Accueil » Notre-Dame-Des-Landes à l’épreuve de la présidentielle

Notre-Dame-Des-Landes à l’épreuve de la présidentielle

Les candidats à l’élection présidentielle ne voudraient-ils surtout pas prendre de risque. Nous les avons interrogés sur le dossier du futur aéroport du grand ouest et aucun n’a voulu se mouiller. A croire qu’ils se disent qu’il vaut mieux perdre des points de cote de popularité une fois élu, plutôt que de repousser des électeurs potentiels.

10.04.2017

Lancer la construction de l'aéroport du Grand Ouest, Notre-Dame-des-Landes, ou repense l'actuelle plate-forme aéroportuaire nantaise ? © Vinci Airports

À ce jour, le chantier pour le nouvel aéroport de Notre-Dame-Des-Landes n’est toujours pas lancé, mais reste encore d’actualité. Les débats, recours, arrêts et reports ont eu raison des résultats de la consultation, favorable au lancement de la construction. Au programme donc des élections présidentielles de 2012 et donc, toujours d’actualité, 5 ans plus tard, pour les élections présidentielles de 2017.

2012-2017 : Un quinquennat pour rien

En 2012, le président nouvellement élu s’était engagé à ce que la construction ne se fasse qu’une fois tous les recours juridiques possibles soient clos. Ces rapports de forces politiques n’ont donc pas permis de faire aboutir le projet, dans un sens ou dans l’autre, dans cette période, et il semble que la prochaine ou le prochain président ait encore à faire face à cette vive contestation.

Ainsi, nous avons souhaité faire un tour d’horizon des positions de l’ensemble des candidats et candidates à l’élection sur la construction de cette infrastructure. Malheureusement, contactés par mail et téléphone, et malgré de nombreux efforts et sollicitations de notre part, aucune équipe de campagne n’a pris le temps de répondre à nos questions. C’est donc sur la base de leur programme ou de déclarations publiques que nous avons pu retracer l’ensemble des positions de chacun et chacune.

La parole au « peuple »

Ainsi, la plupart des candidats se déclarent opposés à la construction du nouvel aéroport, et ces positions dépassent largement le clivage traditionnel gauche – droite. Néanmoins, certains candidats sont prêts à mettre de côté leur avis, en redonnant la parole au « peuple », notamment aux citoyens et citoyennes directement concernés par ce projet. C’est notamment le cas d’Emmanuel Macron, qui a fait évoluer son discours sur le sujet. Dans un premier temps défavorable au projet, il a ensuite souhaité mettre en place un médiateur pour étudier les possibilités de moderniser l’actuel aéroport Nantes-Atlantique. Puis, en février 2017, sur l’antenne de France Inter, le candidat s’est clairement positionné en faveur de la construction de l’aéroport, pour respecter la démocratie et le résultat de la consultation : « Le peuple s’est exprimé, je suis pour respecter cette décision ». Marine Le Pen, défavorable au projet, s’est tout de même engagée à respecter la parole et les positions des votants de la consultation citoyenne, comme elle l’a déclaré sur France Bleu Loire Océan le 24 février dernier.

Contre les « projets inutiles »

Jean-Luc Mélenchon a pris clairement position contre ce projet, dès la rédaction de son programme. Ainsi, la 47ème proposition de son programme, portant sur l’urgence écologique, propose d’« Arrêter les grands projets inutiles, comme l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes ». Le qualificatif de « projet inutile » apparaît également dans le programme de Philippe Poutou. Ce dernier présente, dans une autre partie de son programme, le projet sous aspect anti-environnemental, présentant les programmes tel que celui de Notre-Dame-Des-Landes comme autant « [d’] hectares de terres agricoles, [de] biodiversité, [d’] emplois durables qui sont sacrifiés sur l’autel du profit des bétonneurs, Vinci et Cie ».

La gauche majoritairement favorable à l’abandon

Dernièrement, c’est lors du grand débat organisé pour les élections, sur BFMTV et CNEWS, le 4 avril 2017, que Philippe Poutou est revenu sur ce projet, en rappelant que la consultation portant sur l’aéroport était un « référendum trafiqué ». Attaque reprise par Nathalie Arthaud elle-même, sur son site de campagne : « Les référendums sont les plus souvent conçus comme des manœuvres politiciennes pour tenter de renforcer le crédit de leurs initiateurs ». Ainsi, dans le cas du projet Notre-Dame-Des-Landes, « le gouvernement a pu soigneusement décider du corps électoral […], permettant à ses partisans de l’emporter ».

Pour Benoit Hamon, il semble que la non-construction du projet soit la moins pire des options, comme on peut le lire dans une interview donnée à Reporterre : «  « Gouverner, c’est choisir », donc hiérarchiser. Aujourd’hui, les questions qui doivent être placées au sommet des préoccupations sont la biodiversité, la paix sociale et la paix civile. Passer en force c’est le désordre. Abandonner, cela n’est pas le désordre ».

Fillon, le seul ouvertement favorable

Nicolas Dupont-Aignan n’aborde pas non plus la question dans son programme, mais avait pris position contre le projet, notamment au moment de l’organisation de la consultation, soulignant le « coût exorbitant » du projet, et que l’extension et le développement de l’actuel aéroport de Nantes relève un coût beaucoup moins élevé.

Pas de prise de position directe non plus de la part du candidat François Asselineau, mais un candidat UPR, à l’occasion des élections régionales (quelques mois avant la consultation), demandait un référendum plus large, à l’échelle des Pays de La Loire, insistant sur les aspects non satisfaisant du projet en l’état. Jacques Cheminade semble contre également, comme le relève le site Batiactu.

Le seul candidat qui se dit ouvertement favorable à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes est François Fillon, et « se positionne pour la construction de Notre-Dame-Des-Landes ».

Jean-Edern Aubin

A propos de Jean-Edern Aubin

chez Aerobuzz.fr
Diplômé d'un master en science politique, Jean-Edern Aubin est polyvalent, curieux et passionné de voile notamment, de sport, de mécanique industrielle et aéronautique, et de nouvelles technologies. Il a débuté sa carrière comme professeur de science économique et sociale, avant de devenir consultant en management de l'innovation collaborative.

27 commentaires

  • Gustou

    8 milliards d humains, 4 milliards d hectares cultivables, 3 000 kilocalories par jour/p nécessaire, cela nécessite 1 à 1.8 hectare par an et par humain pour bien se nourrir. Il semble évident que ça ne soit pas tenable et inciterait les peuples a garder les terres restantes notamment proche des grands pôles urbains.
    Pourtant, on continue de bétonner 60000 hectares par an en France, ca oui on va en marche vers un mur de colère en 2018. NDDL JAMAIS.

  • Passant

    Étonnants ces « citoyens » qui tantôt contestent l’autorité de l’Etat, tantôt conteste aux gens directement concernés par le sujet de se déterminé librement, comme ils l’ont fait sans ambiguïté.

    En tous les cas, force est de constater dans ces commentaires, que les lecteurs hostiles au projet reprennent pour argent comptant toutes les désinformations propagées par opposants. On voudrait les inviter à lire autre chose que cette propagande, et à renoncer aux approches complotistes, à se comporter comme des citoyens soucieux de juger en leur âme et conscience APRES s’être correctement informés.

    Il est en effet possible d’être contre ce transfert. Si l’écologie à laquelle on adhère veut sacraliser la nature, lutter contre la surpopulation du monde qui fait des ravages. Ou si on est décroissant et décliniste. Si l’avenir fait peur, et qu’il semble urgent de revenir au passé.

    Pour le reste @flying frog nous a délivré les joyeuses improvisations des ateliers citoyens dont je vous recommande la lecture attentive un jour de déprime. C’est drôle dans son improvisation, son incompétence (si les citoyens ont leur mot à dire, et le le débat public en a été l’occasion !, il est difficile de penser qu’ils deviennent soudain pilotes, contrôleurs, architectes, urbanistes, spécialistes de l’écologie).
    Les ateliers citoyens ont conduit à manipuler des individus volontaires avec de fausses informations pour leur faire proposer des orientations aussi absurdes que les éléments qui les ont alimenté. Ce n’est pas faire vivre la démocratie que de procéder ainsi. On retrouve bien là les tendances autoritaires de certains mouvements…

    • lavidurev

      Certains internautes favorables à ce projet NDDL parlent de désinformation de la part de ceux qui s’y opposent. Or dans le domaine de la désinformation l’autorité de l’état n’est pas une apprentie mais en maitrise au contraire les tenants et les aboutissants. Il y a quelques jours un journaliste chroniqueur d’ « On n’est pas couchés » rappelait ce que disait à l’époque Mitterrand des Jeunesses Socialistes qu’il appelait l’école du vice.

    • bdd13
      Bouduleblé

      Bon alors c’est quoi la vraie information ??…. garantie à 100% évidemment…

  • G LESCALUP

    Tabler sur une croissance infinie du transport aérien est utopique. Nous avons 75 millions de pax environ par an en France, dont 70 inutiles: c’est du papillonnage. Il est temps de concevoir (et il y en a des experts, des officines, des hauts fonctionnaires pour contrer les lobbyistes) l’économie autrement!

  • RichieRSA

    Perso, je ne dirais qu’une chose: n’y a t’il pas d’autre priorité beaucoup plus importantes en terme d’investissement localement et en France plutôt que d’aller (encore un fois) jeter l’argent public par les fenêtres sachant que NDDL sera un gouffre financier et sans garantie de rentabilité et que l’aéroport actuel remplit correctement sa mission !!! Meme remarque que pour le project (tout aussi inutile) de CDG Express. Notre pays a grand besoin de project d’infrastructure mais allons les développer la ou c’est vraiment nécessaire et utile pour la population (écoles, hôpitaux, routes, réseau ferre, rénovation ou extension d’aéroports existants, etc…) et arrêtons de prêter ecoute au lobby des constructeurs qui si ils le pouvaient vous ferait acheter de l’immobilier sur la lune.

  • STREF

    Absolument contre ! Car si cet aéroport était vraiment utile depuis 30 x ans.. Ca se saurait et il serait déjà construit.
    Et la région Nantaise a déjà un aéroport existant: à Saint Nazaire, sous utilisé, en bord du fleuve , et avec des espaces.. En veux-tu? en voilà. Avec une liaison ferroviaire existante etc.. A moins que ce soit les vieux râleurs de rentiers dans leur belle maison de Pornichet et de La Baule qui n’en veulent pas..?
    Si c’est ça il faut le dire et être transparent. Qu’ils viennent à Toulouse, ou les aéronefs survolent le centre ville avec un traffic eux fois plus important, eh bien , on ne les entends pas. Eh oui le progrès des moteurs à double flux a fait des bonds spectaculaires…

    Alors pourquoi brûler l’argent des contribuables pour rien?

    • Alan EACH

      Saint-Nazaire est situé en zone SEVESO et ne peut donc accueillir du public sur des bases régulières. De plus le site est entièrement dédié à Airbus, il n’y a pas de place. Une grande partie des terrains de l’aéroport est située en zone marécageuse de l’estuaire de la Loire, de bien plus grande valeur que la ZAD…

    • Lefrancois

      justement à Toulouse ils ont voulu faire un projet de plus grand aéroport décentré vu la saturation prévisible de l’actuel, sans compter Airbus, résultat une levée de bouclier, je suis un ancien et je me demande si avec les mentalités d’aujourd’hui on aurait pu construire les infrastructures de la france actuelle. Je fais le pari que ça va faire comme avec la sncf, à refuser de payer pendant longtemps le vrai prix d’un billet l’on a mis cette société en danger et on va en payer le prix à moins d’accepter un surplus d’accidents, comme dans le rail d’ici vingt ans on va voir les usagers raler contre la saturation des aéroports, au moins ici, l’irresponsabilité de nos dirigeants et patati et patata.

  • Benjam1

    Cet aéroport est inutile il finira comme Metz-Nancy Lorraine au milieu des champs pas du tout pratique. Pour ce qui est de l’écologie comment dire qu’on ne peut modifier une trajectoire dans une zone natura 2000 et qu’à la place il vaut mieux aller bitumer des hectares !!! le bilan écologique doit surement être meilleur… Enfin je ne comprends pas en quoi la zone natura 2000 impacte la remise des gaz en VOR 21, d’ailleurs la procédure GNSS 1 qui date de quelques années seulement passe juste au dessus du lac de Grand Lieu et est quasi la même que la VOR 21.

    • Alan EACH

      La remise des gaz standard en 21 ne passe pas au-dessus du lac. Par contre la majeur partie des arrivées en 03 passe au-dessus du lac sous 1000ft en finale…

  • Pierre

    Il devrait plus y avoir de débat ça a été voté la population s’est exprimé on est en démocratie point final .

    • Natacha

      Le référendum est tronqué. Seuls les habitants de la Loire-Atlantique ont été consultés. Or, il n’y a pas que ce département à financer le projet. Loin de là… Les Pays de la Loire et la Bretagne financent également (40,4M€ pour les Pays de la Loire et 28,9M€ pour la Bretagne !) et les habitants n’ont pas été consultés. Si cela avait été le cas, le résultat aurait été tout autre. Moi, j’habite en Bretagne et je ne veux pas de cet aéroport et pas payer non plus pour lui. Nous avons de nombreux aéroports en Bretagne qui ne demandent qu’à être développés. Avec 28,9M€, il y aurait de quoi faire !

      • Alan EACH

        Le référendum, que les opposants tiennent à appeler « consultation » pour en minimiser la portée, a porté sur le territoire de la Déclaration d’Utilité Publique de 2008. C’est juste cohérent. Vous pouvez dire que le résultat était tout autre mais personne ne s’attendait à un résultat aussi majoritaire et participation aussi forte pour ce type de consultation…
        Halte à la désinformation ! :O

  • scouarnec

    Messieurs Hamon et Mélenchon ne connaissent pas ce dossier !
    il s’agit tout d’abord d’un transfert et non pas d’une création d’un nouvel aéroport.
    Mettre aux normes internationales Nantes-Atlantique impose , entre autres :
    1) réaligner l’approche sur le ville avec la piste , ce qui implique une enquête publique car modification d’une trajectoire en-dessous de 2000 mètres! et vous pensez que les nantais vont accepter cela ; de plus , cet axe deviendrait préférentiel du fait des vents dominants , donc encore plus de trafic ! une bagarre juridique sans fin , non merci .
    2) la piste doit être déconstruite ( problème de soubassements) et reconstruite.
    coût : 100 à 130 millions € et fermeture totale pdt 3 à 6 mois ! bonjour la facture…
    3) les aires de sécurité d’extrémité de piste s’imposent dès 2017 ; or , là encore , pas assez de place . il faut trouver des terrains au sud de la piste sur des zones humides, sensibles ( natura 2000, loi littoral ). peut-être une nouvelle Zad …
    toutes ces infos sont vérifiables ( rapport CGEDD de mars 2016 de Mme Royal ,
    arrêtes de l’agence européenne de la sécurité aérienne, de l ‘OACI, experts de la DGAC et non de l’atelier citoyen, entre autres, déclarés expert en moins de 6 mois ).
    Enfin , le coût du réaménagement varie de 700 à 900 millions € ( rapport de la commission nationale du débat public 2016 ) . nouveau concessionnaire : l’état , donc le contribuable !
    en plus , investir avec ce doute de non-aboutissement des enquêtes publiques serait un sacré gâchis ….
    l’ouest de la France a aussi le droit de se développer , la métropole nantaise a le droit de réorganiser ( déplacement du CHU , de l’aéroport , du Min , nouveaux logements proches de la ville pour éviter trop de déplacements et l’étalement urbain, etc.).
    Nous sommes une majorité , qui s’est exprimé en juin 2016 , à croire dans ce transfert , acté à plusieurs reprises par la justice ( au niveau environnemental aussi) .

    Messieurs les candidats , merci de nous respecter .

    • flying frog

      c’est consternant de lire de telles âneries!
      – aucune norme internationale n’a jamais imposé de réaligner la piste
      – aucune preuve n’a jamais été donnée de la fragilité des soubassements, au contraire, la piste a accueilli sans aucuns problèmes pendant des années plusieurs centaines de vols annuels de 747 400 moitié plus lourds que les rares gros porteurs accueillis actuellement à Nantes Atlantique.
      – les aires de sécurité sont déjà partiellement en place et n’imposent aucune acquisition de terrains car un léger raccourcissement de la piste nous mettrait aux dimensions de Nice côte d’azur (2850m)
      M.SCOUARNEC, vous faites de la désinformation pure et simple, dans la cohérence de la DGAC, qui a elle aussi affirmé sans aucunes preuves qu’il fallait refaire complètement la piste et la prolonger à 3600m
      L’atelier citoyen s’est basé sur des expertises de terrain et des sources incontestables, et l’intervention d’experts indépendants -d’ailleurs demandée par les missionnaires de la CGEDD- confirmeront les travaux de l’atelier citoyen.
      – aucun besoin de refaire la piste, un simple surfaçage suffit 15 millions environ
      – Quelques travaux mineurs de raquette de retournement élargissement de taxiways, bretelles de dégagement rapide, ILS catégorie 3 en OFFSET sur le 21, le tout pour 10 millions d’euros environ
      – tout cela fait entre 23H et 6H du matin sans aucune fermeture de la piste
      total 25 millions d’euros et non les 285 comme prétendu par la DGAC
      – quand aux extensions d’aérogare, elles peuvent se faire comme à BORDEAUX BILLI, Marseille MP2 ou Beauvais 2 pour 3 à 5 euros /PAX et non 40€ /PAX comme dans les documents bidouillés par une DGAC aux ordres des politiques.
      en tout la modernisation de NANTES ATLANTIQUE jusqu’à une capacité de 9 millions de PAX annuels nécessite un budget de moins de 200 millions d’euros, et non pas les 7 à 900 millions que vous évoquez.
      le tout sans aucun besoin de subvention AGO (120 millions), de desserte routière nouvelle (95 millions) de tram train (145 millions) car NANTES ATLANTIQUE est très compétitif, très profitable, et parfaitement en mesure de financer ces travaux étalés en plusieurs tranches pendant les 40 prochaines années.
      a contrario, et c’est écrit dans le business plan de VINCI, NDDL devra s’endetter lourdement, et pour rembourser ces dettes devra matraquer les voyageurs- les parkings!- les compagnies aériennes-taxes aéroportuaires +45% à terme avec l’inéluctable départ d’une partie des low costs-, et le personnel réduit de 35% par une automatisation maximale.
      Pour finir, le terrain de NDDL est inapte aux traitements aux liants hydrauliques retenus dans le dossier, et les pistes auront chacune un cout plus proche des 400 millions d’euros des pistes neuves faites récemment à CHICAGO ou ROTTERDAM que des 50 millions estimés par VINCI
      le cout de NDDL (horizon 9mns PAX) sera plutôt de l’ordre de 1500 millions d’euros! contre 200 millions pour la modernisation de NA

      • scouarnec

        L’approche décalée sur la ville est dérogatoire , ne répond pas aux normes internationales ( approche VOR décalée pour raisons environnementales , et non pour raisons d’obstacles ou relief) : page 46 du CGEDD .  » la modification de l’approche au QFU 21 implique elle-aussi une enquête publique en application des articles L 6362-2 du code des transports et R 227-7 du code de l’aviation civile  » …page 42 du rapport du CGEDD .il faut donc mettre un ILS dans l’axe de piste 21 , avec survol du centre-ville. ET la contestation qui va avec !!!
        d’autres aéroports aimeraient avoir une solution comme la notre !!! le transfert .
        l’ACIPA prévoyait 2.9 M de pax en 2020,nous en sommes à près de 5 M à ce jour …
        la considération au sujet de la réfection de la piste , dans le rapport , met en cause l’atelier citoyen ses approximations ( page 40 ).
        et vous insistez ! les gens ne sont pas dupes .

      • patrick44

        Constat amer : toujours autant d’âneries des opposants, souvent par méconnaissance, parfois par vérité absolue. Si le projet avait été aussi mauvais les opposants n’auraient pas perdu 178 fois en justice et la Cour Administrative d’Appel de Nantes n’aurait pas conclu que NDDL était d’intérêt public majeur en novembre 2016 ! Scouarnec a tout dit et ses affirmations sont vérifiables (documents officiels et pas des torchons). En conclusion, je suis toujours étonné par l’arrogance de l’incompétence !

      • Passant

        Considérons un point précis de cette argumentation :
        « les aires de sécurité sont déjà partiellement en place et n’imposent aucune acquisition de terrains car un léger raccourcissement de la piste nous mettrait aux dimensions de Nice côte d’azur (2850m) »

        Allons voir les VAC sur le site du SIA :
        Nantes : TODA = 2960, ASDA = 2900 , LDA = 2690
        Nice : TODA = 3503, ASDA = 2963, LDA = 2963

        Et oui, pour un pilote la longueur de bitume ne caractérise pas « les performances » une piste. Pour un opposant, si… surtout si le lecteur ne maitrise rien et est prêt à tout gober… Voilà comment on « invente » l’inutilité de la mise aux normes de la piste.

        (on ne parlera pas du re-surfaçage « bien suffisant » sur une piste tellement dont les fondations sont fracturés par le temps, et dont le profil est une montagne russe non conforme au standard internationaux)

      • Lefrançois

        une argumentation rationnelle claire et convaincante, merci

    • michael tolini

      Du pipeau tout ca !
      Pourquoi vouloir decaler la piste ?
      Por eviter le survol de la ville par quelques avions ?
      Allez fair un tour a Los Angeles ou 99.99% des vols qui transporte 70 millions de pax se posent face a l’Ouest avec un magnifique survol de Los Angeles pendant la longue finale.
      De plus le traffic va se stabiliser et dans une France aux finances fameliques, la construction d’un nouvel aeroport est du delire.

    • lavidurev

      @SCOUARNEC : Vous dites: « Nous sommes une majorité qui s’est prononcée ». Référendum où seule la Loire-Atlantique a été invitée à s’exprimer ¨. Limité puisque ne concernant que la Loire-Atlantique et sa majorité Nantaise. Le référendum n’ayant été proposé qu a une petite partie du « grand-ouest » ne parlons pas de majorité.

  • Pierre

    Mon avis de Languedocien est inutile, pour ce qui concerne le développement d’une région qui est loin de chez moi, mais je pense que seuls à pouvoir décider est la population de cette région, donc une décision par référendum pour les gens concernés. Il est trés discutable de donner la seule décision à des politiques régionaux qui, on sait bien sont juges et parti avec passage au tiroir caisse.

    • lavidurev

      « Un projet inutile »: Tout est dit

    • Alan EACH

      Vous ne connaissez pas le dossier…
      Ce genre d’infrastructure est une compétence de l’état et c’est lui qui mène le dossier. La consultation a eu lieu et a porté sur le périmètre de la DUP, la Loire-Atlantique. Les élus locaux, qui portaient ce dossier dans leur programme, ne font que valider des aides financières remboursables par leurs collectivités.

  • guérit

    D’abord, bravo pour « la côte de popularité ». Les journalistes sont de plus en plus forts en orthographe….
    Sur le fond, il est dommage que la contestation ait surtout été perçue par le grand public comme une contestation de zadistes et de fumeurs de moquette.
    Alors que la vraie question est d’ordre économique. Cet aéroport peut-il être rentable à moyen terme? La réponse est non, même en prenant en compte les hypothèses les plus optimistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.