Accueil » Le Jatropha curcas au banc d’essai économique du transport aérien

Le Jatropha curcas au banc d’essai économique du transport aérien

TAM, en pointe sur l’expérimentation des biocarburants dans le transport aérien, passe à l’étape suivante, en s’intéressant désormais à la viabilité économique du Jatropha curcas. La compagnie aérienne brésilienne lance une étude de faisabilité portant notamment sur les cycles de vie de plusieurs matières premières et sur la chaîne de production et de distribution de ce nouveau carburant pour l’aéronautique.

Dans le prolongement de son vol expérimental réalisé en novembre 2010, avec un carburant composé à 50% d’un biokérosène à base d’huile de Jatropha curcas, TAM Airlines, lance une série d’études de viabilité portant sur une chaîne de valeur de culture agricole, de transformation industrielle et de distribution à grande échelle d’un nouveau carburant renouvelable et efficace destiné au secteur de l’aviation. Cette démarche s’inscrit dans un projet de développement d’une chaîne de production durable de bio-kérosène conçu à...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par DIAMBWILA MAMBWENE ANDRE

    Moi je suis Mr André Diambwila Agent à la poste Congolais bientot je serais retraiter dans deux Ans .Mais je suis souvent informer par la revu SPORE que je reçois régulièrement depuis 2002 .Enfin j’ai un projet dans ma Fondation MC . DOLLY’S . ANDERSON ou j’ai déjà planté plus des 3.000 jeunes Plantes des JATROPHA dans la ferme Miboti Mulemba groupement Buka -Nkento ;secteur Kinzenga territoire Masi-manimba Province KWILU vers Masamuna route Kibolongo Kingwendi ou nous avions planter plus des 3.000 jeunes plantes des JATROPHA d’ou nous souhaitons augmenter plus 5 à 20Héctards dans jours qui viennent nous sommes entrains des rechercher des grandes usines qui sont dans l’exploitations dans biocarburant pour nous soutenir a améliorer notre production car nous avons des difficulté pour soutenir nos membres qui sont à l’intérieur du pays pour la suivi des ce grand projet avec le salaires de la poste sur ceux nous sommes à la recherche des financements aux grand usines qui sont dans les biocarburant car selon le projet nous souhaitons préparer un projets des 50.000 jeunes plantes des jatropha dans notre projet à la Fondation MC. DOLLY’S . ANDERSON en RDC merci André Diambwila fondateur du projet

    Répondre
  • par Roland lorone producteur de jatropha curcas en guinee

    Le Jatropha curcas au banc d’essai économique du transport aérien
    je suis un jeune guinéenne dans la région forestière n`zerekore préfecture de Lola sous préfecture bossou regidant dans la région administrative kankan quartier ex report prés du bureau régional de pam

    Répondre
  • par association omssom jatropha

    Le Jatropha curcas au banc d’essai économique du transport aérien
    je dispose suffisamment de l’espace offerte à l’association donc je suis le président par les autorités de mon pays.

    Répondre
  • Le Jatropha curcas au banc d’essai économique du transport aérien
    Pour répondre à BERLU URLU = Comme l’ aurait dit un Général qui a sauvé la France, hélas, trois fois hélas.
    Force est de constater que nous n’avons plus de dirigeants à même de diriger correctement la France, mais des personnes qui font carriere ! l’ ENA qui semble toute puissante a tout foutu en l ‘ air !
    augmenter les impôts a des limites qui sont déjà dépassées .
    espérons, sans grand espoir, que les prochaines élections apporteront un changement, mais la  » porte de sortie  » n’est -elle pas de faire les Etats Unis d’ Europe…à chacun d’y réfléchir, lorsque l’on sait que les USA ont le même nombre de députés et sénateurs ( peu importe l’ appelation ) que la France, ne peut-on pas se poser des questions ?…et en plus, on a des Députés européen , conseil général, régionale, communauté de communes et j’ en passe ! et tout ce beau monde se fait payer…pour faire quoi ?.. avec tout une ribanbelle de secretaires , bureau  » nec plus ultra  » etc…dans de très beau immeubles, jamais dans un HLM ! .réflechissez ert votez utile !

    Répondre
  • Le Jatropha curcas au banc d’essai économique du transport aérien
    Le Brésil se développe…
    La majeure partie de leur parc automobile utilise du carburant issu de la canne à sucre…
    D’après les spécialistes, le jatropha serait la plante la mieux adaptée à la production de biocarburants : bon rendement et culture possible sur des terres relativement infertiles. Les brésiliens mettent le paquet sur cette agro-industrie.
    Et pendant ce temps, nos élites européennes inventent la taxe carbone et nous expliquent que les biocarburants affameront la planète… Or, bien qu’elles ne soient pas idylliques pour tous, les conditions de la population brésilienne se sont fortement améliorées au cours de la dernière décennie, y compris pour les plus pauvres… Je ne suis pas persuadé que les ex-convictions trotskystes de Lula da Silva soient pour beaucoup dans le développement du Brésil, mais je suis certain que les lubies pseudo-écologiques qui sévissent dans nos instances politiques, expliquent en grande partie la décroissance des pays européens.
    Le Brésil vient de déposséder la Grande-Bretagne de son rang de 6ème puissance économique mondiale. La 5ème (nous) sera rejointe dans quelques mois…

    Répondre
  • Le Jatropha curcas au banc d’essai économique du transport aérien
    depuis des années, on nous parle des carburants pouvant remplacer ceux d’ origine pétrolière, et la presse plus ou moins spécialisée, cherchant toujours des sujets pour noircir leur papier,, sont en première ligne.
    ils pourraient commencer par lire les archives de la dernière guerre pour apprendre qu’en Allemagne , on utilisait principalement du carburant synthétique de très bonne qualité, et que les chasseurs M 109 s’en portaient très bien.
    régulièrement, nos, pétroliers qui ont mis la main sur le sujet, se transformant en  » Madame Soleil  » principalement pour calmer les esprits, nous prédisent ce carburant pour dans deux ou trois ans, …mais c’est toujours le même délai…demain on rase gratis, mais aujourd’hui, on se rempli les poches !…autrement dit, on continue avec le pétrole, alors qu’ il y a 25 ans qu’on ne devrait plus en avoir ! mais la production n’a jamais été aussi importante, et avec les forage en biais, il y en a encore pour longtemps !
    ma question est simple = qui se rempli les poches ?…ces super capitalistes qui ne sont pas prêt de lacher le morceaux !
    si l’on veut vraiment voir le problème, ce n’est pas 10%, mais 50% minimum , voir 70 à 80 % dans les deux ans …mais pas deux ans renouvelables !
    le problème est le même pour l’ automobile..regardez de quelle façon on a  » verrouillé  » l’utilisation du gaz-carburant..en premier pour les bus de ville, là où cette utilisation était le TOP…pas même un sur dix, et encore , que dans quelques Villes ! aucune progression depuis 1/4 de siècle ! si ce n’est pas de la mauvaise volonté, c’est quoi ?
    on peut aussi se poser des questions sur le laxisme des associations  » spécialisées  » qui se laissent régulièremnt  » endormir  » par les beaux parleurs !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.