Accueil » Easyjet implante une base à Bordeaux

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Easyjet implante une base à Bordeaux

La compagnie low cost anglaise ouvrira sa sixième base française, au printemps 2018, à Bordeaux où elle va stationner trois A320. Les ambitions de Volotea, également basée à Bordeaux, ne sont sans doute pas étrangères à cette décision.

25.10.2017

En octobre 2018, easyJet progresse de +28,6% à Bordeaux, Volotea de +30,3%. A noter les 3 nouvelles lignes Ryanair inaugurées en fin de mois. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Depuis son arrivée en 2006, Easyjet est l’un des moteurs de la croissance de Bordeaux-Mérignac. En 2016, elle a affiché une progression de son trafic passagers de +12,6% contre 8,9% pour l’ensemble du trafic. Avec près de 1,6 million de passagers transportés l’année dernière, au départ et à l’arrivée de Bordeaux, elle a pesé pour plus de 27% dans le trafic total de la plateforme, et près de 62% dans le seul trafic low cost. En 2017, sa part de trafic à Bordeaux devrait gagner un point.

easyJet face à Volotea

En 2018, avec sa base et ses trois A320, easyjet offrira plus de 2,2 millions de sièges à Bordeaux soit 21% de plus qu’en 2017. L’objectif visé est ainsi de passer localement à plus de 2 millions de passagers par an en 2018 contre 1,7 million en 2017. 
Elle annonce d’ores et déjà l’ouverture de 5 nouvelles lignes au printemps 2018.

Bien évidemment, l’aéroport se frotte les mains. « Cette nouvelle base (…) constitue un atout supplémentaire pour le développement économique de Bordeaux et de la Nouvelle Aquitaine. », affirme Pascal Personne, directeur de l’aéroport de Bordeaux. « Les avions basés permettent ainsi des départs tôt le matin et des retours tard le soir. Nous nous réjouissons des retombées positives à court et moyen terme. » 
 François Bacchetta, Directeur easyJet pour la France annonce, pour sa part, que cette base permettra de créer « plus de 110 nouveaux emplois directs, essentiellement de personnels de cabine et de pilotes, tous sous contrat de droit local ».

Cette base doit également permettre d’endiguer la montée en puissance vertigineuse de Volotea. La low cost espagnole a ouvert une base à Bordeaux en mars 2013 avec deux Boeing 717. Cette année, elle est passée à 3 A319. A l’été 2018, elle devrait proposer 28 destinations (dont 5 en France) et offrir 730.000 sièges, soit sensiblement moins que les 2,2 millions d’esayJet. A titre de comparaison, cet hiver 2017-2018, Hop ! Air France offre plus de 1,2 million de sièges de et vers Bordeaux.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

7 commentaires

  • Numa GRANGE

    Cher Billy, il n’y a pas que des parisiens qui viennent sur bordeaux…….

  • lavidurev

    Les low costs ne s implantent pas au hasard et leurs strategies portent leurs fruits puisqu elles ne cessent de se developper. Si une plateforme ne repond pas financierement alors la low cost « demenage ». Depuis Bordeaux des destinations vers la Mediterrannee, le Maghreb , la Grande-Bretagne, l Europe de l Est, comme elles font sur d autres plateformes seront envisageables. La suite nous le dira.

  • Billy

    Easyjet la compagnie qui a tout compris…
    pour venir a Bordeaux, il y a le TGV.
    C’est pour la conquête du monde, enfin on verra ca en mai.

  • lancelot

    Bonne nouvelle !! On va pouvoir enfin venir à Bordeaux pour pas trop cher …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.