Accueil » La « descente aux enfers » du trafic aérien français

La « descente aux enfers » du trafic aérien français

Le président de la FNAM entouré des dirigeants d'Air France, Air Caraïbes et Corsair attirent l'attention sur l'extrême fragilité du transport aérien confronté à une crise profonde qui dure. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

C'est une véritable "descente aux enfers" que décrit Alain Battisti, président de la Fédération nationale de l'aviation marchande (FNAM). La reprise n'est pas au rendez-vous. Le pavillon français appelle le gouvernement à poursuivre son soutien et demande aux aéroports et à la Direction des services de la navigation aériennes de tempérer leurs velléités d'augmenter taxes et redevances.

Pour l’instant, le secteur de l’aérien français tient le coup face à la tempête. Mais pour combien de temps encore ? C’est la grande inquiétude d’Alain Battisti, président de la FNAM (Fédération Française de l’Aviation et de ses Métiers), qui s’attend déjà à une année 2022 troublée. Le redressement attendu mi-2021, n’a pas eu lieu. « Nous avons connu un été en demi teinte« , affirme-t-il, « avec septembre en recul par rapport à août »

Selon les chiffres de la FNAM, le trafic aérien...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(2) { [0]=> int(1270) [1]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Question : pour participer au rétablissement des équilibres, n’est-ce pas le moment d’augmenter sensiblement le prix des billets d’avion ? Des voix se sont élevées, ici et ailleurs, pour considérer que voyager à l’autre bout du monde à vil prix était une aberration. Donc osons, les circonstances le justifient.

    Ah zut, on est en période d’élection et il ne faut pas désespérer les populations.

    Alors on oublie… quoi qu’il en coûte.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(1270) [1]=> int(3) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(1270) [1]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.