Accueil » easyJet se prépare pour une reprise à l’été 2021

easyJet se prépare pour une reprise à l’été 2021

Interviewé dans le cadre d'une rencontre organisée par Eurocontrol le 22 mars 2021, le PDG d'easyJet, Johan Lundgren a présenté sa vision de la reprise du trafic en Europe qui, selon lui, pourrait arriver d'ici quelques mois. Les deux leviers pour y arriver au plus vite : la vaccination et le passeport vaccinal.

23.03.2021

En décembre 2020, easyJet exploitait 152 appareils sur une flotte de 318 Airbus. © easyJet

Il y a désormais un an de cela, en seulement une semaine, le trafic aérien en Europe passait de 20.037 mouvements au 15 mars 2020 à 7.536 le 21 mars, accusant une perte de l’ordre de 60%.

Avec un trafic global ayant chuté de 65% en 2021 en comparaison de 2019, d’après les chiffres d’Eurocontrol, l’impact chez les opérateurs atteint en premier lieu les compagnies à bas coût avec -87%, loin devant les opérateurs traditionnels (-70%) et l’aviation d’affaires (-20%) face à l’insolence du cargo qui enregistre quant à lui une hausse de 10%.

Au 21 mars 2021, easyJet, qui a fêté ses 25 ans en novembre 2020, enregistre une perte de trafic journalier atteignant 92% en moins en comparaison de la même période en 2019. Contre 1.700 vols par jour en mars 2019, la compagnie à bas coût assurerait, jusqu’au 21 mars 2021, seulement 231 vols quotidiens. Les bases les moins actives se situent en France, avec Toulouse (-83% de vols avec 4 mouvements par jour), Paris-Orly (-82% avec 5 mouvements quotidiens) et Bordeaux (-73% avec 5 mouvements par jour).

Malgré ce constat peu réjouissant, le PDG d’easyJet entrevoit une sortie de crise et une reprise du trafic, conditionnés par l’instauration de règles précises et communes à tous les pays d’Europe.

En annonçant à la fin février 2021 une probable reprise des vols vers l’international à compter du 17 mai 2021, le premier ministre britannique, Boris Johnson, a mis le feu aux poudres et donné des raisons au patron de la compagnie orange de se réjouir. Quelques heures après cette annonce, les réservations de vols à destination de l’Espagne et la Grèce auprès d’easyJet ont bondi de 337% en comparaison de la semaine précédente.

Johan Lundgren reste toutefois prudent et penche pour une reprise par palier. « La demande est là, les clients ont hâte de reprendre l’avion et sont impatients de voyager à nouveau. Nous notons une forte demande pour les voyages d’agrément, mais également pour les déplacements professionnels : les gens en ont assez du télétravail et des visioconférences. »

« Mais pour y parvenir, la vaccination et les tests sont les clés pour assurer une reprise des vols sereine » explique le directeur général d’easyJet, « ce virus ne disparaîtra pas, il faudra apprendre à vivre avec. Inévitablement, la reprise se fera avec des restrictions, qui seront levées au fur et à mesure » poursuit Johan Lundgren.

Pour le directeur d’easyJet, tout repose sur la capacité des gouvernements à accélérer la vaccination : « plus de gens seront vaccinés et plus tôt nous pourrons reprendre les vols. La mise en place et l’adoption par tous les pays d’Europe du passeport vaccinal me semble être nécessaire à cette fin, pour créer un cadre commun. Nous sortirons ainsi de cette crise de façon progressive, avec des restrictions pour commencer, puis en levant ces restrictions pour élargir les possibilités. » Avec ces différentes mesures, Johan Lundgren a bon espoir de voir le trafic reprendre à l’été 2021.

Fabrice Morlon

EasyJet table sur 10% de sa capacité au premier trimestre 2021

Happy Birthday !

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

Un commentaire

  • Pilotaillon curieux

    J’ai lu, donc sans garantie de justesse mais cela me semble cohérent, que les low-cost seraient plus à même de repartir, ayant à la fois moins consommé de cash (structures légères = coûts non opérationnels plus faibles) durant les arrêts et des méthodes de travail également plus agiles, de nature à s’adapter plus facilement aux changements de rythmes …
    Aurait-on des éléments complémentaires dans la communauté inconsciente présente ici ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.