Accueil » Des milliards d’euros publics de plus pour Air France

Des milliards d’euros publics de plus pour Air France

La Commission européenne autorise l’Etat français à apporter une nouvelle aide pour sauver Air France. En contrepartie, la France accepte des conditions que va devoir assumer Air France.

6.04.2021

L'Etat français redevient le premier actionnaire d'Air France. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Sans surprise, les 7 milliards d’euros d’aides apportées par l’Etat français à Air France en 2020, en plus du chômage partiel, n’ont pas suffi. La compagnie nationale est au fond du trou, plombée par une dette de 11 milliards d’euros et un besoin en trésorerie estimé à environ 2 millions d’euros par jour. Son salut ne pouvait venir que de l’Etat.

Le ministre de l’Economie reconnaît que les négociations avec la Commission européenne, garante d’une concurrence équitable, ont été « dures ». Au terme de trois semaines, elles ont abouti à un accord qui satisfait le gouvernement français, mais qui ne sera pas sans conséquences pénalisantes pour Air France.

L’Etat français a été autorisé à transformer, en fonds propres, le prêt de 3 milliards d’euros sur quatre ans accordé en 2020 à Air France. Il va également monter au capital pour un montant qui devrait atteindre 1 milliard d’euros. Le ministre n’a pas été précis. Il a néanmoins admis que la part de l’Etat français dans le capital d’Air France allait ainsi passer de 14,3% actuellement à 29,9%. L’Etat français est en passe de devenir le premier actionnaire de la compagnie qui redevient, de fait… nationale.

La contrepartie accordée à la Commission européenne est l’abandon de 18 créneaux par jour à Orly. L’Europe en réclamait 24. La France en accorde 18. Les apparences sont sauves. Le ministre relativise en expliquant qu’il ne s’agit que de 4% des créneaux dont dispose Air France. Il a insisté sur le fait que les heureuses bénéficiaires de ces précieux sésames devraient respecter les règles fiscales et sociales françaises. Reste à contrôler ce respect au fil du temps.

Il est indéniable que la perte de ces 18 créneaux va affaiblir Air France et remettre en question sa stratégie. Maintenant, la compagnie entre dans une phase de négociation avec ses salariés qui s’annonce, elle aussi serrée. Elle a retrouvé son actionnaire historique qui attend d’elle qu’elle puisse devenir « la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement de la planète » a déclaré le ministre de l’Economie qui ne voit pas un retour à la normale, pour le transport aérien, « avant 2024, au mieux ».

Gil Roy

Air France-KLM a perdu 7,8 milliards d’euros en 2020

Perspective de chômage partiel de longue durée pour les pilotes d’Air France

13.500 suppressions de postes annoncées par Air France-KLM

Le SNPL approuve la réorganisation des vols intérieurs d’Air France et Transavia

Air France obtient un prêt de 7 milliards d’euros de l’Etat français

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

32 commentaires

  • Stormy
    Stormy

    Encore et encore l’argent des contribuables, pour que cette compagnie puisse garder son train de vie…. cela fait des années que ça dure, et cela ne sera jamais fini, c’est un vrai panier percé.
    Et tout ça pour se faire regarder de haut par ces gens, avec leur copie d’uniforme d’officier de marine, « avec un poids diplomatique supérieur au quai d’Orsay » (Bernard Chabbert)
    J’ai des quantités d’exemples, et de mauvais souvenirs avec ces navigants – et je sais que je ne suis pas le seul ici. Et en plus ils sont prévisibles – comme en politique avec le point Godwin, après deux échanges (écrits, de vive voix croyez-moi c’est différent) voilà qu’ils vous assènent l’argument suprême : « ah mais c’est que vous avez raté les élections » (déjà deux sur 27 ici) Raté en ce qui me concerne !
    Une boite avec des syndicats et des grèves, pour moi c’était niet d’entrée. Si j’ai des passagers à transporter, c’est une mission et je ne les laisse pas en plan, donc ça se serait très vite mal passé avec les syndicalistes. J’ai au moins évité ça dans ma vie.
    Ceci dit, j’ai préféré tirer des Exocets que dormir devant une planche de bord (même si je l’ai fait après, sur petit, moyen et très gros, sans que cela me laisse beaucoup de souvenirs)
    … »la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement de la planète »… c’est la dernière trouvaille ? ils y croient sincèrement ? c’est quoi la prochaine scie – la compagnie la plus diverse, la plus inclusive ?
    Peut-être que si j’avais été d’une famille AF (papa CDB, maman et sœur hôtesses, frère pilote) j’aurais pensé et vécu différemment, qui sait. J’aurais eu toute ma vie un petit air détaché et bien nourri – au lieu de ça j’ai préféré le stress et la gloire.
    Donnez-moi mon Dieu ce dont les autres ne veulent pas…

  • Mermoz

    Lufthansa a baissé les salaires de 55% des pilotes et a aussi du donner des créneaux, et les pilotes AF vous faites quoi ?

  • Jean-Mi

    N’oublions pas une chose : la privatisation des nombreuses anciennes entreprises nationales à donné quel résultat ?
    La disparition de quasi tous les SERVICES que proposaient ces entreprises, quand ce n’est pas la disparition de ces entreprises ou du moins d’une énorme quantité d’emplois dans nos villes et nos campagnes !
    Ou sont passées nos industries qui employaient nos habitants ? Ou sont passées ces entreprises qui produisaient nos biens de consommations courants ? Bouffe, fringues, meubles, électro-ménager, gaz, électricité, hauts-fourneaux, voitures, camions, trains, AVIONS ?
    Elles existent parfois encore, mais sont devenue étrangères, ou on disparues, délocalisées, remplacée par des usines en chine qui produisent TOUT.
    Parce que nous n’avons pas su protéger nos usines, nos services, NOTRE INDÉPENDANCE matérielle.
    Tous ces services publics pour lesquels je paie des impôts, à la source maintenant, ne sont pour la plupart plus assurés par les collectivités locales ni même nationales, mais par des « privés ex-publics » qui ne font la plupart du temps rien : c’est à vous de tout faire ! De vous inscrire, de remplir les formulaires, de découvrir comment et quoi faire, de vous déplacer, de suivre le dossier, de recommencer, et de payer à la fin.
    Faire le relevé de consommation d’eau ? C’est à vous de relever le compteur et d’envoyer le chiffre !
    Besoin de vous débarrasser de poubelles type « encombrant » : c’est à vous d’emmener les machins à la déchetterie ! Le camion benne ne passe plus chercher ça sur le trottoir…
    Et j’ai rien contre ces employés lointains : ils gagnent leurs vies…
    Mais j’aime pas cette organisation !
    Les entreprises nationales le sont parce qu’elles assurent pour la plupart les besoins nationaux, et/ou assurent une indépendance nationale vis-à-vis de toujours possibles ennemis ou de relations rompues (brexit ?) sur des domaines stratégiques. Une entreprise nationale n’a pas à être rentable (pour qui ?) mais à être à l’équilibre, voire pour certaines entreprises stratégiques, juste à être existantes ! Elles trouvent toujours un moyen de vendre « autre chose » qui les font vivres. J’ai travaillé dans de telles entreprises.
    Si elles sont rentables, c’est du bon bonus ! Et elles le sont, souvent, si bien gérées, et si leur domaine est défendu par l’état, dont c’est le boulot.

    • Philippe

      Oui mais ca c etait dans les annees 60 70 quand il y a avait 0% de chomeur. Tout tournait à plein regime. L etat n avait pas de dette. Tout le monde etait content. Puis il y a eu les crises petrolieres, le chomage, les fermetures d usine. La fin de l etat regalien pur et dur et passage a l etat assistanat.
      Debut des budgets en deficit, de la dette. On vend les bijoux de famille pour payer la dette etc.
      J oubliais. Mitterand arrive. Le debut de la fin

    • Gerard

      « Une entreprise nationale n’a pas à être rentable » …
      Il faudrait aller dire ça aux petits actionnaires qui ont acheté des actions Air France pour financer la compagnie
      En plus de la subventionner avec ses impôts, le petit actionnaire devra aussi perdre de l’argent avec ses actions qui baisseront … !

      • Jean-Mi

        Je corrige donc : « une entreprise nationale d’utilité publique, n’a pas à être rentable »…
        Air France est le cas d’une entreprise double : nationale et internationale. De service public (possibilité de déplacement rapide interne au pays pour tous, partout) et commerciale (pour le reste)
        Nationale pour assurer les vols internes à la France (métropole et ailleurs), partout en France et pour tout le monde, afin de désenclaver si besoin. En particulier pour desservir des localités que ne vont pas desservir des compagnies étrangères ou même privées Françaises pour cause de rentabilité difficile. Donc du service public au même titre que la SNCF. Je compte aussi des vols avec nos voisins directs et proches, genre Paris-Londres ou Paris Bruxelles.
        Internationale par ses vols longs courriers, en concurrence avec les autres compagnies internationales. En cet endroit, le but est la rentabilité plus que le service public. Mais avec tout de même une image de la France à défendre (image de marque), et aussi une attention de relation avec des pays amis mal desservis par d’autres compagnies (pays francophones d’Afrique par exemple)
        Mais aussi internationale avec service public, par liaisons longs courriers avec nos territoires lointains. Ici encore, la rentabilité est à pondérer du service rendu.
        Mais qui dit service public ne veut pas dire forcément déficitaire ! De nombreuses lignes internes à la France sont de belles lignes avec du trafic et de la demande ! Elle doivent permettre de compenser les « petites lignes ».
        Ces mêmes lignes « rentables » que l’on veut tuer aujourd’hui et remplacer par le TGV…
        Donc, tout est question de compromis : ou placer le curseur entre une gestion d’état du service public à rendre à notre pays (dénuée de rentabilité obligatoire), et une gestion purement capitaliste (rentabilité obligatoire et unique but) basée sur l’offre et la demande.
        Des « petits actionnaires » jouent sur les deux tableaux, souvent… Mais qui dit « actionnaire » dit qu’on a déjà inconsciemment basculé du coté capitaliste, qui n’a que faire du service…

      • Jean Baptiste Berger

        Non Gérard,
        Les seuls « petits actionnaires » qui ont acheté des actions pour financer Air France sont les personnels d’AF. (Et leur patron, d’ailleurs…)
        Les autres ont juste spéculé, comme tous les petits actionnaires du monde….et seuls râlent les tout petits petits spéculateurs qui n’ont pas tout compris au principe de la bourse….
        Et pour ce qui est du contribuable que nous sommes tous les deux : AirFrance, même aujourd’hui avec un contrôle renforcé de l’état, reste une entreprise privée (depuis presque trente ans !) et, malgré ses pertes certaines années, a payé sur cette pėriode plus de milliards en impôts et taxes diverses qu’elle ne touche d’aides aujourd’hui à cause d’une calamité sanitaire et surtout des dėcisions d’état qui s’y rapportent…
        Et c’est encore plus vrai, en proportion, pour ses pilotes que tant de jaloux rêvent stupidement de voir devenir miséreux, sans doute pour assouvir des aigreurs bien médiocres…

  • Gerard

    Du jamais vu !
    C’est la première fois qu’un investisseur investit dans une entreprise en exigeant d’elle une réduction d’activité !
    Les gaucho-bobo-écolos casseurs de rêves vont pouvoir se réjouir.
    Les politocquards représentant les actionnaires contribuables vont pouvoir se donner bonne conscience.
    Avec ce fructueux mode de gestion, la rentabilité de l’entreprise est assurée et bien sûr la planète va aller mieux ….

    • Philippe

      Bien vu.
      En meme temps je ne sais pas qui de censé investirait dans une boite qui crée de la dette.
      Jamais aucun des gens présents sur aerobuzz n investiraient en bourse dans une boite qui n a jamais gagné un rond.
      Ah si ils le font pour tesla.
      Aussi aberrant. Mauvais exemple.

  • elle

    Comme si juste la dette d’AF allait sortir de votre poche… par contre les 2mdr € que rapportent tous les 4 ans les taxes et charges payées par AF à l’état Français au détriment de la concurrence, lá , pas un mot.Et dire que la sncf n´a jamais été rentable depuis 1946 avec pour le coup des aides annuelles piochées dans vos poches ….
    Alors arrêtons ces dénigrassions

    • Colibri

      Sauf que les taxes payées par AF à l’état ne sont pas au détriment de la concurrence mais bien à leur bénéfice car eux n’en paient pas !

  • Robert Le Borgne
    Bob

    Si la compagnie redevient « Nationale » souhaitons que les mauvaises habitudes ne remontent pas à la surface … Par exemple virer Ben qui fait du bon boulot pour le remplacer par un copain du président, énarque et ne comprenant rien à l’aérien, mais avec la carte du bon parti … Ca ne vous rappelle rien ?

  • Grange

    Il faut à un moment savoir dire stop. Cette compagnie est en état de mort cérébrale et l’état s’entête à ne pas la laisser partir pour des raisons éthiques. Air France est morte, vive Air France 2 avec de vraies perspectives d’avenir, moins de syndicalisme, moins de personnel, moins de charges structurelles, moins de contraintes sociales. Air France doit cesser également avec l’élitisme et la culture des prés carrés. Air France doit mourir pour renaître sous les couleurs d’une compagnie moderne, ambitieuse et profitable.

  • LOTSER68

    Je suis curieux de voir ça.. surtout quand je viens d’assister à une conférence où on parle de reprise :au mieux 2024 … mais surtout de 2029!! Et comme chacun sait que quand l’Etat est actionnaire ce sont de vrais blaireaux en économie qui vont négocier pour nous les contribuables.. Je suis encore plus fébrile..
    Au fait .. ceux qui ont perdu leur boulot dans les autres compagnies ..ils deviennent quoi???? à part livreurs en UberEat?

  • MICKAEL

    Bonjour,
    Mon fils est pilote dans une compagnie étrangère qui fait ce que j’appelle de  » l’avion taxi ». Il gagne à peine 3.000€ net par mois et ne se plaint pas. Il sera bientôt commandant de bord. Cette compagnie gagne de l’argent. Il n’y a pas de syndicats tels qu’on les dénomme en France. Le personnel Air France est sur-protégé et n’arrête pas de chialer. Et de plus c’est le contribuable qui paie pour une bande de nantis. Allez voir ailleurs si l’herbe est plus grasse et arrêtez de prendre les français en otage.

    • Fred158

      Ah Mickael, tu serais pas un gros Troll ?
      D’où est ce que tu vois les pilotes d’Air France se plaindre ? Ou « chialer ». ?
      C’est plutôt toi qui pleure on dirait…
      Et tu penses qu’une société sans syndicat est une société d’avenir….sacré farceur…
      A mon avis, si ton fils existe Mickael, comme tout le monde il rêvait d’intégrer Air France mais il s’est fait virer aux sélections, donc maintenant dans la famille vous avez la haine, ce sont des choses qui arrivent.

      • Michel

        Dés qu’on parle d’Air France en France, c’est le même refrain: de gros envieux d’un coté et de non moins gros prétentieux de la race des saigneurs (sans faute d’orthographe) à quatre galons de l’autre.

      • Clostermann Claudine

        Très bonne réponse au commentaire de Mickael qui ne méritait que vos remarques très réalistes. Evidemment que dans une petite entreprise d’avions taxis, il n’y a pas pas de syndicats pour 4 pilotes, 2 avions et une secrétaire. Et puis, on ne pas comparer le « taxi » avec la ligne et être CDB sur un bimoteur n’est pas comparable à être à gauche sur un gros porteur. Vous avez seulement oublié deux qualificatifs dans votre réponse: aigri et jaloux.

      • Philippe

        Parce que vous croyez que tous les pilotes revent d aller chez air france. Allez demander ca aux pn d aviation d affaires, les 3 quarts vous diront non. J ai eu une pression familiale enorme pour y aller, j ai refusé. Pas mon ambiance préférée, pas le type d avion et d operation qui m interesse. Faut arreter de vous prendre pour les Elus.
        Demandez aux mecano et aux gens du sol ce qu ils pensent des pn d air france.
        Attentiin je dis pas que tous les pn sont comme ca. Il y en a qui cotise au snpl pour qu on leur foute la paix tellement ils ont eu la pression tant qu ils n avaient pas cotisé.
        C est une mafia cette compagnie.

      • BuckDanny91

        « La ligne », mon dieu on se croirait revenu à l’époque de Mermoz. Il faudrait simplement revenir sur Terre à un moment . Si celà ne vous a pas échappé, ces derniers temps on s’est finalement rendu compte qu’une caissière Carrefour ou une aide soignante était bien plus utile qu’un pilote de ligne à la société. Alors de grâce, un peu de modestie avec « la ligne » dont plus personne n’a rien à faire. Air France, qui est une belle compagnie, prendra ce qu’on lui donne et fera avec si elle veut survivre.

    • lavidurev

      @MICKAEL Bonjour, Si votre fils avait integre Air France, vous ne tiendriez sans doute pas les memes propos !

  • Philippe

    « La compagnie la plus respectueuse pour l environnement de la planète ». Carrément ??!! Et bien air france part avec un sacré boulet au pied. Si on rajoute le fait que dès que l état devient actionnaire dans une société elle perd de l argent ca va etre de pire en pire pour cette compagnie.
    Mesdames et messieurs des syndicats, les français viennent d offrir des milliards pour garder vos boulots donc merci de pas vous mettre en grève ou avoir des exigences impossibles dès que ca va repartir comme vous l avez fait dès que AF a commencé à regagner de l argent il y a 2 ou 3 ans.

    • Lui

      Le disque commence vraiment à être rayé

      • rouviere

        Et les sillons vraiment profonds…c’est usant, trés usant, surtout pour la tête de lecture, c’est à dire nous , les con(s)tribuables.

      • seulavec
        BOUR

        Bonjour
        Dans vos propos, des bonnes remarque et du réalisme En espérant que les gentils syndicats ne transforment pas cette manne en jackpot ou en osant demander encore plus. La grève est une institution chez AIR FRANCE. Tout cela se terminera hélas un jour par un  » MEDAY, MEDAY  » A moins que nous entendions MORT SHUMAN dans  » ALLO TANGO PAPA CHARLIE  » Mais ça c’est une musique. !
        Bien cordialement
        Michel BOUR

    • RANC

      Encore un petit bonhomme qui a des problèmes à faire endosser par les autres.
      Juste un avis amical, dévaloriser les uns ne te fera pas grandir pour autant 👎

      • Philippe

        Ah non j ai aucun probleme. J ai juste ete choqué comme des milliosn de gens à travers le monde sur une greve qui a coûté 1/2 milliard à une boite et qui a endommagé son image pour des decennies tout ca pour des trucs futiles. Quand on est pas bien dans une boite on s en va. Ou alors on achete la boite et on la gere sinon on reste et on respecte son contrat de travail.
        Ca marche aussi pour la sncf, ratp, etc etc. Toutes les boites dans lesquelles l etat a une fois gérée.

      • Jean Baptiste Berger

        Salut Alain,
        Je ne te savais pas psychologue….
        Mais je crois que tu es dans le vrai ! 😁

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.