Accueil » Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell

Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell

Safran et Honeywell entrent dans la phase d’essais de leur nouveau système green taxiing électrique qui utilise l’énergie de l’APU (Auxiliary Power Unit) pour permettre le déplacement au sol des avions sans avoir recours ni à un tracteur, ni aux moteurs.

7.12.2011

En utilisant l’énergie de l’APU (Auxiliary Power Unit) pour actionner des moteurs logés sur les roues, le système « green taxiing » imaginé par Safran et Honeywell doit permettre aux avions de se déplacer sur les pistes sans avoir recours aux moteurs principaux. Chacune des roues motrices est équipée d’un actionneur électro-mécanique. L’électronique de puissance et l’électronique de commande donnent au pilote la maîtrise complète de la vitesse, de l’orientation et du freinage de l’avion au sol.

Ce futur équipement devrait permettre une réduction de la consommation de carburant de l’ordre de 4 à 5% qui constituent une double économie pour les compagnies qui trouvent ici un moyen de réduire à la fois leur facture de kérosène, mais aussi le montant de leur taxe carbone. Ce système électrique réduit également l’usure des freins et surtout augmente la durée de vie des moteurs. D’un point de vue opérationnel, le green taxiing devrait éliminer le recours au tracteur et aux équipements associés pour le « push-back ».

Le projet a été annoncé en juin 2011 au salon du Bourget où Honeywell et Safran ont signé un protocole d’accord pour créer une société commune (joint venture), afin de développer et commercialiser ce nouveau système de green taxiing électrique, destiné à équiper les avions neufs ainsi que ceux déjà en service. Les promoteurs promettent aux compagnies aériennes plusieurs centaines de milliers de dollars d’économie par avion et par an.

Ces premiers essais sur l’aérodrome de Montpellier (France) avec un A320 récemment acquis, visent à évaluer les conditions de piste et à calculer les efforts nécessaires pour déplacer l’avion au sol. L’équipe est aujourd’hui concentrée sur le prototypage et les essais de composants, avant l’installation du système complet et ses premiers essais en 2013.

Le système répond particulièrement aux besoins des compagnies exploitant des avions mono-couloirs à fort taux de rotation. Il faut en effet que le gain au sol compense l’emport d’une masse supplémentaire. Honeywell et Safran ont pour objectif d’introduire ce système à compter de 2016.

Le système développé par Safran et Honeywell est en concurrence avec celui de WheelTug. Cette filiale de Chrorus Motors vient de signer un contrat pour équiper une vingtaine de Boeing 737-800 de la compagnie israélienne El Al, à partir de 2013.

La Rédaction

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Aerobuzz

chez Aerobuzz.fr
L'information aéronautique au quotidien. Aerobuzz.fr fédère une communauté de plus de 120.000 professionnels et passionnés de l'aéronautique.

11 commentaires

  • ettor

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Quelle est elle la source de production de l’électricité pour faire fonctionner les moteurs électriques?

  • A7700

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Et quand et ou met on en route les réacteurs ? qui assure la protection incendie mise en route qui est présente actuellement au parking ? Quid d’un problème de MER pour les avions qui suivent ? Récupérer l’energie du freinage ? alors qu’au même moment on promeut les procédures « Break to vacate » pour minimiser la perte d’energie… Il n’y a pas que la Technologie à prendre en compte

  • Berlu Urlu

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Cette réalisation semble relativement facile ! En ce début de semaine, les sociétés L-3 Communications and Lufthansa Technik ont « bricolé » un A320 sur le terrain de Frankfort : installation d’un moteur électrique sur chaque train principal (à la place des disques de freinage), fils d’alimentation venant de l’APU traversant un hublot, longeant l’extrados de l’aile, puis suivant les jambes de train…2 jours de bricolage !

    Deux jours d’essais divers (au sol bien entendu) les 6 et 7 décembre : roulage jusqu’à 25 km/h, demi-tour sur taxiway de 40 m de largeur, déplacements sur surface pentue, marches arrières…

    Ces essais ont, semble-t-il, donné toute satisfaction, malgré des vents soufflant en tempête…

    Deux jours de démontage : l’Airbus reprendra son service le 10 décembre !

  • Gast.

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Excellente idée, on pourra même à l’avenir lancer les roues en rotation avant le toucher à l’atterrissage, permettant ainsi d’économiser sur l’usure des pneumatiques !… mais cette idée n’est pas nouvelle, il me semble que les Italiens avaient imaginé cela … et suite à l’abandon du projet était né la Vespa avec les petits moteurs produits (histoire ou légende ?).

  • lavidurev

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    On pourrait même se servir de l’énergie du freinage cinétique des avions qui atterrissent pour aider à faire décoller les autres…reste à imaginer le système…

  • lavidurev

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Une idée innovante. En toute modestie l’idée m’avait traversé l’esprit il y a de nombreuses années , si j’avais su qu’un jour cette idée aurait été adoptée….
    On pourrait aussi proposer aux pax des charters un billet moins cher à la condition qu’ils poussent eux-même l’avion jusqu’à la piste d’envol …

  • laurent_pi

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Bonjour,
    Bonne idée, dommage que deux grands groupes, avec des millions d’euros de recherche et développement, se soient fait damer le pion par une petite société innovante.
    A basse vitesse, entrainer un système de moteurs roue, doit certainement être moins glouton que 2 réacteurs, qui ont leur rendement qui augmente avec des plus hautes vitesses de déplacement par rapport à la masse d’air (volume, masse, vitesse). A l’arrêt sur les voies de circulation, encore plus, c’est le pendant au start and stop de l’automobile,

    Juste une précision, en ce qui concerne les essais sur l’hélicoptère Puma, et sur presque tous les autres hélicoptères (en dehors des Mi26 Chinook, et consorts très lourds), l’un des problèmes sur les voilures tournantes concerne le poids. avec une masse à vide de 4 tonnes pour un masse maxi décollage de 7tonnes, ça n’a pas le même impact que sur un « modeste » A320 de 70 tonnes au décollage ! Oui le poids doit avoir une influence sur la masse marchande offerte, donc sur la consommation pour réaliser le vol, mais sur certaines dessertes avec de longs temps de roulage et d’attente au sol cela doit être rentable en consommation, et en réduisant le temps de fonctionnement des moteurs principaux, donc on espace les entretiens moteur, (poste non négligeable dans le budget maintenance).
    Dernier point en ce qui concerne l’environnement, car à mon avis on ne peut parler d’écologie avec des avions moyennement remplis ou à vide, qui bien souvent volent avec des passagers touristes voyageant pour des séjours d’agrément, au lieu de rester en vacances proches de chez eux !!! La meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas (dicton de source inconnue), fin du hors sujet. OUI le point novateur sera aussi une diminution probable du niveau sonore sur les emprises aéroportuaires, même si une APU tourne plus dans les fréquences sonores aigues que les réacteurs,
    Cdlt

  • Supercopter Bruno le mécano

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Salut
    L’humble mécano que je suis imagine mal le projet, évidement puisque je ne suis pas ingénieur, n’empeche que le poids d’un tel systeme embarqué va bien créer un surcout en kéro et je n’ose estimer un prix de vente du systeme même produit à des milliers d’exemplaires….sans compter le facteur humain que vont devenir tous les chauffeurs de Push?

    Autant emmener les avions au point d’arrêt en « Tracma », ça coutera moins cher et on gardera nos chauffeurs!

    Feu la « S.N.I.A.S. devenu Eurocopter avait imaginé ds les années 70 un système hydraulique pour déplacer les Pumas sur le tarmac et le projet n’a pas été retenu et devinez pourquoi? le poids!!!!

    • A7700

      Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
      Cela a déja été testé à CDG du temps ou AFR utilisait des B727 un peu limite en carburant ( Moscou sans déroutement proche). Le problème principal outre la présence d’un mecano et d’un extincteur au seuil de piste etait que que le tracteurdevait pénètrer sur la piste et dégager au premier taxiway..pour se retouver une fois sur deux bloqué par les avions suivants….(celui qui a tenté de rouler dans l’herbe ne fait p^lus partie de la maison…!!!),

  • FbS

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Faudra aussi rajouter un crochet d’appontage et des filins sur la piste, ca permettra d’economiser le pétrole grillé pour la reverse…

    :-)…

    C’est pas une idée nouvelle finalement, les allemands poussaient déja a la main les ME262 sur la piste pour economiser le kero dont ils manquaient à la fin de la guerre…

  • steph

    Premiers essais du green taxiing électrique de Safran et Honeywell
    Bonne idée, installé sur un a320 neo il ne consomera plus rien (blague).

    Manque plus que le systeme de catapultage sur la piste avec le train avant 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.