Accueil » Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette

Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette

Après avoir été cloués au sol pendant plus de trois mois, les Boeing 787 reprennent progressivement du service... avec des modifications lourdes autour de la batterie. Pendant ce temps, le NTSB cherche toujours à établir les causes de l'incident du 7 janvier.

Fin avril, Ethiopian Airlines était la première compagnie à faire revoler un Boeing 787.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

8 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette
    –Revenir en arrière, c’est admettre qu’on s’est trompé, ce n’est peut être pas le fort de cette industrie quand on constate que, par exemple, Airbus a conservé les mini-manches non conjugués et les manettes de gaz immobiles pour ses nouveaux avions…–

    Je vois pas quel est le probleme avec les side-stick?

    ?!?

    Répondre
  • Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette
    Dans le texte il est dit: »un carburant avoisine son comburant en milieu fermé ».
    Ce qui en terme militaire décrit une bombe! Surtout si vous l’entourez d’un blindage!!

    Répondre
  • par michael tolini

    Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette
    Outre le gain de masse, le grand interet des batteries lithium est l’absence d’effet memoire, d’ou un gain de temps en escale parce qu’on ne doit pas decharger les batteries avant de les recharger.
    Pour memoire SAFT le fabriquant francais bien connu va equiper le prochaine generation de satellites espions US avec cette technologie.

    Répondre
    • Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette
      Sauf qu’en exploitation normale on ne s’amuse pas à décharger et recharger les batteries à chaque escale. Elles restent toujours chargées.

      Répondre
  • Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette
    Finalement, je ne comprend pas bien pourquoi Boeing ne revient pas prudemment à l’ancienne technologie au cadmium, puisqu’au final, avec toutes les protections, c’est plus lourd et qu’il subsiste un doute. Airbus a fait ce choix pour l’A350, peut être en constatant les déboires de son concurrent.
    Revenir en arrière, c’est admettre qu’on s’est trompé, ce n’est peut être pas le fort de cette industrie quand on constate que, par exemple, Airbus a conservé les mini-manches non conjugués et les manettes de gaz immobiles pour ses nouveaux avions…

    Répondre
  • Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette
    L’ennemi n°1 de l’ aviation c’est le poids.

    Répondre
  • Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette
    Entre les batteries LiCoO2 qui a juste titre, sont réputées peu stable et le NiCd technologie cinquantenaire, il y a les LiFeO4 ( lithium phosphate de fer) qui devraient faire l’affaire, 2 fois minimum moins lourde que le NiCd avec en plus des capacités de forte décharge

    Répondre
  • par gomme arabique

    Le Boeing 787 vole mais les batteries lithium-ion restent sur la sellette
    Bonjour à tous,
    un surpoids de 89 kg dur à avaler! Mais maîtrise t-on à 89 kg près le poids des passagers ou le poids du carburant embarqué?
    Si vraiment la rentabilité d’un avion dépend de 89kg, il est peu probable que celui-ci dégage un bilan d’exploitation positif.
    Et que dire de la sécurité, si 89kg supplémentaires affectent la rentabilité.

    Gomme arabique

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.