des clauses suspensives ?

Nous attendons la décision de la cour d’appel.

Quel est votre calendrier ?

Les premières pièces de rechange issues du stock existant devraient pouvoir être expédiées en fin de semaine ou début de semaine prochaine.

Vous parlez de relancer la distribution de pièces détachées d’ici la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine. D’où proviennent ces pièces ? Le stock est gagé et surtout il fait partie de la procédure de liquidation d’Apex. Il n’appartient donc pas à CEAPR. Par ailleurs, pour distribuer des pièces, il faut des JAA-Form 1 que seule une organisation agréée (POA) peut délivrer. Les délais sont trop courts pour que vous l’obteniez. Dans ce contexte maintenez-vous que vous reprendrez la distribution des pièces dans les jours à venir et si oui comment ?

Le stock de pièces de rechange est disponible pour CEAPR, même si des litiges juridiques persistent. Les pièces de ce stock sont dotées des EASA Form-1.

Vous ne parlez pas de relance de la production d’avions neufs. L’envisagez-vous néanmoins ?

Bien sûr que nous l’envisageons, mais comme je vous l’ai indiqué, ceci ne pourra être étudié que dans quelques mois suivant l’évolution du redémarrage, du marché, et aussi de Thielert.

Que vous comptez faire en ce qui concerne les Cap ?

La décision est dans les mains des organismes de la procédure. Nous avons fait une proposition.

Comme l’indiquent vos questions, le redémarrage que nous effectuons n’est pas sans difficulté. Notre objectif est réellement de servir au plus vite les besoins en pièces de rechange et croyez bien que nous y travaillons.

Propos recueillis par Gil Roy, les 6 et 7 janvier 2009

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.