Accueil » Transport Aérien » Notre-Dame-Des-Landes à l’épreuve de la présidentielle

Notre-Dame-Des-Landes à l’épreuve de la présidentielle

Les candidats à l’élection présidentielle ne voudraient-ils surtout pas prendre de risque. Nous les avons interrogés sur le dossier du futur aéroport du grand ouest et aucun n’a voulu se mouiller. A croire qu’ils se disent qu’il vaut mieux perdre des points de cote de popularité une fois élu, plutôt que de repousser des électeurs potentiels.

Lancer la construction de l'aéroport du Grand Ouest, Notre-Dame-des-Landes, ou repense l'actuelle plate-forme aéroportuaire nantaise ? © Vinci Airports

À ce jour, le chantier pour le nouvel aéroport de Notre-Dame-Des-Landes n’est toujours pas lancé, mais reste encore d’actualité. Les débats, recours, arrêts et reports ont eu raison des résultats de la consultation, favorable au lancement de la construction. Au programme donc des élections présidentielles de 2012 et donc, toujours d’actualité, 5 ans plus tard, pour les élections présidentielles de 2017.

2012-2017 : Un quinquennat pour rien

En 2012, le président nouvellement élu s’était engagé à ce que la construction ne se fasse qu’une fois tous les recours juridiques possibles soient clos. Ces rapports de forces politiques n’ont donc pas permis de faire aboutir le projet, dans un sens ou dans l’autre, dans cette période, et il semble que la prochaine ou le prochain président ait encore à faire face à cette vive contestation.

Ainsi, nous avons souhaité faire un tour d’horizon des positions de l’ensemble des candidats et candidates à l’élection sur la construction de cette infrastructure. Malheureusement, contactés par mail et téléphone, et malgré de nombreux efforts et sollicitations de notre part, aucune équipe de campagne n’a pris le temps de répondre à nos questions. C’est donc sur la base de leur programme ou de déclarations publiques que nous avons pu retracer l’ensemble des positions de chacun et chacune.

La parole au « peuple »

Ainsi, la plupart des candidats Il n’existe aucun historique internet sur les positions de l’infrastructure Notre-Dame-Des-Landes pour Jean Lassale. Et nous n’avons eu aucun élément de la part de son équipe… se déclarent opposés à la construction du nouvel aéroport, et ces positions dépassent largement le clivage traditionnel gauche – droite. Néanmoins, certains candidats sont prêts à mettre de côté leur avis, en redonnant la parole au « peuple », notamment aux citoyens et citoyennes directement concernés par ce projet. C’est notamment le cas d’Emmanuel Macron, qui a fait évoluer son discours sur le sujet. Dans un premier temps défavorable au projet, il a ensuite souhaité mettre en place un médiateur pour étudier les possibilités de moderniser l’actuel aéroport Nantes-Atlantique. Puis, en février 2017, sur l’antenne de France Inter, le candidat s’est clairement positionné en faveur de la construction de l’aéroport, pour respecter la démocratie et le résultat de la consultation : « Le peuple s’est exprimé, je suis pour respecter cette décision ». Marine Le Pen, défavorable au projet, s’est tout de même engagée à respecter la parole et les positions des votants de la consultation citoyenne, comme elle l’a déclaré sur France Bleu Loire Océan le 24 février dernier.

Contre les « projets inutiles »

Jean-Luc Mélenchon a pris clairement position contre ce projet, dès la rédaction de son programme. Ainsi, la 47ème proposition de son programme, portant sur l’urgence écologique, propose d’« Arrêter les grands projets inutiles, comme l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes ». Le qualificatif de « projet inutile » apparaît également dans le programme de Philippe Poutou. Ce dernier présente, dans une autre partie de son programme, le projet sous aspect anti-environnemental, présentant les programmes tel que celui de Notre-Dame-Des-Landes comme autant « [d’] hectares de terres agricoles, [de] biodiversité, [d’] emplois durables qui sont sacrifiés sur l’autel du profit des bétonneurs, Vinci et Cie ».

La gauche majoritairement favorable à l’abandon

Dernièrement, c’est lors du grand débat organisé pour les élections, sur BFMTV et CNEWS, le 4 avril 2017, que Philippe Poutou est revenu sur ce projet, en rappelant que la consultation portant sur l’aéroport était un « référendum trafiqué ». Attaque reprise par Nathalie Arthaud elle-même, sur son site de campagne : « Les référendums sont les plus souvent conçus comme des manœuvres politiciennes pour tenter de renforcer le crédit de leurs initiateurs ». Ainsi, dans le cas du projet Notre-Dame-Des-Landes, « le gouvernement a pu soigneusement décider du corps électoral […], permettant à ses partisans de l’emporter ».

Pour Benoit Hamon, il semble que la non-construction du projet soit la moins pire des options, comme on peut le lire dans une interview donnée à Reporterre : «  « Gouverner, c’est choisir », donc hiérarchiser. Aujourd’hui, les questions qui doivent être placées au sommet des préoccupations sont la biodiversité, la paix sociale et la paix civile. Passer en force c’est le désordre. Abandonner, cela n’est pas le désordre ».

Fillon, le seul ouvertement favorable

Nicolas Dupont-Aignan n’aborde pas non plus la question dans son programme, mais avait pris position contre le projet, notamment au moment de l’organisation de la consultation, soulignant le « coût exorbitant » du projet, et que l’extension et le développement de l’actuel aéroport de Nantes relève un coût beaucoup moins élevé.

Pas de prise de position directe non plus de la part du candidat François Asselineau, mais un candidat UPR, à l’occasion des élections régionales (quelques mois avant la consultation), demandait un référendum plus large, à l’échelle des Pays de La Loire, insistant sur les aspects non satisfaisant du projet en l’état. Jacques Cheminade semble contre également, comme le relève le site Batiactu.

Le seul candidat qui se dit ouvertement favorable à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes est François Fillon, et « se positionne pour la construction de Notre-Dame-Des-Landes ». France 3 Pays de la Loire le 19/02/2017

Jean-Edern Aubin

A propos de Jean-Edern Aubin

Diplômé d'un master en science politique, Jean-Edern Aubin est polyvalent, curieux et passionné de voile notamment, de sport, de mécanique industrielle et aéronautique, et de nouvelles technologies. Il a débuté sa carrière comme professeur de science économique et sociale, avant de devenir consultant en management de l'innovation collaborative.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

27 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

cfc
Bannière Tbm910

Sur Facebook