Accueil » Limiter la casse de la filière aéronautique

Limiter la casse de la filière aéronautique
premium

Le gouvernement a dévoilé, le 9 juin 2020, son plan de soutien à la filière aéronautique française. Il apporte sa garantie, anticipe certaines dépenses militaires et concentre ses investissements dans l’innovation avec pour objectif principal d’éviter le plus possible des licenciements. Les quatre grands donneurs d’ordres français sont à la manoeuvre. Que peuvent en attendre les sous-traitants en grande difficulté ?

10.06.2020

Déduction faite des 7 milliards d'euros déjà accordés à Air France, le plan de soutien à la filière industrielle aéronautique est en définitive de 8 Md€, soit autant que pour l'automobile. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Le gouvernement présente un plan d’aide de 15 milliards d’euros dont 7 milliards ont déjà fait l’objet d’une annonce largement diffusée. Il s’agit en effet du prêt direct de l’Etat de 3 milliards d’euros accordé à Air France et de la garantie de l’Etat sur des prêts bancaires pour 4 milliards d’euros. Evitons en conséquence de les compter deux fois…

Le 9 juin 2020, le ministre de l’Economie a donc annoncé le déblocage de 8 milliards,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

  • BERTRAND EBERHARD

    Plan nécessaire mais quelque peu technocratique et « parisien »: on veut surtout sauver notre commerce extérieur et notre compagnie nationale; les autres, comme les sous traitants attendront …les restes.
    Quant aux aéroports, nada! Etrange conception de la chaine économique: on fait un plan pour l’aéronautique et un pour le tourisme mais les aéroports qui sont au milieu sont oubliés!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.