Accueil » Des débris du vol Rio-Paris photographiés au fond de l’Atlantique

Des débris du vol Rio-Paris photographiés au fond de l’Atlantique

Une concentration d’éléments de l’Airbus A330 d’Air France (vol AF 447), dont les moteurs et des éléments de voilures, a été repérée par les sous-marins d’exploration Remus. L’espoir de retrouver les boîtes noires renaît.

La quatrième tentative pourrait être la bonne. En effet, le 2 avril 2011, les deux sous-marins Remus ont découvert une zone de 500 mètres de long par 300 mètre de long où sont concentrés des restes de l’Airbus A330 d’Air France qui s’est abîmé dans l’Atlantique le 1er juin 2009. Initialement, la zone de recherche couvrait 10.000 m2.

Les moteurs et des éléments de voilures ont été photographiés par l’équipe du navire Alucia de WHOI (Woods Hole Oceanographic Institution). «...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

8 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Des débris du vol Rio-Paris photographiés au fond de l’Atlantique
    Une nouvelle parue dans le journal italien « Il sole 24 ore » du 12 avril 2011, fait état de la localisation de la partie postérieure de l’ Airbus AF 447 contenant les enregistreurs de vol:

    « Le scatole nere dell’Airbus dell’Air France, precipitato nell’Atlantico con 228 persone a bordo nel maggio del 2009, sono state ritrovate dai mezzi di ricerca francesi. Lo ha annunciato a San Paolo del Brasile il presidente dell’associazione delle famiglie e vittime del volo 447 dell’Air France, Nelson Faria Marinho……….. »

    Il semble que l’association des victimes brésiliennes demande que l’analyse des enregistreurs de vol soit effectuée aux Etats-Unis:

    « L’associazione delle vittime brasiliane chiede che le scatole nere e i dati che contengono siano esaminati negli Stati Uniti, per preservare la «neutralità» dell’esame e delle conclusioni, mentre l’Air France e il governo francese si arrogano il diritto che siano esaminate da tecnici francesi. …… »

    Je ne trouve aucune trace d’informations similaires dans la presse française!!!!
    Confirmez-vous cette information? merci
    Philippe

    Répondre
  • Des débris du vol Rio-Paris photographiés au fond de l’Atlantique
    Bonjour,

    Pensez vous que cette découverte tardive des débris soit délibérée de la part d’Air France ou d’Airbus sachant que si elles sont retrouvées,les boites noires soient inexploitables?…ce qui arrangerait peut être ces 2 groupes !!!

    Répondre
  • Des débris du vol Rio-Paris photographiés au fond de l’Atlantique
    Le bon endroit on ne le connait que lorsqu’on l’a trouvé !!!

    Répondre
  • et si on retrouvait la Croix-du-sud ?
    Il n’a pas du tomber bien loin…

    Répondre
    • et si on retrouvait la Croix-du-sud ?
      Marrant, j’y avais pensé aussi… Mais laissons Mermoz et sa légende ou ils sont, ça nous fait bien plus réver comme cela qu’une bête casse technique du moteur arrière droit…
      et si on retrouvait la Croix-du-sud ?
      mardi 5 avril 2011 à 10h36
      Il n’a pas du tomber bien loin…

      Répondre
  • Des débris du vol Rio-Paris photographiés au fond de l’Atlantique
    Sourire, pour les commentaires antérieurs: chercher une aiguille dans une botte de foin, vous connaissez!
    Les recherches sur la première zone 7000km2, probablement avec les meilleurs proba au regard de la météo du jour du crash, les dérives des courants, n’ont rien donné. La seconde zone de 10 000km2 consistait à faire la jonction entre les 3 zones initiales (voir le site du BEA).
    Et coup de chance, à n’en pas douter, identification après quelques jours de recherche (qui pouvait durer jusqu’en juillet 2011). On peut même spéculer, que la précédente campagne n’était peut être pas passée très loin, mais à coté tout de même. Enfin, retrouver le site est déjà un succès.
    Retrouver et remonter les CVR et FDR, puis espérer les avoir en état, voici un autre challenge.

    Répondre
  • Des débris du vol Rio-Paris photographiés au fond de l’Atlantique
    Quelqu’un sait expliquer la différence d’approche entre cette campagne et les précédentes et du coup pourquoi les précédentes n’avaient pas cherché au bon endroit?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.