Accueil » L’écran tactile entre en ligne

L’écran tactile entre en ligne

Airbus a livré, le 18 décembre 2019 à China Eastern, un A350-900 équipé d’une suite avionique intégrant trois écrans tactiles développés par Thales. Une première mondiale pour l’aviation commerciale certifiée par l’EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne).

19.12.2019

Pour le pilote l'utilisation est comparable à celle d'un smartphone ou d'une tablette. © Airbus

L’écran tactile développé par Thales pour équiper les cockpits des A350 d’Airbus a été certifié par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) en novembre 2019. Il s’agit du premier écran de ce type certifié au monde pour des avions commerciaux.

Sur les six grands écrans du cockpit de l’A350, trois peuvent désormais devenir tactiles : les deux écrans extérieurs et l’écran central inférieur.

« Cette nouvelle interface offre une facilité et une fluidité d’utilisation comparables à celles d’un smartphone ou d’une tablette de dernière génération, ainsi qu’un degré de précision sans précédent. », affirme l’équipementier français. De plus, l’installation dans le cockpit permet aux pilotes d’interagir directement avec les applications Electronic Flight Bag pouvant être affichées à la demande. « Couplés à ces applications de dernière génération, les écrans tactiles offrent aux pilotes des temps de réaction aussi rapides que la plupart des écrans tactiles de la vie quotidienne. »

Thales et Airbus affirme que l’écran tactile offre une interaction fluide et un haut niveau de précision. © Airbus

Afin de pouvoir être utilisés dans le cockpit d’un avion de ligne, les écrans tactiles doivent évidemment répondre à un certain nombre de contraintes opérationnelles importantes. © Airbus

Les écrans tactiles de 15 pouces conçus pour être utilisés dans le cockpit d’un avion doivent surmonter un certain nombre de contraintes opérationnelles importantes : ils doivent offrir une faible réflectivité, fonctionner dans des conditions électromagnétiques denses, résister à des niveaux élevés de vibrations, et maintenir leurs caractéristiques de haute performance au cours du cycle de vie du produit.

Airbus précise qu’une vingtaine de compagnies clientes du programme A350 ont fait le choix des écrans tactiles proposés en option. A noter également que ces écrans tactiles sont aussi une des composantes centrales de suite avionique FlytX, sélectionnée par Airbus Helicopters et la DGA pour équiper le Guépard, futur Hélicoptère Interarmées Léger H160M.

Gil Roy

 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

20 commentaires

  • Denis

    Ce n’est pas le constructeur de l’avion qui choisi l’équipement de la cabine passagers, c’est le client et le fournisseur n’est pas le constructeur de l’avion qui est simplement l’intégrateur, alors que dans le cockpit c’est le constructeur qui retient les équipements, même s’il s’agit d’options.

  • Jean-Marie

    Bonjour. MDR quand le 350 se retrouve en panne à CDG? La réactivité de cette Cie, à prendre avec des baguettes. Des cousins viennent d’en faire l’amère expérience. Vol vers Canton. Retard qui s’amplifie,puis vol annulé,hôtel et enfin transferts sur vols KLM….Ah cerise sur le gâteau. Bagages égarés,livrés avec 4j de retard…Quand LA CHINE S’ENDORMIRA. JM

  • Khartoum

    Ce ne sont pas les « premiers » écrans tactiles, notamment les EFB sont déjà tactiles depuis plusieurs années. En revanche la fluidité n’était pas au Rdv jusque là (chez NavAero par exemple), il est a souhaiter que ces nouveaux modèles seront mieux intégrés et surtout plus réactifs avec une dalle de qualité que les précédents qui génèrent souvent une surcharge de travail pour les pilotes contrairement au but recherché…

    • Gil Roy
      Gil Roy

      Il est question ici de « première » en aviation commerciale. Les écrans tactiles ont déjà fait leur entrée en avion générale et d’affaires depuis plusieurs années.

    • Fbs

      Je ne sais pas pour les écrans à l’avant, mais les écrans tactiles 17 pouces de la classe business de leur tout nouveau a350 (que j’ai pu tester le week end dernier) est tout sauf un modèle de réactivité.
      Pour choisir son film, ça passe (a peine), mais j’espère que si c’est les meme à l’avant, qu’il reste des boutons pour faire fonctionner le truc…

  • Pilotaillon du 21eme siècle

    Et bien on attent le répis pour pointer avec précision !
    … comme pour trouver le petit switch de la radio diamètre 57mm, parce qu’il n’y a pas davantage de place sur la planche de bord, dans le Jodel de Papy, qui gigotte bien plus encore dans les journées bien convectives.

    Observant l’illustration, on est pas sur un écran de la taille d’un smartphone et on peut imaginer que les zones actives ont une surface suffisement importante, que la pression du doigt suffisante pour ne pas agir intempestivement.

    Sinon à quoi servirait la certification ?
    Et le bataillon d’experts qui pensent et réalisent le produit…?
    « Le râleur qui doute de tout », une AOP* bien française !

    *Appelation d’Origine Contrôlée !

    • Dominique BRESSON

      AOP = Appellation d’Origine Protégée
      Appellation d’Origine Contrôlée = AOC
      Je dis ça, je ne dis rien…

      • Pilotaillon agro-écolo

        Merci pour la rectification ^^
        Il n’en demeure pas moins que ces signes de « qualité » certifient l’origine basée sur un cahier des charges qui ne bouge pratiquement jamais dans le temps, car c’est la principale valeur ajoutée, l’élément de repère pour le consommateur.
        Proposition de fin d’année :
        – faire entrer la « râlerie » Française à l’inventaire pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO… et
        – lancer le concours du MRO (Meilleur Rouspecteur Online) sur Aérobuzz avec les galons et médailles qui vont bien.
        (Et penser que les ronchons utilisent l’espace qui pourrait être centré sur le fond des sujets… :o( )

    • Tonton Volant

      Il faudrait aussi inscrire au patrimoine de l’UNESCO le mot « râlerie » et « ronchon » utilisés avec et par ceux qui pensent que tout est « bien », ont des idées positives sur tout et attaquent ceux qui émettent une remarque qui leur plaisent pas quelle que soit le sujet. 😮 !

      • Pilotaillon

        Je mets en évidence la perte d’énergie autour du ton râleur, qui d’une part prend un place inutile et surtout n’alimente pas la connaissance.
        Ecoutons nos visiteurs étrangers, autant que les expat’s au retour. Ils sont assurés d’avoir franchi la frontière Française lorsqu’ils entendent râler, pour n’importe quoi !
        Je préfère me faire un avis au travers des témoignages de représentants, d’experts de l’art, qui nous gratifient de leurs interventions dans ces colonnes.
        Pardon de passer par un ton péremptoir : ce serait bien de substituer « c’est nul, c’est dégueu… » par « je n’aime pas » ou par « Comment l’améliorer ? »…
        Donc oui aux temoignages, aux questionnements et au revoir les mécontents et les grognons.
        – « Qu’est-ce qu’on peut perdre comme temps en formalités ! ». date du 05 janvier 1967 ! Faut progresser les amis …
        Le fil de discussion était les interfaces avionics via un écran tactile certifié pour la ligne…

    • Hugues CHOMEAUX
      H. Chomeaux

      C’est quoi le répis ?

      • Pilotaillon écolo

        Ce sont les brefs temps de « calme » entre deux tabasses.
        Pour la boutade (détail liminaire pour prévenir les ronchons) :
        Vinci, un acteur actif dans l’aérien mais pas que… pourrait refaire le bitume sur les voies aériennes !
        On va en parler au Père Noël peut-être ? Qui s’en charge ?

      • Hugues CHOMEAUX
        Hugues Chomeaux

        Ah, OK, un répit.

      • Pilotaillon

        Répit : Répitre ? Répitrer ? Répitreur ? : ça marche pas vraiment…
        Ou si, repitre c’est refaire le pitre ?
        Alors j’y vais :
        Mon éthymologie perso relie « répis » à répissure, l’action de raccorder deux fils / cables des discussions, le fil d’origine à celui des râleurs ^^

  • bourte

    et en cas de fortes turbulences il se passe quoi ?

    • Tonton Volant

      Sans compter de savoir qui va nettoyer ledit écran si le cocher a mangé avec ses doigts !

    • Philippe

      Déjà utilisé du gtn750 en bizjet. En cas de turbulence c est la merde. Dans le gtn tu as des bords d écran qui te permettent de tenir les doigts et tu cliques avec le pouce.
      Mais c est pourri. Pour changer les fréquences j utilisais les gros boutons de radio qu ils ont gardé.
      Je suis pas fan du 100% tactile comme dans les voitures. A l arrêt ça va mais quand ca bouge faut une molette.
      En plus quand tu as la lumière rasante tu vois toutes les traces de doigts. Ou alors quand tous les écrans sont éteints.

      • Pilotaillon

        @Philippe
        Vu d’un pilotaillon tout juste VFR : est-ce une régression par rapport aux docs papiers et molettes pour afficher les décimales après la virgule ?

    • Antoine ROGUES

      Et bien les pilotes peuvent utiliser les moyens qu’ils utilisent actuellement : KCCU (la grosse boule + clavier) ou clavier/touchpad de la tablette intégrée.
      Ce n’est qu’un moyen supplémentaire. Rien n’est enlevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.