Accueil » Lufthansa et Etihad resserrent leurs liens

Lufthansa et Etihad resserrent leurs liens

Alors le partage de codes entre Lufthansa et Etihad est effectif depuis le 1er février 2017, les deux compagnies ont dévoilé le même jour les détails de leur nouveau partenariat commercial.

1.02.2017

James Hogan (à gauche), PDG d’Etihad Aviation Group, et Carsten Spohr, PDG de Lufthansa Group. © Lufthansa Group

James Hogan, PDG d’Etihad Aviation Group, ne cache pas que le nouveau pas que les deux compagnies viennent de faire l’une en direction de l’autre n’est qu’une étape de plus vers un objectif plus ambitieux : « Ce partenariat est un tremplin pour une collaboration stratégique bien plus large entre nos deux organisations. »

Accord mondial

Les deux compagnies opèrent depuis le 1er février 2017 des vols en partage de codes entre Francfort, Munich et Abu Dhabi. L’accord sera prochainement étendu à Rio Janeiro et Bogota, dès l’obtention de l’approbation gouvernementale. Etihad a prévu de délocaliser ses activités aux hubs de Lufthansa, du Terminal 2 au Terminal 1 à Francfort, et du Terminal 1 au Terminal 2 à Munich.

La nouvelle phase de rapprochement dévoilée le 1er février 2017 à Abu Dhabi porte sur un accord mondial de catering de 100 millions de dollars et un mémorandum d’accord (MoU) de coopération pour la maintenance, la réparation et la révision des appareils. « Notre collaboration avec l’une des marques les mieux établies et les plus reconnues de l’industrie de l’aviation est sans aucun doute le partenariat sans prise de participation le plus important que nous ayons annoncé avec une compagnie aérienne », reconnaît Hogan.

Code share, catering et MRO

Le contrat de catering de quatre ans prévoit que LSG Sky Chefs de Lufthansa fournisse des services de catering à Etihad Airways dans 16 villes d’Europe, d’Asie et des Amériques. Cela fait de LSG le premier fournisseur de service de catering pour la compagnie aérienne nationale des Emirats Arabes Unis, en dehors de sa base principale d’Abu Dhabi.

Etihad Aviation Group et Lufthansa Technik (LHT) ont également signé un mémorandum d’accord (MoU) afin d’étudier une coopération des services de maintenance, de réparation et de révision avec Etihad Airways et ses compagnies partenaires, et des opportunités de synergies avec Etihad Ariways Engineering.

Le fret en ligne de mire

En parallèle, les deux compagnies étudient de futures collaborations dans de nombreux domaines, dont les opérations de fret, les services d’approvisionnement et passagers pour améliorer la compétitivité de leur offre, mondialement et sur le marché européen.

En décembre 2016, elles ont ainsi signé un contrat de location de 38 appareils d’Airberlin, filiale à 29% d’Etihad Aviation Group. Eurowings, la compagnie low-cost de Lufthansa, louera en « wet-lease » 33 appareils, et Austrian Airlines, une compagnie de Lufthansa Group, prendra cinq appareils. L’accord entre Eurowings et airberlin, signé le 16 décembre 2016, durera six ans et devrait être effectif le 10 février 2017 quand le premier appareil débutera ses opérations pour Eurowings.

A l’évidence, face aux ambitions des compagnies de Golfe, Lufthansa joue la carte de l’alliance.

Aerobuzz.fr

 

 

 

 

 

A propos de Aerobuzz

chez Aerobuzz.fr
Actualité aéronautique, transport aérien, aviation générale, défense, industrie, drones, hélicoptères, emploi, agenda.. Tout est sur Aérobuzz.fr.

2 commentaires

  • TFFG

    Cela sonne bien évidement comme étant digne d’une discussion de comptoir… mais a mes yeux cette alliance apparait comme digne de la « haute trahison » au sein de l’aviation commerciale.

  • lavidurev

    « A l’évidence, face aux ambitions des compagnies du Golfe, Lufthansa joue la carte de l’alliance ».
    La dernière phrase de l’article résume tout le problème.
    (http://geopolis.francetvinfo.fr/lirresistible-envol-des-compagnies-aeriennes-du-golfe-82957)
    Jean-Cyril Spinetta, affirmait au Figaro : «Imagine-t-on par exemple qu’un ou plusieurs constructeurs automobiles puissent dire: « Mon propos n’est pas de gagner de l’argent mais des parts de marché »»? Si on les laissait faire sans réagir, ils tueraient l’industrie automobile mondiale. C’est ce que sont en train de faire ces compagnies du Golfe pour notre industrie.» A l’époque, le PDG s’étonnait de la capacité de ces compagnies à acheter plus de long-courriers que les groupes Lufthansa, British Airways et Air France cumulés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.