Accueil » « Net Zero Carbon : l’IATA parie sur les carburants de substitution »

« Net Zero Carbon : l’IATA parie sur les carburants de substitution »

L'auteur s'étonne que "L’IATA fait comme si le monde futur ressemblera au monde de 2019". © Air BP

A l'occasion de sa 77e assemblée générale annuelle qui vient de se tenir à Toronto, l'Association du transport aérien international (IATA) a approuvé une résolution visant à ce que le secteur du transport aérien mondial atteigne des émissions nettes de carbone nulles d'ici 2050. Cet engagement s'alignera sur l'objectif de l'Accord de Paris visant à ce que le réchauffement de la planète ne dépasse pas 1,5°C. L'industrie aéronautique, avionneurs et motoristes en tête, approuvent. Gilles Rosenberger réagit.

Au cours de sa dernière convention annuelle, l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) a adopté une nouvelle feuille de route pour décarbonner le transport aérien mondial et répondre aux ambitions de l’Accord de Paris. Elle s’appelle « Net-Zero Carbon Emissions by 2050 » et prévoit donc qu’à l’horizon de 2050, le transport aérien n’ajoutera plus aucune particule de CO2. Il s’agit d’émissions nettes : les émissions peuvent continuer si elles sont équilibrées en absorbant une quantité équivalente de CO2.

Cet objectif répond aux exigences...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Gilles Rosenberger

    @ stanloc
    Je partage l’affirmation de Laurent Altenburger : le GIEC représente le consensus scientifique et donc un des cadres dans lesquels les ingénieurs que nous sommes (mais surtout les décideurs) doivent construire les roadmaps qui nous permettront de voler décarboné.
    Le débat qui opposerait les émissions du transport aérien aux autres émissions (de l’ordre de 2-3 % versus 97-98%) me semble de portée limitée.
    2% des émissions c’est l’ordre de grandeur des émissions de l’Allemagne.
    Imagine-t-on dire « laissons l’Allemagne tranquille … » ?
    Le tamtam médiatique autour ce de niveau est bien sûr démesuré.
    Mais ce 2% nous oblige.

    Répondre
  • par Laurent Altenburger

    3 commentaires:

    1. l‘objectif neutralité carbone 2050 est bien trop mou eu egard la crise du climat. Il est certes en ligne avec un rechauff. limité à 2deg. Pour atteindre l‘ objectif 1,5deg avec cet horizon, selon les courbes du GIEC, l’ humanité devra avoir inventé vers 2040 l‘agriculture clima-positive et une techno magique qui supprime 100% des emissions issues de l‘utilisation de la biomasse. Sans magie, la réalité est plus noire: il nous reste seulement 300GT de budget CO2 pour l‘humanité à partir de 2020 pour limiter le rechauff. climatique à 1,5 deg, soit 39T par tête de pipe (avec une proba de 83% selon le GIEC). À vos calculettes!

    2. 100% de SAFs grâce aux e-fuels en 2030, est ce possible? Well, il y a un thinktank de disruption par l‘innovation qui pense que oui. Helas leur recherche ne me semble pas avoir été peer reviewed et je pense que les scientifiques devraient s‘attarder sur leur pensée et si leur modelisation se confirme, le milieu scientifique devrait adapter le narratif du GIEC et informer le public. Leur pensée tourne autour d‘une surabondance d‘électricité décentralisée (en anglais): https://youtu.be/xKs4p9IJ49Q

    3. je voudrais soumettre 2 arguments supplémentaires pro „2030 sustainable aviation“ vis a vis de la lutte contre le rechauffement.
    3.1 comparée au train rapide, l‘aviation offre un avantage demesuré en couts d‘infrastructure et disponibilité immédiate de l’infrastructure contre des rails couteux, difficiles à faire accepter aux riverains en europe et qui mettrons plus de 10 ans à être réalisés

    3.2 lire les rapports du GIEC est très interessant. Si l‘aviation arrivait en même temps à régler le sujet des cirrus grâce par ex. à des capteurs d‘humidité qui invitent le pilote à chercher une couche moins humide, alors il ne reste que le sujet des NOx. Cela voudrait dire que l‘aviation non seulement solutionne plus de 80% de l‘impact climatique immédiat et 100% à horizon 100 ans à partir de l‘émission instantanée mais en plus elle aurait un impact POSITIF à l‘horizon 20 ans grâce à l‘élimination du méthane associée aux effets secondaires des NOx

    Répondre
    • Visiblement vous faites plus confiance aux « scientifiques » du GIEC et leurs prévisions qu’aux scientifiques en charge de solutionner « votre » équation à propos du réchauffement climatique.
      Pensez quand même UN PEU aux autres pollueurs pour leur faire la leçon à eux aussi.

      Répondre
      • par Laurent Altenburger

        les scientifiques du GIEC ne sont pas une fraction mais le reflet du consensus scientifique actuel sur la climatologie. De quels autres scientifiques parlez vous, des inges dont je fais partie? Je fais la leçon à personne sinon à tout le monde. Il y a peu de latitude sur l’interpretation de l‘ampleur du problème qui est notre probleme a tous.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(3) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.