Accueil » easyJet va réduire de 30% ses effectifs

easyJet va réduire de 30% ses effectifs

easyJet ne pense pas retrouver ses niveaux de 2019 avant 2023. En conséquence, à fin 2021, sa flotte sera inférieure de 51 avions par rapport à ce qu’elle avait prévu. La low cost anglaise enclenche un « redimensionnement de la compagnie et de la structure des coûts ».

29.05.2020

Airbus doit encore livrer 114 avions à easyJet qui négocie actuellement des reports de livraison. © easyJet

easyJet reprends ses vols à compter du 15 juin 2020 avec au programme « un petit nombre de lignes seulement ». Au quatrième trimestre 2020, elle prévoit d’assurer environ 30% de la capacité par rapport à fin 2019. « Dans ce contexte, nous comptons réduire la taille de notre flotte et optimiser notre réseau ainsi que le fonctionnement de nos bases. En conséquence, nous prévoyons de réduire jusqu’à 30% des effectifs à travers l’entreprise. Nous continuerons à supprimer les coûts et les dépenses non-essentielles à tous les niveaux. » a déclaré Johan Lundgren, PDG d’easyJet, qui ne pense pas que sa compagnie revienne au niveau de 2019 « avant environ trois ans ».

A la fin de l’année 2021, la flotte d’easyJet devrait compter 302 appareils, soit 51 appareils de moins que ce qui était initialement annoncé. « Ce chiffre comprendra environ 3 à 4 % d’avions de réserve sans équipage en période de pointe. La réduction de la taille de la flotte sera réalisée grâce aux mesures précédemment annoncées, notamment le report des livraisons de nouveaux avions et la re-livraison des avions loués. », précise la compagnie. A fin avril 2020, Airbus devait encore livrer à easyJet 95 A320neo et 19 A321neo. Ce sont notamment ces avions qui vont faire l’objet d’un report de livraison. Les aéroports desservis par la low cost et les prestataires d’assistance en escale vont également être mis à contribution.

Dans l’immédiat, easyJet sécurise la liquidité de l’entreprise par l’obtention de prêts et réduit ses dépenses via notamment la réduction des investissements (suppression de ceux qui ne sont pas indispensables) et le redimensionnement de l’outil de production pour réduire les coûts et l’adapter à une demander réduite. « Avec ces mesures, nous voulons nous assurer que notre entreprise sorte de cette crise encore plus compétitive, afin qu’easyJet puisse envisager l’avenir de manière sereine », conclut Johan Lundgren.

C’est maintenant en effet que tout se joue pour les compagnies aériennes. Celles qui auront su prendre les mesures stratégiques dès à présent ont une chance d’être encore là quand le transport aérien recommencera à croitre. La partie a rarement été aussi serrée.

Gil Roy

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

  • Tonton Volant

    « Nous continuerons à supprimer les coûts et les dépenses non-essentielles à tous les niveaux. »
    Le personnel, variable d’ajustement des actionnaires

    • Gauthier

      Oh les vilains actionnaires contre les gentils salariés !
      Personne ne jette des fleurs aux entreprises quand elles embauchent mais alors quand on parle de suppressions de postes…
      Easyjet n’est pas Air France, ce n’est pas le contribuable qui va payer, alors pourquoi blâmer qqn qui, chose rare en France, ne scie pas la branche sur laquelle il est assis ?
      L’article mentionne aussi le report de livraisons, comme quoi le personnel n’est pas l’unique variable d’ajustement…
      Enfin, quand on rentre chez easyjet, on sait qu’on ne rentre pas à la Poste. Pour la carrière de fonctionnaire il y a le concept du concours. C’est un peu comme en bourse, quand ça baisse tu regrettes d’avoir acheté des actions, et quand ça monte tu te lamentes sur le rendement de tes SICAV !

      • Tonton Volant

        Savez-vous quand un « actionnaire » travaille ?
        C’est lorsque le personnel (travailleur salarié) rapporte de l’argent et que « l’actionnaire » le ramasse.
        Qu’est-ce qu’un actionnaire ? Un.e individu.e qui n’a fait d’effort que d’acheter un bout de papier lui permettant de récupérer de l’argent en dormant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.