Accueil » Transport Aérien » Le trafic passagers de Vinci Airports multiplié par deux en 2022

Le trafic passagers de Vinci Airports multiplié par deux en 2022

Le plan de décarbonation de Vinci Airports a franchi une étape importante en 2022 avec l’obtention, par les aéroports de Nantes, Saint-Nazaire, Rennes, Clermont-Ferrand, Grenoble , Chambéry Savoie et Toulon Hyères de l’accréditation « Airport Carbon Accreditation » de niveau 3. L’aéroport de Lyon-Saint Exupéry (photo) accède au niveau ACA 4+, le plus élevé du programme. © Vinci Airports

Le réseau mondial des aéroports Vinci Airports affiche une très forte croissance en 2022. A l’exception du Japon et du Cambodge, le trafic se rapproche de ses niveaux de 2019, sur les différents continents.

Plus de 186 millions de passagers ont fréquenté les aéroports Vinci Airports sur l’ensemble de l’année 2022 soit plus du double de la fréquentation de 2021. Si l’on ajoute les aéroports mexicains d’OMA intégrés au réseau Vinci, en fin d’année, on arrive à 209 millions de passagers. Toutefois, malgré ce remarquable redressement, le trafic n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant crise. Il affiche une baisse de -28 % par rapport à 2019 (-25% en intégrant les aéroports mexicains).

Evolution du trafic passagers de Vinci Airports en 2022

(2) – Trafic incluant les sept aéroports amazoniens ayant rejoint le réseau VINCI Airports début 2022. (3) – Les treize aéroports du groupe OMA ont rejoint le réseau VINCI Airports le 08 décembre 2022. © Vinci Airports

C’est le Portugal qui tire le mieux son épingle du jeu. En 2022, il revient à -5,8% de son trafic 2019. Les aéroports portugais ont dépassé leur niveau de trafic pré-crise depuis octobre 2022. C’est le cas également de Belgrade en Serbie qui, comme le Portugal, a aussi bénéficié de l’offre des compagnies low cost. Les aéroports français de Vinci Airports progressent de +84% en 2022. Ils ont regagné trois quarts de leur trafic 2019. Au quatrième trimestre 2022, « L’aéroport de Lyon St-Exupéry a tiré profit du dynamisme du trafic affinitaire sur certaines routes internationales (Porto +30 %, Alger +41 %, Istanbul SAW +36 %) à l’occasion des congés de la Toussaint et de fin d’année. », précise Vinci Airports. 

Trafic passagers par aéroport du réseau Vinci Airports en 2022

© Vinci Airports

Londres Gatwick qui continue de restaurer son offre de destinations internationales long courrier, plusieurs liaisons ayant été rouvertes au quatrième trimestre (comme avec le Vietnam, le Costa Rica ou l’Afrique du Sud), a vu son trafic multiplié par 5,3 en 2022 par rapport à 2021. Il est néanmoins encore à -29% de son trafic 2019. En revanche, les Etats-Unis ont presque effacé la crise. Les trois aéroports du réseau Vinci Airports (Orlando-Sanford, Hollywood Burbank et Atlantic City) ne sont plus qu’à -7% de 2019.

Trafic passagers par aéroport du réseau Vinci Airports en 2022

© Vinci Airports

Au Japon, si le trafic domestique est maintenant totalement revenu à son niveau pré-Covid, les restrictions sanitaires dans la région ont entravé le trafic international. Il manque encore près d’un tiers du trafic pour revenir au niveau de 2019. Toutefois, « le trafic international a connu un rebond depuis la levée des restrictions sanitaires dans la région et la reprise des vols par les compagnies aériennes (notamment de et vers la Corée du Sud). », souligne Vinci Airports.  En revanche, « au Cambodge, le trafic est resté pénalisé par le faible nombre de vols avec la Chine, bien que certaines dessertes internationales comme Singapour (-15 %) et la Thaïlande (-28 %) aient montré une croissance significative sur le quatrième trimestre. La levée des restrictions de déplacement au premier trimestre 2023 annoncée par les autorités chinoises devrait bénéficier à ces plateformes asiatiques dans les prochains mois, même si le rythme de reconstitution reste encore incertain. »

Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable est reconnue. Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.