Accueil » Boeing remotorise son 737, en réponse à l’A320neo d’Airbus

Boeing remotorise son 737, en réponse à l’A320neo d’Airbus

Le conseil d’administration de Boeing a approuvé le lancement d’une version remotorisée du 737. Le futur 737 Max, dont l’entrée en service est prévue en 2017, sera équipé d'une évolution du moteur Leap-1B de CFM International.

30.08.2011

Boeing ne pouvait pas faire autrement. Airbus a dégainé le premier en annonçant le programme « neo » destiné à optimiser son A320. Boeing riposte avec une nouvelle version de son 737. Comme pour l’avion européen, l’innovation porte sur une nouvelle motorisation. Alors qu’Airbus offre une alternative en proposant à la fois le Leap-X de CFM International et le PurePower PW1100G de Pratt&Whitney , Boeing a opté pour une version optimisée du Leap-1B de CFM International. Le constructeur américain affirme que la consommation de kérosène du futur 737 Max sera inférieure de 16 % à celle de l’actuel A320 et de 4 % à celle de l’A320neo.

Le futur 737 doit entrer en service en 2017, soit un an après l’A320neo. Boeing a déjà enregistré 496 engagements d’achat de la part de cinq compagnies aériennes. Le constructeur américain a nommé Bob Feldmann au poste de vice-président et directeur général de la nouvelle famille de 737 remotorisés. Michael Teal a pour sa part été nommé au poste de vice-président, ingénieur en chef du projet et directeur adjoint de ce programme.

Dans une récente étude prospective, Boeing a estimé la demande mondiale sur le marché des mono-couloirs que se partagent le 737 et l’A320, à plus de 23.000 appareils au cours des vingt prochaines années, pour une valeur totale approchant les 2 000 milliards de dollars. Le futur 737 Max comme le futur A320neo vont permettre de répondre à cette demande tout en limitant les investissements. Les marges confortables que devraient en tirer les deux constructeurs devraient, en toute logique, leur permettre de concevoir, le monocouloir du futur qui ne devra plus simplement se contenter d’un gain de productivité de 16%, mais constituer une véritable rupture technologique.

Gil Roy

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

  • rouletabille

    Boeing remotorise son 737, en réponse à l’A320neo d’Airbus
    si ce type de réacteurs avale les poulets ( les vrais ) cela semble peu probable pour les pièces métalliques diverses er variées que l’on rencontre de temps en temps. sur les pistes.
    en plus d’un bon réacteurs sur un bon avion, ce serait aussi une bonne balayeuse, mais cela risque de poser problème pour le potentiel !

  • popoaviateur
    popoaviateur

    Boeing remotorise son 737, en réponse à l’A320neo d’Airbus
    Comment font-ils pour le train trop bas pour le Leap X, ce qui était déjà le cas avec les CFM aux formes différentes et aplaties….

  • Christian

    Boeing remotorise son 737, en réponse à l’A320neo d’Airbus
    Ou comment faire passer un moteur toujours plus gros sous l’aile d’un avion toujours aussi bas sur pattes tout en continuant à passer les tests d’ingestion d’eau et de sable au roulage.
    La difficulté est à la hauteur de l’enjeu commercial !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.