Accueil » Recherche de l’épave du vol AF447 Rio–Paris. Episode IV

Recherche de l’épave du vol AF447 Rio–Paris. Episode IV

Une quatrième tentative de localisation de l’épave de l’Airbus A330 d’Air France qui a disparu dans l’Atlantique, dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2009, va avoir lieu entre mars et juillet 2011.

Les autorités françaises s’entêtent à vouloir retrouver l’épave de l’Airbus A330 d’Air France, près de deux ans après cet accident qui a causé la mort de 228 passagers et membres d’équipage. Pour justifier cette quatrième tentative qui va avoir lieu entre mars et juillet 2011, le Secrétariat d’Etat chargé des Transports et le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) pour la sécurité de l’aviation civile expliquent avoir la certitude que « les zones ayant fait précédemment l’objet de recherches par des...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Recherche de l’épave du vol AF447 Rio–Paris. Episode IV
    Qu’un avion ait péri en mer pour des raisons dont on peut penser aujourd’hui qu’elles sont multiples:

    Peut-être des Pitots gelés, puis une gestion contradictoire par les ADIRU de données soit contraires, soit toutes éronnées de la même façon, c’est à dire exactes pour les ADIRU, provoquant peut-être une forte assiette à cabrer si le tout avait déclanché une alarme STALL (menace de décrochage) provoquant à son tour un décrochage à haute vitesse, avec des instructions générales aux pilotes de la part de leur compagnie, leur disant que quoi qu’il arrive l’informatique saura toujours mieux qu’eux rattraper les situations critiques, auxquelles ils ne sont de toutes façons formés qu’en simulateur, ce même équipage travaillant probablement sous un stress maximal avec ses bouquins sur les genoux en situation critique de décrochage pour savoir comment reprendre le contrôle, tout ça sera peut être dit en retrouvant les boites noires, ou autre chose.

    Est-ce que tout ceci aurait pu être évité est aussi une question dont les réponses sont à affronter bien en face. Des langues commencent à se délier chez tous les protagonistes, espérons que d’un commun accord ils trouveront les bonnes pistes pour que ce genre de situation soit mieux appréhendée dorénavant.

    La douleur des familles après l’annonce du drame restera aussi longtemps qu’on aura pas pu récupérer le corps de leurs proches pour leur permettre d’enfin faire leur deuil, avant toute bataille d’experts et notamment d’avocats grassement rémunérés sur ce fond de commerce que sont pour eux les accidents aériens (voir le Mont Saint Odile ou Concorde pour ceux qui n’en seraient pas convaincus).

    Répondre
  • Recherche de l’épave du vol AF447 Rio–Paris. Episode IV
    Le navire Alucia n’appartient pas à WHOI mais à Deep Ocean Quest. A ce jour, il n’a toujours pas quitté Seattle.

    Répondre
  • Recherche de l’épave du vol AF447 Rio–Paris. Episode IV
    Il est très important que ces futurs recherches aboutissent à un résultat car ce crash ne doit pas tomber dans l’oubli, ce sera enfin pour les familles et l’aéronautique Française la preuve attendue de cette accident quel qu’en soit les conséquences exactes et cela permettra surtout aux familles de pouvoir faire le deuil des étres chers disparus.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.