Accueil » Fin de carrière commerciale pour le Tupolev Tu-154

Fin de carrière commerciale pour le Tupolev Tu-154

La compagnie aérienne russe Alrosa, dernière à exploiter un Tu-154, annonce le retrait du triréacteur "soviétique" de sa flotte, à l’occasion de son ultime vol, le 28 octobre 2020.

28.10.2020

Le dernier Tupolev Tu-154 exploité au monde. © Alrosa

Dernier vestige de l’aviation civile soviétique, le triréacteur Tupolev Tu-154 appartient désormais au passé. Il vient d’effectuer le dernier vol commercial de son histoire, sous les couleurs de la compagnie russe Alrosa, entre Mirny et Novossibirsk. Cette compagnie basée à Mirny, la « capital des diamants », appartient à un important groupe minier russe.

Le Tu-154 a effectué son premier vol en 1968 et est entré en service en 1972. Sa production a été définitivement arrêtée en 2013. Il a été construit à plus de 1.000 exemplaires. L’exploitation commerciale du triréacteur a été émaillée de 73 accidents qui selon Aviation Safety Network ont causé la mort de 2.911 personnes dont celle du président de la république polonaise, Lech Kaczynski (avril 2010, Smolensk, 96 morts) et celle d’une soixantaine de membres du chœur de l’Armée rouge (décembre 2016, mer noire).

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

18 commentaires

  • Alan737classic

    Mon seul souvenir sur cd zinc..passager bien sur.. un AR à Varna (Bulgaries)ous l epoque soviets

  • asrine

    La ressemblance avec le Boeing 727 est assez curieuse ,comme le Tupolev avec le concorde, je crois que c’est Marcel Dassault qui disait copiez copiez il en rentera quelque chose .

    • Edrobal

      Là oui la il y a ressemblance. Mais entre Concorde et le TU144, il n’y avait que les simplets pour voir une ressemblance. Aile delta simple pour le TU144, aile gothique pour le Concorde. C’est pour cela que celui-ci a été une réussite technique et l’autre un échec.

      • Jean Baptiste Berger

        @Edrobal
        Il y a beaucoup de différences entre le TU144 et Concorde (dimensions, train, espacement des moteurs, etc.) mais par contre l’aile est bien, comme sur Concorde, un « delta gothique ».
        C’est ce qu’il y avait de plus difficile à inventer et à mettre au point et c’est bien les ingénieurs de l’Aerospatiale qui ont fait tout le boulot….
        Je crois que les Russes ont aussi un peu « copié » les entrées d’air, à ma connaissance aucun de leurs chasseurs supersoniques de l’époque n’en était doté avant cela…. (Si quelqu’un a une info. Contraire, je suis intéressé)
        Pour le Tu 154 et le B727, par contre, à part l’empennage en « T » et la config. tri moteur à l’arrière il n’y a pas grand chose de commun et, comme le précise Jean Mi, ça répond au cahier des charges des clients de l’époque ; si les Russes avaient trouvé plus intéressant de mettre le troisième moteur sous le ventre et un empennage canard ils ne s’en seraient pas privés…..
        Quand au succès commercial….je ne crois pas que les Russes aient construit beaucoup moins d’exemplaires de Tu144 que la France….
        Disons plutôt qu’il y avait moins de clients capables de s’offrir le billet pour paraître dans les magazines pendant quarante ans….
        Et je suis heureux qu’il y en ait eu en occident…

      • Matthews

        Le Tu-144 bénéficie d’une bien injuste réputation. Ca n’a pas été un succès, pour de nombreuses raisons, techniques, politiques aussi. Mais alors pas en raison de son aérodynamique, qui a été une vraie réussite (contrairement à ce que beaucoup avancent). À mach 2.0 il bénéficiait même d’une plus grande finesse que le concorde (mesuré dans les années 90 lors du programme Tu-144LL avec la NASA).
        Le 1er prototype avait une aile de type « gothique ». Les suivants étaient tellement différents qu’ils étaient presque un tout autre avion. Leurs ailes étaient à double delta à la cambrure très particulières et ils étaient équipés de ces fameux canards, qui permettaient une augmentation totale de portance de près de 20 % une fois déployés (ils étaient équipés de becs à double fente et bords de fuite à double ou triple fente, et permettaient le déploiement des elevons en position flaperons).
        Une excellente et passionnante lecture à son sujet, qui démoli bien des idées reçues à son sujet est le livre de Yefim Gordon  » Tupolev Tu-144: the Soviet Supersonic Airliner »…
        Quant au Tu-154, un super ouvrage également « Tu-154: The USSR’s Medium Range Jet Airliner »
        Son retrait commercial marque la fin d’un chapitre majeure de l’aéronautique « de l’est »… Mais il me semble qu’il restera encore un moment en service auprès d’institutions d’état, russe principalement. (Mais est-il vraiment retiré de service de chez Air Koryo?)

      • Alan737classic

        Oui pour nous avec des Q.T ou au moins une solide passion on va pas confondre. Mais pour un.non initié simplet ou pas… il verras pas de difference

    • Jean-Mi

      Les mêmes cahiers des charges amènent souvent aux mêmes résultats… Surtout quand les technologies et connaissances à disposition sont les mêmes partout…
      Il n’y a rien qui ressemble plus à un avion de ligne qu’un autre avion de ligne… Il n’y a rien qui ressemble plus à un planeur de perfo qu’un autre planeur de perfo de la même catégorie… Etc…
      Et puis, en dehors de ça, il n’y a pas de honte à copier un truc qui marche bien !…

  • ddechamp71

    Une magnifique machine, racée et en même temps de ligne agressive… Une page de plus se tourne.

  • David

    Il me semble être toujours utilisé en Corée du Nord.

  • Tupolèvetoi Etmarche

    Si on compare : « Selon Aviation Safety Netwok, le Tupolev Tu-154 a été impliqué depuis sa mise en service dans le décès de 3 081 personnes, pour 70 accidents ou incidents. Contrairement à ce que sa réputation laisse présager, le Tu-154 n’affiche pas un taux d’accidents hors-norme, en regard par exemple des 172 accidents ou incidents du Boeing 707 qui ont tué 3 213 personnes, pour parler d’un appareil d’époque à peu près équivalent, et avec un volume de production relativement équivalent :Tu-154 = 926 produits vs Boeing 707 = 1010 produits. »

    Objectivement il faudrait comparer le taux de morts/km !

    • Denis

      À une petite différence près, le boeing 707 a été exploité à partir de 1958. Il est plutôt comparable au boeing 727 qui a été exploité en 1963….le temps de le copier.

    • Vladimir_K
      Vladimir_K

      Il y a une autre variable à intégrer dans les statistiques, c’est la qualité de l’entretien. Ce qui a fait beaucoup de tort au TU-154, ainsi que d’autres appareils, c’est le prix très avantageux en occasion, et donc le fait qu’il a été exploité jusqu’à la corde par de nombreuses petites compagnies pour qui la maintenance n’était pas nécessairement une priorité, ni le respect des normes d’exploitation (je pense à des 727 ou des YAK-40 surchargés).

  • Krementchuck Yeager

    Bel avion ! Bien simulé sur Flightgear (https://youtu.be/wet5Ngavsv0)…procédure de démarrage au poste mécanicien…le pied, inscription en cyrillique, navigation loxodromique…

  • PlasticPlane

    Bonjour,
    Existe t’il une statistique « objective » qui permette de comparer le coefficient de dangerosité intrinsèque des avions de ligne ? L’accident du président polonais cité en exemple relève plutôt de l’objectif destination à tout prix plutôt que de l’appareil lui-même…

  • Guynemer13

    Sacré appareil, de nombreuses heures dessus, du temps de l’URSS, que de souvenirs extraordinaires

    • Vladimir_K
      Vladimir_K

      C’est toute une ambiance assez particulière… J’ai une affection particulière pour les avions anciens, et je rêve d’une compagnie aérienne qui permettrait de voyager dans des oldtimers ; un Paris-New York en 707, ou un Paris-Londres en Mercure*, Paris Copenhague ou Helsinki en Caravelle… mais avec les normes actuelles, c’est inenvisageable hélas.

      * Qu’est-ce que j’aurais aimé connaitre le Mercure autrement que dans des livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.