Accueil » Crash du vol LMI 2933 : le scénario reconstitué

Crash du vol LMI 2933 : le scénario reconstitué
premium

Le soir du 28 novembre 2016, le vol LMI 2933 de la compagnie Lamia Bolivia et deux autres vols étaient prévus pour une arrivée à Medellin. A cet instant, un quatrième vol demande à s'y dérouter, invoquant un problème d'indication de niveau de carburant. Alors qu'il gérait ces quatre arrivées (dont deux en situation de difficultés techniques), le contrôle aérien de Medellin a perdu le contact avec le quadriréacteur RJ85 de Lamia ; le pilote venait de se déclarer en panne totale de carburant et d'électricité.  Sans oublier la dimension humaine de cette tragédie, nous avons voulu essayer de reconstituer pour vous l'enchainement des évènements et circonstances qui ont conduit au crash du vol LMI 2933.

4.12.2016

L'épave du quadriréacteur de l'Avro RJ-85 de la compagnie bolivienne Lamia. Le bilan de l'accident qui s'est produit le 28 novembre 2016 en approche de Medellin (Colombie) est de 71 morts et 6 blessés. © Aeronautica Civil

Le récit ci-dessous ne prétend pas constituer une investigation, pas plus qu'il n'analyse ou porte un jugement sur l'ensemble des faits et des actions des divers acteurs. Il ne prétend pas non plus être parfaitement précis et complet ; notre but étant simplement de présenter les faits connus à ce jour dans une perspective dynamique et opérationnelle. Les remarques et interrogations entre parenthèses ( ... ? ) indiquent les aspects que nous n'avons pu clarifier ou interpréter. Le trafic Le soir du 28...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Michel Trémaud

chez Aerobuzz.fr
Michel Trémaud a débuté sa carrière au Bureau Veritas, l'a poursuivie à Air Martinique et Aerotour, avant de rejoindre Airbus pour une carrière de près de 30 ans, consacrée principalement aux opérations en vol, essais de développement / certification et sécurité des vols. Dans ces fonctions, il a contribué à de nombreux projets pilotés par l'OACI, IATA, la Flight Safety Foundation et Eurocontrol. Ingénieur et pilote de ligne de formation académique initiale, il est pilote privé ( avion / planeur / ULM ) ... et également formé sur A310/A300-600.

6 commentaires

  • patrouille
    patrouille

    Il semblerait qu’une employé aéroportuaire Bolivienne de Santa Cruz avait essayé de dissuader le CDB faire le vol d’une traite vers la Colombie, sans escale pour re-fueler. Elle se dit menacée pour avoir fait état de ce fait (… suite au crash) et c’est réfugiée au Brésil. http://www.wsj.com/articles/bolivian-airport-official-flees-to-brazil-seeks-asylum-after-plane-crash-1481034678?mod=e2fb

    • Porco Rosso

      A vrai dire, Patrouille, pour y avoir travaille dans ce pays, ca ne m etonne pas vraiment.
      Je pense que le pilote etait pleinement conscient des le depart que c etait « juste »..
      Il avait informe de possibles escales, qu il n a pas faites, pensant pouvoir y arriver..
      Comme d autres que j ai connus la bas, il a passe les limites avec des passagers..
      Depassement de charge, depassement d autonomie, c est frequent la bas, helas.
      Si cette employee fait couler la boite par son temoignage, elle risque pour sa vie oui.
      L argent dans ces pays , a souvent bien plus de pouvoir que du cote de chez nous..

      • chorus2a@gmail.com

        « L argent dans ces pays , a souvent bien plus de pouvoir que du cote de chez nous.. »
        J’aimerais vous croire.

      • Porco Rosso

        Chorus, je me suis mal exprime, je voulais dire que la bas ca se passe a un bien plus petit niveau et de maniere bien plus radicale..Si vous voyez ce que je veux dire..
        Sinon, bien sur que le pouvoir et l argent dirige ce monde, c est une evidence helas.

  • Porco Rosso

    D apres les medias Colombiens et Argentins,
    Le Plan de Vol Indiquait une duree de vol de 4h22 pour une autonomie de 4h22..
    Le commandant de bord savait (a priori) qu il n avait pas le combustible reglementairement necessaire avec la securite des 45 min et du degagement.
    Ce qui expliquerait pourquoi il n aurait jamais declare sa situation d urgence en annoncant un « Mayday » , il informe simplement d un probleme de combustible qu en rapprochement, en se sachant numero deux derriere un autre vol..
    Il annonce alors brievement une panne electrique totale et etre sans combustible..
    Puis il demande « des caps, des caps » a la tour, celle ci lui donne un cap 350 pour une distance de 13km par rapport a la piste..
    L aeroport de Medellin Cordova est sur un plateau de 6000 ft entoure de montagnes.
    Apparemment il a percute le haut d une colline vers 8000ft.
    Le pilote etait l un des patrons et actionaires de la compagnie, et le copilote etait une tres jolie jeune femme (ancienne top modele), devenue recemment pilote.
    Ce qui est sur, c est qu il y a eu toute une sur-mediatisation autour de ce vol au depart de Santa Cruz, surement a des fins promotionelles pour la jeune compagnie.
    Et comme on le sait tous bien, la rentabilite et la productivite sont les pires enemis de la securite dans ce metier… Rip

  • shiualilapa

    Video tres emouvante qui laisse malheureusement plus de questions que de reponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.