Accueil » Air France prépare l’arrivée de l’Airbus A220

Air France prépare l’arrivée de l’Airbus A220

Le premier Airbus A220 destiné à Air France arbore à l’avant du fuselage l’hippocampe ailé. © Air France

Le premier Airbus A220 destiné à Air France vient de sortir des ateliers de peinture d’Airbus à Mirabel, près de Montréal, où il a été habillé des nouvelles couleurs d’Air France. Il arbore notamment à l’avant du fuselage l’hippocampe ailé, symbole historique de la compagnie incarnant la richesse de son histoire.

Air France recevra fin septembre 2021 le premier des 60 Airbus A220-300 qu’elle a commandés pour remplacer ses Airbus A318 et A319 sur les vols courts et moyen-courriers. A son arrivée, il sera utilisé pendant plus d’un mois pour former les personnels navigants de la compagnie, dont certains ont débuté dès l’été 2020 le processus dit de « qualification de type ».

Comme à chaque entrée en flotte d’un nouveau type d’appareil, Air France a en effet constitué deux « noyaux...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • @JOST
    En accord avec vous sur tous les arguments
    en 1999 ( décembre pour la signature du contrat) il y avait débat entre l A318 et l’A319 dans une version détarée ( déjà présent dans la flotte ) . Airbus a fait une proposition intéressante , AF a accepté . Je pense personnellement que sur le plan du réseau AF n’a pas su ( ou voulu) exploiter le potentiel de l’A318 sur des axes qui auraient pu être des plus :
    le développement de nouvelles escales à petit trafic au départ de Paris ou des bases provinces et
    le rayon d’action un peu plus avantageux permettant d’atteindre de nouvelles destinations .
    les performances au décollage permettant d’aller à London city( voir BA)
    mais ceci est affaire de développement commercial et hormis quelques projets ( A319 dedicate) AF a souvent eu des hauts et des bas en la matière.
    L’A220 est définitivement le bon choix mais il ne fait pas travailler les français à la différence de ces prédécesseurs tant au niveau cellule , moteur et avionique.

    Répondre
  • Belle avion se Cseries, le savoir faire de ses Canadiens est imbattable !

    Répondre
  • Les A 318 et 319 sont ils encore construits ? ils valaient bien les A 220.

    Répondre
    • L’a318 non plus très pertinent pour les compagnies. Le 319neo oui toujours. Mais apparemment il est moin avantageux que A220-300 pour airfrance.

      Répondre
    • L’A318 et A319 transportent en gros le même nombre de passagers, sur les mêmes lignes.
      Hors, ces avions sont bien plus gros (en volume) que le A220. Ils sont donc moins efficaces dans tous les sens du terme. Plus gros fuselages, plus gros moteurs, plus lourds, donc consommant plus, etc….

      Répondre
    • Comme l’écrit Jean-Mi, l’A318 et 319 sont extrapolés de l’A320, qui est plus gros.
      Ils ne sont donc pas optimisés pour cette taille.
      Ils ont un intérêt pour une compagnie qui possède déjà une flotte d’A320, qui a besoin d’acquérir un petit nombre d’appareils de la taille en dessous, et qui souhaite conserver une uniformité d’une partie des pièces et des qualifs pilotes, afin de conserver une souplesse de gestion et d’effectuer quelques économies d’échelle.
      A l’époque de Bombardier et de ses déboires financiers, il y avait également une méfiance des clients quant à la pérennité du programme.

      Et comme l’écrit Enzo, l’A318 n’est plus produit faute de clients, la demande pour la famille A320 se déplaçant progressivement vers ses membres les plus gros.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.