Accueil » Transport Aérien » Le grand bluff de la suppression des vols domestiques

Le grand bluff de la suppression des vols domestiques

Les low cost européennes prêtent à redémarrer leurs opérations en France. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Alors que le gouvernement français réclame la suppression d’une partie des lignes intérieures d’Air France, les low cost européennes annoncent la reprise de leurs activités sur le marché domestique. Pour le plus grand soulagement des aéroports régionaux inquiets des déclarations du ministre français de l’économie.

«  La connectivité des régions est clé pour la reprise économique de notre pays et nous sommes heureux de pouvoir relancer notre activité domestique en France dès le 15 juin. ». Qui a bien pu faire une telle déclaration ? Ce n’est ni, Anne Rigail, directrice d’Air France, ni Alain Battisti, président de la Fédération nationale de l’aviation marchande, mais Reginald Otten qui n’est autre que le directeur d’easyJet pour la France ! 

Les low cost européennes en force sur...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

40 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par DIDIER BILLARD

    Je crois que la France représente tout juste 2% de la pollution mondiale ( tout confondu ) . Il faudrait expliquer , tout ça , aux Chinois , Américains , Indiens , Russes qui à eux quatre représentent 70 à 80 % des pollueurs…..( si les chiffres avancés sont justes )

    Répondre
  • Pourquoi une cie multinationale dont l’état n’est actionaire qu’à 15%, recoit un cadeau de plusieurs Milliards d’euros ? ? ? ?

    Comment réagissent les autres actionnaires KLM, Delta

    Pour une entreprise cotée en bourse, bonne affaire pour les actionaires . .
    Laissons le marché libre. . . la preuve les Low-Cost réussissent bien

    Répondre
    • Bonjour,

      La réponse a été donnée par le gouvernement: si Air France chute, les impacts pour Airbus et sa chaine de sous traitants seraient terribles.

      Au delà ses impacts financiers et humains/sociaux, une grande partie de cette chaine fait partie des entreprises classées OIV permettant de garantir la souveraineté de notre pays

      Concenant KLM, il me semble que des actions similaires soient engagées également avec la Hollande.

      Répondre
  • Bonjour,

    Avant tout merci Aerobuzz et à sa communauté, c’est avec un réel plaisir que je m’enrichis tous les jours, en lisant vos articles et les commentaires de vos lecteurs passionnés.

    Concernant la volonté du gouvernement du limiter les vols en France et vos commentaires, je me permets ce commentaire pour exprimer mon soutien à cette action.

    Si on nous disait en 2025 la Terre ne sera plus habitable, là on serait certainement plus à l’ecoute de solutions pour l’environnement et prêt à sacrifier notre niveau de vie.

    Nos usages vont devoir changer et nous devons nous préparer à accepter des contraintes fortes pour nous assurer de préserver l’environnement. Ce n’est pas en plantant des arbres ni en gagnant quelques % sur les émissions de CO2 que nous sortirons de ce défi qui est peut être le plus complexe et difficile: les impacts auront des conséquences dans n générations, notre niveau de vie sera très fortement impacté si nous souhaitons réussir, nos objectifs personnels et nos raisons d’être sont liés à un mode de vie qu’il faudra abandonner et surtout nos actions seront inutiles si les autres puissances mondiales n’agissent pas également..
    Ceci nécessite de devoir jouer sur les 2 tableaux: rester en position de force et donc continuer à préserver des parts de l’échiquier du commerce mondial, et entamer une transition ecologique drastique.

    N’ayant aucun chemin tracé, il faut pourtant initier une dynamique collective, même si les premières actions et impacts génèrent des difficultés et peu de résultats

    Oui il faudrait d’avantage de réflexion, une vision clairement exprimée et un plan stratégique, mais êtes vous, sommes nous prêts à l’entendre et ainsi entamer cette transition? 😉

    Répondre
    • Mille fois raison Philippe. En fait, peu de gens ont la notion de ce qui va nous arriver. Mes premières conférences sur le changement climatique datent des années 2005, et je disais a mes interlocuteurs incrédules que les premiers signes tangibles arriveraient dans une quinzaine d’années. Nous y sommes. Je dis maintenant qu’il nous faut encore une quinzaine d’années avant d’arriver à un état où la dégradation sera telle que nous serons balayés (contraints) a la manière du Covid. On ne se posera plus de questions, et les modes de vie changeront sous la contrainte, mais pas de manière agréable. Les efforts dans ce genre de forum, c’est justement d’essayer d’alerter et de transitionner plutôt de manière acceptée et donc plus « agréable » même si ce mot ne s’applique pas. Il faudra en effet reconvertir des métiers et des hommes, un défi qu’il vaut mieux relever que subir.

      Répondre
  • La solution ? Ressusciter les Skytrain de sur Freddy Lakers , de Reijavik a Athènes ou Palerme , sauts de puce via Dublin Londres Paris Rome où Munich avec quoi ?
    Tous les A380s d’ Afr Baw Dlh , euro zincs donc et peut être en navigation clock et anticlockwise , ça occuperait tout le monde , avec des tickets détachés pour la relance !

    Répondre
  • Que de contradictions entre les décisions à l’emporte-pièce et les réalités mises en évidence par la réflexion . Un des avantages qu’offre ‘Air France à partir de la province est la connexion avec les correspondances internationales de la compagnie. Pourquoi la brider tout en laissant les low coast, souvent étrangères, réinvestir les aéroports français sur des lignes intérieures. Partir de la province avec ses bagages, les enregistrer sur place et les retrouver à son arrivée lointaine présente un intérêt évident tout en soulageant les aéroports parisiens. Et puis, de Bordeaux par exemple, avec vos deux valises dans le TGV, arrivée à Montparnasse, transfert à l’aéroport … quelle perte d’énergie, de stress et de temps. Quant à prendre un vol autre qu’Air France, arriver à l’aéroport de Paris ( pas toujours à temps), récupérer ses bagages pour lesquels vous avez peut-être payé un surcoût, et se refaire un enregistrement, autant d’inepties. Autant d’esbroufe pour croire ménager les uns tout en enfonçant les autres et tout ça pour faire des annonces choc et se montrer déterminé et jurer que la position est définitive voire irrévocable ….

    Répondre
    • Patrick, il semble que les lignes condamnées seront essentiellement des transversales. Ces lignes n’alimentent pas le hub de CDG pour des vols internationaux.
      Cependant, si des radiales, de provinces vers CDG, sont supprimées, alors vous ferez ce que le provincial que je suis pratique depuis 25 ans, vous rejoindrez les hub de Francfort/Munich/Vienne ou Amsterdam……

      Répondre
      • par GIOVANNETTI Val

        Bonjour
        À bordeaux, le gouvernement exige, entre autre, la fermeture du BOD-ORY-BOD . Par conséquent ce n’est pas une transversale…

        Répondre
  • par Jean-Pierre BOURGEOIS

    Ce monde serait à revoir de fond en comble, un équilibre à trouver si on veut un monde durable pour nos descendants, entre économie et écologie, l’un n’ira pas sans l’autre quoiqu’on en dise, quoiqu’on en pense, ce n’est pas de l’idéologie mais bien une réalité incontournable. Mais que les tenants de la croissance sans limite se rassurent, ils n’ont guère de soucis à se faire, après la petite perturbation covid passagère on reprendra le business as usual, la leçon ne sera pas retenue, et tant pis pour ceux qui viendront après, ils n’avaient qu’à naitre avant.

    Répondre
  • Sans vouloir défendre quiconque, cette décision gouvernementale est assez compréhensible pour qui travaille dans le sujet du développement durable depuis plus de 20 ans. J’ai bien écrit « compréhensible » mais pas « réaliste ». Je m’explique:
    En fait, alors que de nombreux militants écologistes s’offusquent (parfois à raison) de certains lobbys industriels en faveur d’un statu quo, personne n’élève sa voix pour signaler que des organes d’influences qui parlent à l’oreille de nos dirigeants (ADEME, Haut Conseil pour le Climat) sont en fait infiltrés et parfois dominés par une pensée unique soutenant à cor et à cri le nucléaire et tout ce qui est anti aérien. Plus encore, aucun de ces experts n’a une compétence avérée au sein du secteur de l’aérien. Quoi que le secteur aérien propose comme progrès (et dieu sait que rares sont les secteurs qui peuvent démontrer une telle amélioration en matière d’efficacité énergétique), rien n’est jamais assez pour ces gens là qui ne prônent que la décroissance du secteur, dans la mesure où un moteur propulsé à l’énergie nucléaire n’est pas possible pour un avion.

    Répondre
    • Je ne pense pas que vous ayez raison sur ce point. C’est juste une question de priorité dans le traitement des problèmes qui surgissent. La priorité numéro 1 c’est de décarboner dans une échelle de temps extrêmement rapide. Supprimer le nucléaire (qui est decarboné) obligerait à multiplier par mille son remplacement par d’autres formes de sources diffuses. Impossible a tenir dans les délais impartis, alors que d’autres sources fortement carbonées doivent l’être (remplacées).
      On s’occupera du nucléaire après, en deuxième priorité.
      Tout pourcentage gagné sur le CO2, est une bataille gagnée.

      Répondre
      • Décarboné, oui ? Mais que fait-on des déchets mortels pour des milliers d’années ? On les mets sous le tapis, enfin dans des galeries comme à Bure !

        Répondre
  • Les banlieusards vont être obligés de rentrer dans Paris pour aller prendre un tgv…alors que les réseaux RER sont déjà saturés et que Hidalgo a bloqué la circulation dans Paris… ah nos politiques toujours très brillants !!!

    Répondre
  • Lors de la 1ére guerre mondiale, le chef de l’état-major allemand, Ludendorff, avait déclaré à propos des Français :  » Ces soldats se battent comme des lions mais sont commandés par des ânes « .
    Rien n’a changé.

    Répondre
  • Moi j’ai raté mon BEPC, je n’ai aucune, mais alors aucune connaissance dans le nucléaire, l’agriculture, la pêche, la politique étrangère. Mais je veux bien être conseiller d’un ministre dans cette spécialité, ça a l’air d’être facile comme travail.

    Répondre
  • Le maire égal à lui même. Monsieur voiture électrique préfère favoriser des trains à moitié vide qui consomment pendant 2 à 7 heures de la électricité atomique qui
    imposent des structures lourdes à entretenir sur des kilometres au noms de la écologie
    Entre l’ Airbus des batteries futur fiasco, le train gratuit pour les vrais cheminots
    dommage qu il n’ est pas essayé la chloroquine de l’article attrape gloglos du Lancet
    Le secteur aérien pourrait alors bien se porter dans le future.

    Répondre
  • Aucune autre compagnie ne viendra sur ces marchés. Il n’y en avait pas avant la crise, la demande en berne ne va pas attirer les foules !
    Et les règles de distanciation imposées à tous les autres transports en commun mais pas dans les avions , on en parle ? Vous croyez vraiment qu’un filtre hPa va vous protéger magiquement des postillons, toussotements et éternuements de votre voisin?!? Non, les lobbyistes de l’aérien ont juste été plus forts que ceux des autres modes. De toute façon, les bus et trains, ce sont quasi exhaustivement des compagnies publiques ou parapubliques. Donc on peut « socialiser » ces pertes. Pourtant, leur modèle économique tolérera tout aussi mal une réduction de moitié de leur recettes en heure de pointe, bref de leur recette tout court.

    Et enfin, vous pensez sérieusement que ces demandes n’ont pas été préalablement négociées entre le gouvernement et la direction d’AF?!? Ces « contreparties », c’est du pur affichage politique!

    « -bonjour bruno c’est ben. Vous auriez qq milliards pour AF? Vous savez,les emplois, secteur strategique, tout ca tout ca…
    -on pourrait vous garantir 7mds à taux d’ami, mais l’opposition va nous tomber dessus. Il faudrait leur donner quelque chose. Tiens le député Ruffin là, il n’avait pas demandé de réduire les vols intérieurs ? Vous en avez bien quelques-uns que vous ne pensiez pas reprendre?
    -par exemple, ORY-NTS, LYS, BOD.
    -grosso modo tout ce qu’on peut faire en 3h en train
    -non! MRS, MPL sont trop juste. 2h30?
    -va pour 2h30.
    -ah et il faudrait exclure les hubs. On pourrait rajouter une clause, genre « pour la continuité territoriale »
    -ok. Et puis on va mettre des chiffres flous mais qui font joli, genre diminuer de 50% vos émissions à moyen terme.
    -tant qu’il n’y a pas de pénalité en cas de manquement, ça nous va »

    Répondre
  • Air France n’a jamais été intéressé par le réseau intérieur.Epargnez moi ce fardeau disait Max Hymans un des premiers présidents d’AF. Ce qui l’ intéressait c’ était une compagnie qui puisse alimenter son hub de Roissy.Mais difficile de rentabiliser le Nce Cdg lorsque l’on vend leNce Cdg JFK à peine plus cher que leCdg JFK..Comme AF est incapable de baisser les coûts on laisse ce travail à la concurrence qui va se faire un plaisir de récupérer les créneaux inutilisés .Je rappelle qu’Air Inter a transporté près de dix huit millions de PAX sur ce réseau avec 18 A300 malgré la concurrence TGV et sans aucune subvention tout en faisant du bénéfice.

    Répondre
    • IT c’était une autre époque…la nostalgie il y a 25 ans. je payais alors mes billets plus chers qu’aujour’d’hui alors qu’entre temps les taxes ont largement rogné les revenus nets. Pas de concurrence, c »était l’époque où le TGV était un produit de luxe et ne desservait pas la méditérrannée en moins de 5h… Les lignes intérieures HOP ont vu leur rentabilité massacrée par l’arrivée des low cost qui ont détourné la partie de la clientèle, certes peu lucrative, mais qui faisait justement l’équilibre… mais HOP contrairement aux low cost doit maintenir 2 fréquences jour pour le business . Les coûts du réseau HOP ont été fortement rationalisés, mais que celui qui a la bonne équation pour équilibrer ces lignes en CRJ ou E190 nous donne la recette… sur que les équipes de HOP sont intérressées.

      Répondre
      • Non seb Pas de nostalgie mais des regrets.Air inter c’était le low cost avant l’heure modèle repris par Easy jet et ses centaines d’avions.Il y a25 ans ce n’était plus It ni UtA.Il fallait sauver le soldat AF en sacrifiant deux sociétés qui étaient en bonne santé.Et 25ans plus tard nous voilà à la case départ…..et le coronavirus n’est pas le responsable mais plutôt le sauveur.

        Répondre
      • les taxes! quelle taxes ? quand une LC vend un billet 12 euros…. et qu’il y a au moins le double en taxe sur une major?

        Répondre
    • Un peu de subventions avec les Mercure, et des vols en A300 avec la petite voiture en soute et des vols ORY TlS en A 330 blindés. La navette pour plier Air Liberté et AOM… AIR Inter Une autre époque (et belle époque) M. RANTET
      Si l’état est cohérent dans son discours les vols sur des lignes TGV doivent être taxées au maximum au nom de l’écologie et quelque soit l’opérateur.

      Répondre
    • Bonjour
      Il faudrait déjà qu’AF paye les mêmes taxes et impôts que les low cost.
      Et que l’on ne lui ait pas imposé entre autre d’acheter des A380, non adapté à sa flotte parce que cet avion est un AIRBUS ..
      si cela était si simple cela se saurait …

      Répondre
  • par Catherine Bouroullec

    Je demande à voir comment concentrer des voyageurs qui n’ont rien à y faire dans des gares en centre-ville, par ailleurs de plus en plus inaccessibles, réduirait une quelconque empreinte carbone… Une gare dessert une VILLE, alors qu’un aéroport dessert une RÉGION, comment ces intégristes ne le voient-ils pas ?
    Quant à savoir si les crétins diplômés qui nous dirigent ( ou qui essaient…) ignorent tout de ces dossiers ou s’ils sous-estiment les français, la réponse est claire: les 2, mon général !

    Répondre
    • Moi j’adore voyager en train, mais pas intégriste pour deux sous.
      Heureusement que l’essentiel des régions n’ont pas attendu l’avion pour se développer depuis des décennies. Je dirais même que l’avion est parfois venu troubler leur coté champêtre.
      Prenons le temps de vivre.
      Au fait j’ai pas de GP pour voyager en avion, et vous ..?

      Répondre
    • Parmi ceux qui ignorent tout de ces dossiers, vous ne semblez pas mal placée non plus… Pouvez-vous préciser quelles sont les différences en termes de desserte entre un aéroport et une gare ? Sauf à ce qu’une voiture de location gratuite apparaisse par magie sur le parking du premier pour chaque voyageur qui débarque, je n’en vois pas… Mieux : les gares permettent l’interconnexion avec le réseau TER (qui dessert… la région) et les transports en commun. Il y aussi nombre de gares TGV en rase campagne pour ceux qui préfèrent la voiture. Encore mieux : les aéroports français possèdent dans leur immense majorité une desserte ferroviaire, donc l’argument de la correspondance, c’est du pipeau.

      Ensuite oui, passer au train permet de réduire énormément l’empreinte carbone (les valeurs données ici tiennent compte du cycle de vie des véhicules et des infrastructures nécessaires) :
      – 1 km en avion = 250 g eqCO2,
      – 1 km en train = 30 g eqCO2,
      – 1 km en voiture = 200 g eqCO2.
      Vu ce qui nous pend au nez en matière de climat, l’amélioration ne se discute même pas.

      Je passe sur le confort du train, l’absence de formalités d’enregistrement et de sécurité, qui font que sur les trajets intérieurs, le TGV est bien plus agréable (et parfois plus rapide de porte à porte !) que l’avion.

      Permettez-moi enfin de vous rappeler que ce sont des élus locaux « proches des français » qui ont fait des pieds et des mains pour avoir tous leur aéroport régional – que dis-je : leurS aéroportS régionauX ! – avec pour résultat des années de pertes et des millions déversés à subventionner des compagnies low-cost cyniques au possible qui pratiquent l’optimisation fiscale et le chantage à l’emploi à fond…

      Alors oui, je trouve que le gouvernement a eu raison d’imposer ces contraintes à AF, ce qui permettra du reste de limiter les pertes que NOUS payons de notre poche (billets et impôts), mais il aurait dû aller plus loin et imposer cette mesure à toutes les compagnies. J’espère que les Français seront assez raisonnables pour ne pas se vautrer sur les offres des low-cost…

      Répondre
      • D’accord avec votre réponse Nemo qui rétablit des faits incontestables et que tous ceux qui ont pu comparer train vs. avion, en utilisant les 2, ne sauraient nier.

        Ce qui m’affole c’est notre gouvernement qui demande à AF de supprimer ces lignes mais qui, par cette décision plutôt bonne, ouvre une voie royale aux low-cost pour qu’elles remplacent les vols AF supprimés. On marche sur la tête, non ?

        Répondre
      • Et oui, parlons en de l’absence de mesures de sureté (et pas de sécurité – sachons de quoi on parle) quand on prend le train, surtout si celui-ci est lancé à grande vitesse… Quand on devra contrôler la température de tout le monde (avant un voyage en avion comme en train), ça va changer les choses en temps de pré-parcours…
        Quant à vos chiffres CO2, si vous voyagez encore avec des avions qui font plus de 10 litres aux 100 km (pour info ça n’existe plus depuis bien longtemps en France) vous arrivez en effet aux 250 g eqCO2.
        Pour ce qui est des pertes que NOUS payons de notre poche, on peut aussi payer des 25 milliards de dette de la SNCF absorbés par l’état en Janvier 2020 /et rien à voir avec la situation exceptionnelle du COVID)

        Répondre
      • @Philippe

        Si l’on ne considère que les émissions de CO2 directes (essentiellement issues de la combustion du Jet A), je suis d’accord, celles-ci sont plus basses que le chiffre que j’ai donné (en gros 100-150 g eqCO2/(pax⋅km)). Cependant, les émissions aéronautiques ne se limitent pas au CO2 : en altitude, ozone, vapeur condensée en cirrus, suies ont aussi un impact sur le forçage radiatif qu’elles induisent. Le facteur de correction est sujet à débat, mais il se promène quelque part autour de 2.

        Concernant la sécurité (pardon de l’abus de langage, mais la distinction sécurité-sûreté n’est pas établie dans la plupart des dictionnaires, qui les donnent pour synonymes ; les deux termes ont d’ailleurs strictement la même origine étymologique), sachez que les Chinois utilisent déjà des caméras thermiques permettant de repérer automatiquement les passants malades sans même leur demander de s’arrêter. Pour le reste, les trains ne sont pas plus risqués que les autres lieux publics et offrent toujours, contrairement à l’avion, la possibilité de s’arrêter en urgence et de déguerpir. Si vous faites référence à la possibilité de faire dérailler le train, c’est plutôt la voie qu’il faut plastiquer et les mesures de lutte n’impliquent alors plus le contrôle des passagers.

        Enfin, soyez honnête : que la SNCF soit déficitaire n’implique pas qu’il ne faille pas réduire les autres déficits ! D’autant que le réseau ferré national n’a pas la même valeur ni la même utilité qu’une compagnie aérienne…

        Répondre
  • C est vraiment la décision la plus incompréhensible du gouvernement. Avec le 1er tour des municipales alors que le covid faisait déjà des morts.
    Ils donnent des milliards a air France et après ils brident leur activité. Si ils pensent que c est comme ça qu air France va s en sortir et rembourser…
    Et merci pour la concurrence étrangère qui va se gaver et prendre les lignes en France.
    Peuvent pas foutre la paix a air France et laisser faire la concurrence entre les compagnies et le train.
    Si ils veulent que les gens prennent le train ils remettent la ticc sur les vols commerciaux de toutes les compagnies et le billet va augmenter. Le train s imposera de facto.
    Toujours à vouloir réguler, autoriser, interdire sans aucune maîtrise du sujet.
    La meilleure chose pour air France c est que l état ne soit plus actionnaire.

    Répondre
    • Et quelles sont les compagnies où l’état n’est pas actionnaire qui se sont donné la peine de rapatrier les ressortissants Français pendant la crise ?

      => Aucune.

      Vive la pensée magique…

      Répondre
      • Plein de compagnies d aviation d affaires. Et pas que pour des supers riches.
        Air France a eu le marché de certains rapatriements mais d autres compagnies aussi.
        C est un appel d offres.

        Répondre
    • Je « plussoie ».
      Il faut tout simplement crier haut et fort que des hommes et des femmes politiques sont TOTALEMENT INCAPABLES de s’occuper d’affaires économiques.
      Qu’ils et elles se cantonnent à s’occuper de leur réélection éventuelle.

      Répondre
      • Les politiciens, ceux qui sont censés gouverner l’Etat au plus haut niveau, sont des carriéristes qui vivent aux crochets de nos impôts depuis leurs naissances.
        Ils n’ont jamais (ou presque) été des personnes compétentes pour décider, statuer, imposer sur tous les sujets qu’ils s’imaginent maitriser.
        Pas simple, en effet, quand la plupart n’ont jamais connu le monde du travail et de l’entreprise!
        Leurs buts est de convaincre le peuple que leurs mensonges sont des vérités.
        Seule vision, les prochaines élections!…

        Répondre
      • Les politques font le job, et c’est pas facile.
        Comment tenir un cap, une vision en tenant compte des « émois collectifs » (et moi^^) qui ne sont en fait que des arguments déguisés de détracteurs très organisés et interessés, tels que les syndicats violents et partis minoritaires dont la seule stratégie se résume à une critique stérile.
        -« Donnez moi un gilet jaune et je renverserais la France ! ».
        Ne pas oublier que tous français bénéficie d’un régime exceptionnel, en terme d’accompagnement social ! Il est donc en droit de râler, de donner des idées mais jamais de casser.
        De là à ce que le politique cherche des arguments dans tous les recoins, il n’y a qu’un pas.

        Répondre
      • Stop au politique bashing systématique. Il y en a des bons et des compétents, probablement plus que ce qui s’écrit sur les réseaux sociaux peut donner à croire. L’un des problèmes, c’est que la pluralité de l’opinion publique étant de plus en plus vaste, et l’expression de ses divers intérêts de plus en plus sonore, donner satisfaction à une fraction déchaîne automatiquement la colère des autres fractions. Bon, après, c’est certain que, comme tout le monde, y en a des qui font des (c…) bêtises. Des stages ouvriers peut-être pour améliorer les choses ? 🙂

        Répondre
    • Allez dire à Lufthansa que l’état ne doit pas être actionnaire alors qu’il va être le principal actionnaire pour sauver la Cie allemande. Au-delà du Rhin, c’est un autre Monde on dirait.

      Répondre
    • Si l’état n’était plus actionnaire d’AF, elle pourrait enfin décider seule et prendre des décisions non Politique et non imposée !
      Achat A380 …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.