Accueil » Plus jamais seul dans le cockpit ?

Plus jamais seul dans le cockpit ?

A peine le scénario qui a conduit au crash de l’A320 de Germanwings était-il connu, que des compagnies aériennes annonçaient que désormais il devrait y avoir toujours deux personnes à l’intérieur du poste de pilotage de leurs avions.

Norwegian a été la plus rapide. La conférence de presse du procureur de la République de Marseille venait tout juste de s’achever sur cette effroyable révélation que la low cost scandinave annonçait dans un communiqué de presse un changement relatif à ses procédures : dorénavant il devra y avoir systématiquement deux membres d’équipages à l’intérieur du poste de pilotage. « Cela signifie que si un des pilotes quitte le cockpit, un membre d’équipage devra le ou la remplacer pendant...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

46 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Meme si en aeronautique le pilote est le maillon « faible », les avions avec un seul pilote a bord ne sont pas pour demain.
    C’est vrai qu’aujourdh’ui un certains nombres de drones volent avec succes, mais leur nombre n’a rien a voir avec le nombre de vols commerciaux.
    Meme le probleme des transmissions en temps reel des parametres ACAR (qqs paquet de data) pose probleme a cause de la bande passante, imaginer le flots de data en full duplex qu’il faudrait faire « passer » pour pouvoir piloter un appareil.
    Sans compter le temps que mettent les ondes pour arriver au poste de pioltage virtuel, leur traitement et l’action qui s’en suit.
    En coutre finale a 180Kts c’est en gros 80 metres/seconde, pas de temps a perdre !

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      et qui aura autorité (décollage ou non, atterrissage d’urgence pour raisons médicales, déroutement, etc.) à bord d’un drone ?

      Qui fera la prévol ?

      Qui remplira le carnet de vol (avec remarques et incidents) ?

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    A ceux qui attaquent le procureur de Marseille pour s’être appuyé sur le scoop du New York Times: des qu’il fut évident que la porte du cockpit avait été verrouillé de l’intérieur par le copilote et les conséquences de cette action (149 personnes se sont vues mourir…) l’enquête sur le crash est immédiatement devenue, en premier lieu, une enquête CRIMINELLE, et non une enquête standard sur un accident aérien.
    Un ex CDB d’AF et ex-President du SNPL le dit haut et fort: « Devant le silence du BEA-Gouvernement, sachant que c’était un crash suicidaire qui pouvait être provoqué par un objectif terroriste, les USA ont estimé nécessaire de diffuser cette information, pour que le monde aéronautique mondial prenne des éventuelles précautions que le Gouvernement Français s’apprêtait à masquer pour une durée indéterminée….Au passage, je souligne le jacobinisme bien franchouillard, qui fait que le BEA est à la botte du Gouvernement, sur le plan budgétaire, organisation et fonctionnement. » http://www.jumboroger.fr/crash-germanwings-9535-la-nausee-des-pilotes-de-ligne/

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Mesure completement idiote prise sous le coup de l’emotion et qui ne sert à rien .

    il y a 80000 vols par jour dans le monde et depuis 40 ans il y a eu 6 suicides , probabilité tellement faible que celà se produise .

    C’est comme les portes blindées dans le cockpit , totalement inutiles ,si cette mesure emotive n’avait jamais été prise le vol German wings ne se serait peut être pas écrasé .
    Un terroriste pourra toujours faire crasher un avion ,pas besoin d’entrer dans le cockpit

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    En essayant d ‘être raisonnable ( sans exclure complètement la thèse du suicide du copilote) il peut exister au moins 2 autres causes : sa volonté de dénoncer ses conditions de carrière et /ou de travail ( combinée avec un profil psychologique effectivement particulier ) par une action d ‘éclat: prise de contrôle exclusive de l ‘avion , descente à une altitude très basse dans une zone qu’il connait bien ,puis perte de contrôle par une conjonction d ‘erreurs compliquées par les automatismes très particuliers de l’ A 320. Seconde cause éventuelle: perte d ‘altitude de l ‘avion suite à un problème technique provoqué ou non ayant pour cause les automatismes ou la philosophie fonctionnelle des systèmes, et/ou suite à une collision , tentative de vouloir récupérer seul la situation en excluant le CDB absent du cockpit à ce moment ce qui le transformerait en héros même s’il se trouvait privé ( très certainement à vie ) de licence par la suite . Ce ne sont que des hypothèses mais qui de mon humble avis me semblent plus crédibles que la thèse du loup galonné solitaire de surcroît lecteur assidu du Coran

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Finalement ,le copilote était carrément « hors normes  » (cinglé ,quoi ) et le système ne l’a pas détecté . Et d’un …sa compagnie va devoir rendre des comptes .
    Le remplacement du pilote qui sort du cockpit est une mesure non parfaite ,mais si on fait bien , un remplaçant -bien choisi humainement ,-bien costaud , – et sachant assez de pilotage pour se rendre compte d’une conduite « déviante » , … voilà qui réduit encore les risques .Non ?

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    il n’ y a certainement pas que des frèles hotesses dans le P.N. de plus, il s’ agit uniquement de debloquer la porte, pas de piloter, ou d’ une autre procédure
    mais la sécurité à 100 % cela n ‘ existera jamais.
    la porte blindée est une bonne chose, elle doit être conservée
    sur un vol aussi court, pourquoi le Cdt de bord a t -il quitté le poste de pilotage ? ou ne le saura jamais, on m ‘ a toujours appris de passer aux toilettes avant un vol..même s’il y a des sacs faits pour, ce serait peut etre une solution pour ceux qui ont des problèmes de prostates.
    chez moi, pour ramasser les poubelles avec un petit véhicule, la ville met deux personnes à bord , peut être parce que le chauffeur pourrait avoir un malaise ? ce qui est sur, cela fait un bulletin de vote de plus pour le maire

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      @ toutfrais ; vos commentaires sont consternant et n’ont pas leur place sur aerobuzz. Allez sur tweeter ou facebook.
      A noter que le directeur de l’enquête judiciaire a été le premier à donner dans ce registre alors que rien ne l’y autorisait. Ensuite un syndicaliste sur c’ dans l’air a enchaîné sur l’intérêt qu’il y aurait à donner aux deux pilotes un lieu d’aisance dans le cockpit ; pourquoi pas à transformer leur siège en chaise d’aisance ?
      C’est affligeant ces dérives verbales dans un contexte de catastrophe. Par respect pour les victimes le procureur aurait pu s’en tenir aux faits avérés.

      Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Effectivement , je trouve votre commentaire fort peu approprié à la situation ! il dénote d’un manque total de respect !
      Pour vous « défouler » ou occuper votre temps , choisissez d’autres réseaux !
      On parle ici d’aéronautique , alors bon sang ! élever le niveau et décoller du « caniveau  »

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Bon, de toute façon, il semble y avoir low cost et low cost. Si vous regardez les heures de vol du CDB (6000 h en 10 ans) ou du copi (630 h en un an et demi – incluant son temps de vol en formation avant son engagement, je suppose), on ne peut pas parler de cadences infernales chez Germanwings… Bon, évidemment, il faut voir aussi comment ces heures sont réparties, et combien de tâches annexes.

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    On accable les pilotes, mais ça aurait pu arriver avec un conducteur de bus qui décide de jeter son bus dans un ravin ou en sens contraire sur une route.

    Ça aurait pu arriver avec un conducteur de train à grande vitesse qui prend un virage beaucoup trop vite.

    Ça aurait pu arriver avec un capitaine qui « jette » son navire dans les roches.

    Nous vivons dans un monde dangereux, et on ne peut pas s’immuniser contre tout, c’est comme ça.

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      C’est déjà arrivé à un TGV espagnol qui a « viré » trop vite avec déraillement et morts.

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Il y a une autre chose qui me choque dans toute cette histoire :

    Quand on lit les différents rapports d’enquêtes de différents bureaux nationaux, les information personnelles des intervenants (en l’occurrence les pilotes la plupart du temps) ne sont pas citées, et ceux-ci restent anonymes.

    Dans ce cas (c’était vrai aussi pour AF447), on sait tout du copilote, son nom, son âge, son adresse, et surtout celle de sa famille (qui doit apprécier cette nouvelle notoriété).

    Cette hystérisation de l’information peut amener à des conséquences graves (on se souvient du contrôleur danois tué suite à une collision au dessus du Lac de Constance), et plus ça va, pire c’est.

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Le ferroviaire, y’a csa d’vrai!

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Ces decisions du moment rassurent un peu les passagers mais le probleme reste entier. En 1994 dans l ATR 42 de la RAM, la copilote assise aux commandes n a pas pu contrer les gestes du CDB suicidaire. Mieux encadrer les pilotes psychologiquement est un facteur de securite accru qui helas n empechera jamais le grain de sable d enrayer la mecanique. L avion est de loin le moyen de transport le plus sure et pourtant la place de l humain dans le cockpit est ici encore remise en question. L homme finira par ceder sa place a l automate.

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    A la réflexion c’est la redondance de sécurités qui est la cause du malheur de ces pauvres gens. Il en va de même pour quelqu’un qui vit seul et qui se barricade pour se protéger des cambrioleurs. S’il a besoin des secours un jour, comment rentreront-ils ?
    Le raisonnable serait un minimum de sécurité pour les cas les moins graves – et les plus fréquents potentiellement – compte tenu (comme l’a dit au téléphone un CDB à la TV) que les extrémistes auront toujours le moyen de pénétrer dans le cockpit.

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      @ Stanislas . C’est la réflexion que je me faisais. Si j’ai bien compris, le verrouillage et le blindage de la porte du cockpit ont été généralisés à la suite des attentats du 11/09. Ces mesures qui répondaient à un risque en ont donc crée un nouveau qui n’existait pas avant (le pilote fou barricadé dans son cockpit). A méditer, avant de prendre d’autres mesures dans l’urgence …

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Je comprends les réactions à chaud de certains PNT devant ce drame qui met en évidence un point faible si la cause était confirmé. Je ne suis pas PNT, mais professionnel de l’aviation et, ne serait-ce qu’en tant que passager, je ne peux qu’approuver la mesure de sauvegarde prise par certaines compagnies d’imposer, comme aux US, la présence de deux membres d’équipage en cockpit. Bien sûr, ce n’est pas une mesure à toute épreuve, mais s’en est une. La 2ème personne n’a pas besoin de formation technique poussée pour débloquer la porte, ce qui aurait peut-être sauvé les 150 personnes qui n’y sont pour rien. Et je ne vois pas ce que vient faire le débat sur les low-cost ici. Les statistiques d’accident leur sont d’ailleurs plutôt favorables …

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Suite au 11 septembre 2001, les pilotes américains ont acquis le droit de porter une arme, donc obliger la présence d’une deuxième personne ne change pas grand chose puisqu’elle peut être neutralisée rapidement et facilement.

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Bonjour,

    Etrange, tout est fait depuis plusieurs années pour réduire le nombre de personnes dans le cockpit, certains même envisagent qu’il ne reste plus qu’un pilote à terme…

    Je ne sais pas si ça peut faire progresser le débat, mais il y a pas si longtemps encore, le poste de pilotage était composé de trois personnels navigants techniques… cette solution d’une autre époque avait ces avantages, mais si elle n’est plus pertinente aujourd’hui. La question est pourquoi ne pas aller au bout de la démarche, c’est à dire plioter des avions de ligne comme des drones… plus personne dans la cabine, donc plus de risques. Les militaires le font bien depuis plusieurs années déjà. Là, la démarche est différente, il s’agit d’assurer le pilotage à distance sur des vols commerciaux… une double révolution: dans les mentalités des passagers (il est où le pilote ? qu’est ce qui se passe en cas de panne ? etc.) et chez les pilotes… sont-ils toujours des pilotes s’ils ne sont plus physiquement aux commandes de l’avion ?

    Christophe

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Des drônes de transport ?

      Problème 1 : Faudra bétonner les liaisons radio, et avec environ 80000 vols par jour dans le monde, il faudra aller trouver une très large bande de fréquences pour pouvoir gérer cette quantité et un bon débit de transfert de données.

      Problème 2 : qui sera la plus haute autorité à bord, qui autorisera ou non le décollage ? Qui gérera les urgences ? Qui prendra la décision d’une déroute pour des raisons médicales, météos ou autres ?

      Problème 3 : en cas d’accident, qui est responsable ?

      Problème 4 : si l’appareil est sous une ombre radio (montagnes, ou milieu de l’océan…) que se passe-t-il ?

      Problème 5 : si l’équipement radio tombe en panne, comment pose-t-on l’avion ?

      Problème 6 : Qui remplira le carnet de vol et comment ? Comment les incidents et les anomalies seront-ils gérés ?

      Et il y en a sans doute bien d’autres encore.

      Donc finalement, ça sert encore un pilote dans un avion.

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Mesure de replatrage, qui ne changera rien. Ayant affaire a des probabiltes tres tres faibles, comment peut-on etre sur que cette 2e personne, non passee par les cribles de la selection PNT, viendra accroitre le degre de securite du cockpit. En fait, si le pilote restee seul est « sain », on diminue statistiquement la securite en introduisant une personne dont la fiabilite est inferieure a 100%, meme si elle est egale a celle des pilotes. En cas donc d’introduction dans le cockpit d’une personne « non saine », elle aura vite fait de se debarrasser du pauvre pilote « sain »…

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Bonjour,

    En tant que CDB 747, je ne peux que me réjouir de vos réponses à tous et de vos analyses pertinentes! vous avez tout compris!
    Le P2F, les patrons voyous (la tentative de rachat récente de CRL au moins disant) et tout et tout, j’ai des amis pilotes réduits au rôle d’esclaves sur A330 en Asie…

    Ce métier est sur la voie de la destruction et la sécurité est vraiment menacée, je sais de quoi je parle! Dans ma compagnie, les PNT résistent mais pour combien de temps?

    Quand au PNC dans le poste, cela ne règle absolument rien, car cette personne peut aussi verrouiller la porte et agresser le pilote attaché sur son siège et donc .dans l’impossibilité de lutter. D’autant plus que la sélection PNC est plus que réduite dans certaines compagnies….

    Pour une fois, il n’y a pas de réponses à ce drame, j’en suis navré plus que vous. Il faut maintenir les PNT dans une bonne ambiance de travail et de respect, tout en effectuant un recrutement poussé, étudier son passé et veiller à son professionnalisme de tous les instants.

    Quand à la suppression des pilotes: de l’utopie pure! et dans ce cas je ne prendrais plus l’avion à ma retraite….

    Allez, je vole ce soir….

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Sans aller jusqu’aux Low Cost Asiatiques, on peut voir du côté de l’Amérique du Nord.

      Un reportage de Radio-Canada en 2009 dénonçait la fatigue et les mauvaises conditions des pilotes Nord-Américains, y compris dans de grandes compagnies ; pilotes sous-payés, réduits à dormir dans les terminaux dans certains cas, dans des caravanes…

      La fatigue en aviation, qu’elle soit physique ou morale est un fléau au même titre que l’alcool au volant, mais il faut toujours aller plus vite, pour moins cher, et surtout pas de contacts humains

      Répondre
    • par Francois Dubreuil

      Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Tes commentaires sur la tentative de rachat de CRL et ton amalgame avec les patrons voyous sont complètement à coté de la plaque. Tu crois que les clients se battent pour racheter Corsair?
      Tu penses qu’il y aura beaucoup d’investisseurs qui s’engageront à maintenir le réseau, l’emploi et à investir dans une flotte moderne comme le proposait le Groupe Dubreuil?
      Tu rêves mon pauvre. Mais du haut de ton 747, probablement pas très loin de la retraite, tu penses surement plus à ta gueule qu’à l’avenir de cette boite.
      Que feront tes collègues quand les 747 partiront à la casse dans 2 ans? Tu crois que les avions compétitifs capable de desservir l’océan Indien se trouvent sous le sabot d’un cheval? Pour info, les délais de livraison sont au mieux 2025!
      Qu’est ce qu’ils feront en attendant?
      Si vous préférez un fond de pension qui n’y connait rien et qui pille la boutique, c’est votre affaire mais faudra pas vous plaindre.
      De toute façon tu t’en fous, tu seras à la retraite.
      François Dubreuil

      Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Monsieur Dubreuil, bravo et entièrement d’accord.
      On peut toutefois admettre que si les réalités d’entreprises ne sont pas nécessairement comprises par tout le monde, c’est que la simplification voulue des situations par les média pour se mettre soi-disant à la portée de tous, aboutit à de véritables caricatures que même des personnes de bon niveau ne saisissent plus.
      Un peu de communication bien faite autour des plans de développement peut être nécessaire pour y faire adhérer le plus grand nombre.

      Répondre
    • par Francois Dubreuil

      Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Il est clair que le groupe n’a pas suffisamment expliqué sa stratégie et que les syndicat ont occupé le terrain.Il ne faut pas rêver, les temps ont changé. Je suis le premier à dénoncer le saccage de notre métier. En même temps, s’arquebouter sur des acquis pour terminer dans le mur?….
      C’est à la fin de la foire qu’on compte les B……. Comme on dit en Vendée.
      J’ai bien peur qu’il y ait des déconvenues. Je ne leur souhaite pas.
      A suivre…

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Bonjour,
    Tout a un prix, les vols en avion, les vêtements, la téléphonie, etc… Les low cost ou plus exactement low fare se font au détriment de quelque chose. C’est là qu’il faut se renseigner (c’est souvent difficile) et savoir si l’on est prêt à être complice du prestataire de service ou fournisseur de bien qui la plupart du temps impose aux ouvriers, techniciens et ingénieurs des contraintes humainement difficile à supporter. Est on prêt à modifier, écourter nos vacances ou loisirs en payant plus cher ? Se préoccuper de l’autre derrière le desk ou le combiné du téléphone. A mon sens et sans vouloir être un donneur de leçon toute la problématique est là. A bientôt sur nos lignes. Guy

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Je n’aimerais pas être la frêle hôtesse qui devra s’enfermer avec le seul pilote restant dans le cockpit… Y a-t-on réfléchi ?

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Il va donc falloir que le PNC soit aussi bien informé et formé sur beaucoup d’aspects concernant l’exploitation technique des avions. Qu’il puisse détecter à temps la manœuvre intempestive, funeste et qu’il sache y remédier.
      Dans ce contexte délirant, il faut que le Captain vienne parfois servir le café aux passagers.Ce serait un juste retour des choses.

      Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Pas besoin d’être une frêle hôtesse ; si le pilote est armé, il peut s’en prendre par surprise à la deuxième personne et il se retrouve tout seul.

      C’est juste des réactions ostentatoires.

      Quant-à Transport Canada, le jour où la sécurité sera une priorité pour eux, faudra me prévenir (études sur la fatigue des pilotes au point mort, ceintures de sécurité interdites pour les enfants dans les avions, sans compter les records du nombre d’accidents de train…)

      Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Meuuuh non Vlad, ils ne font que rééditer leurs AIM et « Facteurs Humains en Aviation » plus souvent, ainsi que faire la chasse aux « médicalement inaptes », et c’est bien plus que suffisant pour eux. Regardez tous ces splendides sujets en parfaite condition physique et avec un minimum de 60% de réussite théorique qui finissent au tas. C’est de l’excellent travail sur le plan théorique… comme quoi n’importe qui peut se planter.

      Répondre
  • par François Henriot

    Plus jamais seul dans le cockpit ?
    A propos du rôle des médias… Il apparaît actuellement que sans les plus sérieux d’entre eux (presse écrite américaine et allemande) le public ne saurait peut-être encore RIEN. Et que le linge sale se laverait en famille: entre compagnie aérienne, syndicats, autorités diverses, pour des mois et des mois, jusqu’à ce qu’une partie prenante « balance »… à la presse pour défendre ses intérêts. Vous trouvez cela correct?
    Évidemment, prendre des décisions dans l’émotion et pour avant tout rassurer ne sera pas judicieux. Mais l’omerta, quand la Défense Nationale n’est pas en cause, est sinistrement grotesque.

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      commentaire idiot et encore une fois complètement à coté de la plaque: l’autocritique à la française dans toute sa stupidité. On nous cache tout, on nous ment partout et « le cercle des puissants » dirigent le monde (en tout cas le notre, si je comprends bien)
      Continuez à fantasmer les gars, pendant ce temps d’autres bossent.
      Avec ce type de comportement et de remarque, je ne m’étonne pas que la France glisse vers l’obscurantisme politique. L’autoflagellation est une excellente manière de ne rien faire.

      Bon, maintenant je vais aller chercher les passagers du MH317 de l’autre coté de la lune où ils sont cachés sous la protection des extra-terrestres alors que la presse française dirigée par les méchants juifs/franc maçons/ arabes / polytechniciens / autres (barrez la mention inutile) n’en dit rien tellement elle est sous influence…

      Répondre
    • par François Henriot

      Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Pas la peine, « Stampe », de manier l’injure: je ne suis ni complotiste, ni surtout antisémite ou antimaçonnique! Je ne me dissimule pas et ma remarque disait seulement ce que je voulais, et veux, qu’elle dise, sans arrière-pensées et sous-entendus. L’omerta a tendance à exister dans tous les corps de métier, et c’est peut-être ce qu’avait à l’esprit l’auteur de la « fuite » ayant renseigné le NYT. Fuite qui fait « bien sûr » l’objet d’une action en justice de la part d’un réputé puissant syndicat. Ainsi va la vie. Bonne journée à tous, malgré tout, et vivent les ailes.

      Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      François,
      Vous avez raison. Ce coup là est parti trop vite dans la fatigue du moment en termes de vocabulaire. Veuillez m’excuser sur le sujet.
      Je reste toutefois attaché au fond: arrêtons cette auto flagellation permanente et la mise sur la place publique de tout et n’importe quoi sans vérification, sans mise en perspective, sans garde fou quant au respect du aux uns et aux autres avant que les responsabilités soient établies! A quoi sert la diffusion grotesque (pour reprendre votre mot) des nom et adresse de la famille du copilote? A quoi sert d’avoir révélé le contenu de la bande avant la conf de presse du procureur (et avant qu’il en ait été informé dans les formes dues au respect de la loi)? A quoi sert de savoir la vérité sinon provisoire du moins incomplète en 24 heures plutôt que 48 heures? A quoi sert la critique du système français qui a fait de ce pays une puissance bien supérieure à sa place objective sur la planète, au moins dans le domaine aéronautique et défense?
      Le message « tous pourris », « on nous cache tout », « heureusement qu’il y a les médias étrangers pour nous sauver » est complètement inadapté et faux.
      Ceci dit, un état sans secret n’est pas un état.
      N’en déplaise aux tenant de la transparence à tout prix, ce n’est pas ce qui fonctionne pour diriger un pays ou un parti (et l’exemple des verts en France me fait doucement rigoler sur le sujet!)
      Cordialement
      Pierre

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Une question collatérale ( … peut-être pas si collatérale que cela ) concernant le départ d’un des deux pilotes du cockpit : aux USA, lorsqu’un pilote quitte le cockpit ( au dessus du FL …. ), le pilote restant doit obligatoirement mettre son masque à oxygène. Il y a plusieurs années, cela n’était pas requis en France … qu’en est-il aujourd’hui ?

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Une question sur la sécurité technique du franchissement de la porte du cockpit : peut-on remplacer au maximum l’informatique de codage et verrouillage-déverrouillage de cette issue par un système de « portes logiques » totalement électroniques à déclenchement électro-mécanique? ce serait probablement un bon sujet de débat technique entre ingénieurs car l’idée de passer des processeurs informatisés et donc virtuels à des processeurs physiques n’est « pas à la mode » actuellement.

    Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Tout à fait d’accord avec Stanislas : cette « mesure » ressemble plus à une campagne de com réalisée dans l’urgence pour rassurer le client, qu’à autre chose.
    Car quoi qu’il en soit, quand un type est déterminé à en finir, il est quasiment inarrêtable (cf. Egyptair 990).

    En revanche, j’apprends ce matin que la santé mentale du copilote serait en cause. Il aurait connu une « profonde dépression » (il était encore sous traitement selon plusieurs médias) et aurait même séjourné en hôpital psychiatrique. Sur ce plan, n’y aurait-il pas moyen d’être plus rigoureux, surtout quand on sait que certaines professions interdisent d’exercer en cas de dépression et, pour quelques unes, à vie en cas d’internement ?

    Répondre
    • par Louis Breitling

      Plus jamais seul dans le cockpit ?
      L’empressement des Ryanair et autres easyJet à vouloir communiquer à tout prix est suspect. Il est la traduction de leur inquiétude sur une possible désaffection des passagers envers les employeurs « indélicats » socialement parlant.

      Dans le raisonnement du passager, l’équation Conditions de travail dégradées + salaires au rabais (voire négatif dans le cas du P2F)+ horaires en butée de réglementation = Pilotes stressés = limite burn out = dépression qui guette…

      Les low cost (et l’arrivée de leur avatars ultra low cost venus des pays de l’Est) craignent que leur « business modèle » ne commence à se fissurer…

      Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      @Louis :
      Suspect, peut-être, opportun, certainement. Car les premières low cost à communiquer ont fait d’une pierre deux coups :
      • Elles prennent les devants avec ces « nouvelles mesures immédiates », et ont ainsi un argument pour s’exclure de la polémique sur les low cost.
      • Elles communiquent : « regardez chers clients, on réagit tout de suite avec ces nouvelles mesures, voyagez donc avec nous. »

      Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Pas d’accord avec vous : chez Ryanair, la présence de 2 personnes dans le cockpit à tout instant date de plusieurs années déjà. Pas de récupération médiatique là-dedans. Et cette mesure simplissimme aurait empêché cet accident me semble-t-il. Quant aux craintes de certains qu’une frêle hôtesse ne ferait pas le poids, je répondrai ceci : c’est une chose de précipiter « tranquillement » son avion dans la montagne, c’en est une autre de commencer par se transformer en Jack l’éventreur pour se débarrasser de l’hôtesse et de crasher l’avion ensuite.

      Répondre
  • Plus jamais seul dans le cockpit ?
    Oui, cette mesure et la rapidité de sa mise en application est surtout apte à empêcher la clientèle des compagnies low-cost à fuir dans la crainte que cela ne se reproduise. En réalité cela n’empêchera rien puisqu’il a été rappelé par les intervenants à la TV que des avions ont été précipités volontairement vers le sol bien que plusieurs personnes étaient dans le cockpit.
    Peut-être que dans la foulée verra t-on les conditions de travail des personnels navigants et en particulier des pilotes (je pense à ceux qui payent pour voler) des compagnies low-cost redevenir HUMAINES pour diminuer leur stress.
    Vouloir toujours payer de moins en moins ses achats c’est la porte ouverte à tous les abus. Il est temps que notre Société se réveille. Il est inadmissible que le plaisir ??? des uns se fasse au détriment d’autres personnes et cela dans tous les domaines.

    Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      En effet,cette mesure n’empêchera pas un pilote dèterminè de passer á l’acte
      Les compagnies low cost demandent á leurs pilotes de voler plus et certains , peut etre plus fragiles disjonctent.
      Arrêtons la course aux billets pas chers , et aux pubs idiotes á 14 euros comme Ryanair

      Répondre
    • Plus jamais seul dans le cockpit ?
      Il est clair que les low cost font du tord à l’aviation avec une recherche de rentabilité à 2 chiffres, sans se soucier du facteur humain. Comment ne pas arriver à de tels extrêmes quand un dirigeant considère que les pilotes sont de simples « chauffeurs de taxis ». Peut-on imaginer un pilote de notre compagnie nationale, suivre cet exemple. Non trop cool de travailler chez AF. C’est plus cher avec un personnel fier de sa Cie.
      D’un autre côté, nous encourageons ces pratiques par notre consommation et nous nous plaignons ensuite du fort taux de chômage de ce pays.
      Quel contrat avait ce copilote, quelles étaient ses conditions de travail ?
      Attention à ne pas tuer la poule !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.