Accueil » Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !

Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !

A peine ouvertes, les « boîtes noires » de l’A330 du vol AF447 sont l’objet d’une polémique déclenchée par le site internet du Figaro. Il fallait s’y attendre…

Le Figaro.fr a été le premier à dégainer. Le lendemain de l’annonce par le BEA que les enregistreurs de vols de l’A330 d’Air France qui s’est abîmé en mer (1er juin 2009), étaient exploitables, le site internet du Figaro avançait « la piste de l’erreur humaine ». Fallait-il dépenser des millions d’euros dans la recherche des boîtes noires de l’Airbus pour en arriver à cette conclusion ? Sachant que le facteur humain est déterminant dans 80% des accidents d’avion, on...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

16 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    La presse dès la sortie des enregistreurs s’est empressée hâtivement et irrespectueusement pour les victimes et leurs familles de pondre des articles mettant en cause l’équipage sans même connaître les conclusions d’une enquête qui demandera du temps.
    L’évocation des problèmes sur des modèles de sondes Pitot pourrait être une des causes mais probablement pas la seule. Lors d’un accident , on évoque souvent la loi des séries. Les problèmes techniques s’accumulent et les erreurs humaines s’enchainent.Un exemple l’illustre avec le cas du Boeing 737 de la Turkish Airlines qui il y a 2 ans en final sur Amsterdam s’est crashé avec 3 pilotes à bord à 2km de la piste . Au départ un problème de radio-altimètre défectueux suivit d’erreurs humaines .Bilan 8 morts dont l’équipage de conduite.
    Mais les causes du vol AF qui nous intéressent restent encore pour le moment mystérieuses.

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Piloter un avion de ligne Airbus en altitude sans indications de vitesse indiquée n’est pas infaisable…Sauf que dans le cas de ces machines complexes, la perte de ces vitesses entraine d’autres problémes (changement de loi de pilotage, perte des automatismes, nombreuses alarmes et pannes subséquentes…)
    Il n’y a qu’à dans ce cas afficher une assiette et une poussée diront certains…Mais le niveau de turbulences probablement élevé permettait-il ne serait ce que de lire une assiette?
    Cet accident dramatique est probablement l’issue d’un enchainement de circonstances et seule l’analyse soigneuse des paramètres de vol pourra donner une explication un tant soit peu rationnelle.
    Pour ce faire, le BEA a besoin de temps et les journalistes ou autres protagonistes devraient pour le moins accorder encore ce temps nécessaire avant que de se répandre en supputations, même si nous sommes tous avides de savoir!!!

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Merci pour vos réponses et précisions, et je mets en favori ton blog Simmer ! (pas le temps là je lirais + tard).

    Bons vols à tous,

    Fred

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    On sait autres avions à fait un détour pour éviter la zone très orageuse. La question est pourquoi AF447, n’a pas fait?
    C’est peut-être à cause de défaillance technique du radar météo, de GPS, de formation, de soucis économiques pour le carburant, ou l’insouciance. Avec l’enregistrer des 30 dernières minutes de vie dans le cockpit, on a la possibilité de trouve une réponse. S’il est le dernier, malheureusement les pilots port une grande responsabilité.

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Patience… Comme le rappelle le communiqué du SNPL c’ est au BEA qu’il faut s’ en remettre. Merci à lui de le signaler.

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Fred, bien sûr qu’on peut voler sans vitesse indiquée. Le BEA a toujours dit, à juste titre, que la perte des informations anémométriques ne pouvait pas être la seule cause de l’accident.

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Pour répondre à Fred, un avion vole grâce à sa vitesse par rapport à l’air, l’information de vitesse sol (donnée par les centrales inertielles ou par les GPS) a deux utilités :
    1- Calculer le vent en comparant cette vitesse sol à la vitesse propre (TAS) elle même calculée depuis la vitesse indiquée
    2- Estimer l’heure d’arrivée, le carburant restant à destination, etc..

    La vitesse sol ne permet pas en elle même de piloter l’avion. Il n’est pas possible avec les seules prévisions météo de déterminer la vitesse de l’avion d’après la vitesse sol.

    En cas de perte de l’information de vitesse par rapport à l’air, le pilotage devient très délicat à haute altitude, où la marge entre la vitesse maxi et la vitesse mini de l’avion est extrêmement faible. Il existe deux méthodes pour piloter dans ce cas :
    1- Les préaffichages (un tableau permet de savoir qu’à telle altitude et telle masse, en cas de perte de l’information anémométrique l’avion peut voler à telle vitesse si on affiche tel régime moteur)
    2- L’information d’angle d’incidence, qui est affichée en secours sur les Airbus grâce au système BUSS (article dans mon blog ici : http://simmer.canalblog.com/archives/2010/05/20/17958614.html) mais qui n’était pas installé sur l’AF447.

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Le problème aujourd’hui est que les journalistes ne vérifient aucune des infos que leurs sources peuvent leur donner ! Ces messieurs ne font pas leur boulot, cela fait longtemps qu’on peut le vérifier, ils ne travaillent que pour le sensationnalisme et sous l’influence de groupes de pression (et non pas pour le journalisme !). les chiffres réels de ventes de la presse (hors « distribution gratuite aux différents acteurs économiques comme les compagnies aériennes justement !) sont en chute libre (voir les déficites chroniques du « Le Monde », et autres journaux soit disant « économiques »), cela devrait les faire réfléchir et se remettre en cause de temps en temps ! Les pilotes ne sont pas sur la liste des personnages protégés par une « chape de plomb » comme certains autres personnages publics (voir l’actualité etrangère qui met à jour des vérités bien connues de certains initiés !), on peut les mettre au ban de la vindicte populaire !
    Triste France.

    Répondre
    • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
      @ Titi21 – La crédibilité des journalistes est en perte de vitesse. C’est un fait. Mais de là à tous les mettre dans le même panier… Vous remarquerez que sur ce coup, le Figaro est bien seul. La polémique n’a pas pris et c’est heureux.

      D’une manière générale, le traitement médiatique d’un accident d’avion n’est jamais satisfaisant. Il y a d’un côté le public qui veut connaître immédiatement les « responsables ». Les journalistes sont sous pression. Ils doivent satisfaire la curiosité de leurs lecteurs ou auditeurs. C’est la course. Et de l’autre côté, il y a les professionnels qui savent qu’il faudra un temps plus ou moins long pour établir l’arbre des causes. On s’installe dans la durée. Les deux temps ne sont pas compatibles. Et ils ne le seront jamais… G.R.

      Répondre
      • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
        Que le grand public veuille de suite les noms des responsables n’excuse en rien que les « journalistes » racontent n’importent quoi ! La course contre la montre pour être le premier à avoir quelque chose à dire sur le sujet (quel qu’il soit) les poussent malheureusement à ne plus vérifier les sources et véracités, ni la crédibilité des infos. Résultat : 25 minutes au journal de 20 heures pour expliquer qu’il a neigé 3cm sur Paris alors que le même jour Steve Fosset pose Virgin Ataltic Global Flyer à 20h30 après un tour du monde sans escale en direct… Sauf que le direct, zobi, il y aura eu 3 minutes pour « parler » de la chose avec des images de l’avion live en finale, mais l’attéro sera coupé ! Tas de c.. !!!
        Le grand public veut des infos en direct ? Qu’on leur explique les « faits factuels » connus à ce moment en esquissant éventuellement quelques scénarios possibles, mais qu’ils ne fassent pas semblant d’avoir des conclusions vraies !!! Quand on sait pas, on sait pas !
        Résultats : les journalistes passent pour des c… bassement évènementistes, et les experts mandatés passent pour de sombres fainéant mettant 2 ans à donner les conclusions déjà esquissées parfois le soir du crash…

        Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Bonjour à tous,

    Pardonnez ma naïveté mais étant passionné d’aviation (et ne volant que sous simu en vol contrôlé) je ne comprends pas comment la perte d’info KIAS peut entraîner la chute d’un avion ? Les pilotes auto ne peuvent pas fonctionner sans cette info ? Et la centrale à inertie ne peut pas prendre le relai ?
    Et encore, pê naïf, mais avec deux pilotes (humains) il n’y a pas moyen de faire 1500 ou 2000 milles « à la main » pour rejoindre l’AD le plus proche ? Même sans KIAS avec l’info G/S et les infos MTO de la tour on ne peut pas s’en sortir pour se poser ?

    Merci pour vos éclaircissements, et bons vols à tous !

    Fred

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Bien vu Mr Montana.
    L’analyse est pertinente. Un détail, on sait maintenant que de l’eau en surfusion peut se trouver à plusieur nm de la tête du CB. Donc même en évitement on peut se retrouver en mauvaise posture.
    Quant à annoncer ce type de nouvelle aux familles( panne consécutive à une défaillance connue ), pas de danger. Il en va d’intérêts industriels et éventuellement pénaux.
    Donc sans être grand clerc et en laissant bien sûr travailler qui de droit, les familles de nos collègues pilotes disparus vont surtout devoir digérer dans le meilleur des cas de méchants sous entendus ou tout simplement des conclusions douloureuses.

    Le tout va être d’enrober ces conclusions pour ménager un constructeur et son client
    .
    Car bien sûr si on veut nous expliquer que de ce rapport sortira une avancée pour la sécurité des vols, on pouvait faire plus court :
    Une préparation des vols qui tienne la route
    Un avion intègre avec les bonnes sondes (radar performant)
    De la doc au goût du jour
    Un équipage qui connait son travail ( formation, contrôle)

    C’est comme ça que cela fonctionne depuis de longues années et il n’y a pas de raison que ça change….sauf à exploiter des drones en ligne mais c’est un autre chapitre.

    Bons vols à tous

    Répondre
  • par Charles Donnefort

    Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Les gens sont en attente d’informations, l’opinion publique s’impatiente et ils ne comprennent pas qu’il faille attendre cet été pour avoir un rapport d’étape, ce qui explique cet emballement.
    Le BEA a eu raison de réagir vite.

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Les morts ne peuvent pas se défendre.

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    on sait déja que les pitots ont laché, et par conséquent que nos collègues ont perdu :
    – les infos de vitesse (et la vitesse c’est la vie)
    – les pilotes automatique qui ont dit: pas de vitesse on sait plus faire
    – Plus de multiples alarmes

    Bref je n’aimerai pas me retrouver avec un avion dans le coffin corner (entre decrochage basses vitesses et hautes vitesses) sans info de vitesse avec un pilotage a la main et plein de procédures et de Check list a envoyer, c’est pas une situation d’avenir.

    Pour que les pitots givrent ils ont besoin d’humidité donc etaient t’ils dans la couche? Si oui probablement CB? si CB= turbulence associé au coffin corner? Nous verrons donc si la route était judicieuse ou dangereuse

    Mais ne nous trompons pas, le modèle de Reason du fromage suisse montre que les trous n’auraient pas du être aligné.

    Le problème des pitots était connu, chez AF, et d’autres compagnies comme Air Caraibes ont pris immédiatement des actions correctives pour empecher que cela se reproduisse.

    Le problème des pitots pour ma part est la FAILLITE de la règle de base de la sécurité des vols= LE RETOUR D’EXPERIENCE. On savait que ces pitots avaient des soucis, on savait que c’était dangereux et on n’a pas fait.

    Les pilotes ont peut être fait des erreurs mais si on avait appliqué le retour d’experience et changé ces pitots a 2000€/pc et bien le modèle de reason aurait surement décalé les trous.

    J’espère que l’on ne sera pas obligé de dire aux familles que les PN et pax sont morts à cause d’un problème que l’on connaissait.

    Répondre
  • Rio-Paris : ne tirez pas sur les pilotes !
    Il faut bien comprendre que les pilotes sont en bout de chaine, ainsi il est évident que même si l’équipage de conduite aurait pu faire une erreur, une faute, il ne s’agirait que d’une toute partie de l’explication de cet accident. Le figaro devrait réviser les plaques de REASON… Les facteurs humains est une vrai science non négligeable!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.