Accueil » Transport Aérien » Solar Impulse en route pour le Maroc

Solar Impulse en route pour le Maroc

Solar Impulse a décollé ce matin de Payerne (Suisse) à destination de Rabat (Maroc). Une escale est prévue à Madrid (Espagne) à 2h00, demain matin. Suivez le vol en direct.

André Borschberg a décollé de Payerne, jeudi 24 mai 2012, à 8h24 locale, à destination de Madrid. Son plan de vol lui fera traverser la frontière par le Jura vers Pontarlier (France) à une altitude de 3.600 mètres. L’appareil survolera ensuite le Massif central et continuera en direction de Toulouse avant de traverser la chaîne des Pyrénées à une altitude de 8.500 mètres. L’avion atterrira vers 2h00 locale du matin à Madrid-Barajas après l’heure de pointe du trafic aérien régulier....

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

8 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Solar Impulse en route pour le Maroc
    Les programmes lunaires d’Apollo ont apporté une contribution énorme au développement de haute technologie. La technologie de la NASA a métamorphosé l’histoire de notre humanité. Les missions Apollo ont eu une incidence majeure sur l’accélération du rythme du développement technologique. Le travail des ingénieurs de la NASA a par exemple, provoqué un changement radical dans les systèmes électroniques et informatiques. Sans la recherche et le développement dans les missions spatiales, les entreprises électroniques de premier plan n’auraient pas été fondées. Nous ne dépenserions certainement pas notre temps libre sur des ordinateurs portables et des téléphones intelligents à lire, rechercher, publier des informations sur Internet, sur les réseaux sociaux, ou via e-mail. La liste de cette révolution liée à la somme colossale de travail doit être encore plus longue, la robotique, le matériel informatique et les logiciels, les nanotechnologies, l’aéronautique, le transport et les industries de soins de santé. Et aussi les satellites, notre positionnement grâce au GPS, la communication universelle, les surveillances du territoire. En allant sur la lune, nous apprenons à connaitre de mieux en mieux la terre. Dans le programme Apollo, le poids de la fusée, la consommation spécifique de carburant, étaient facteurs de performance pure. On a recherché ainsi la miniaturisation pour les volumes du matériel occupé à bord, les ordinateurs en ont profité grandement. Cette course à l’espace lancée par les américains avec les russes a apporté notre confort de vie grâce au seul challenge de rejoindre la lune avec un être humain et d’y revenir. Nous n’aurions, comme public et citoyen pas du tout accepté des alunissages sans fin et sans nouvelle finalité, il y avait une fin certaine annoncée. Le spectacle proposait des frissons car il expliquait le programme à chaque tir. Le spectateur était impliqué techniquement. Les médias avaient des lecteurs. Les hommes politiques avaient leur théâtre tout prêt pour leurs promotions politiques. Les Russes ont créé Baïkonour de toutes pièces pour cette activité. Ces activités ont généré une émulation technologique. Des milliers de fournisseurs étaient impliqués dans ces programmes. Des scientifiques ont travaillé. Des mathématiciens ont trouvé des algorithmes. C’est trop complexe d’en attacher un lien parfait avec le programme, mais il a créé une émulation suffisante.

    On pourrait se poser légitimement la question, si cette aventure forte, si cette course n’avait jamais existé ? Car il faut bien considérer notre monde aujourd’hui comme le résultat de la métamorphose antérieure.

    Et si Solar Impulse n’était pas cette nouvelle petite étincelle nécessaire ?

    Répondre
  • Solar Impulse en route pour le Maroc
    Bonjour,

    Eric Raymond est moins médiatique, mais nous sommes plus proche de d’une future technologie pour l’aviation de loisirs.

    http://solar-flight.com/europetour/

    http://www.youtube.com/watch?v=WcWSI03NKo0

    Christophe

    Répondre
  • Solar Impulse en route pour le Maroc
    Déjà vu, il y a longtemps…

    Il y a plus de trente ans, le 7 juillet1981, le Solar Challenger, conçu par Mac Cready, traversait la Manche grâce à l’énergie solaire et sans aucun stockage…

    Il y a plus de 10 ans, le 14 août 2001,l’Hélios, prototype de la Nasa, 82 m d’envergure, télécommandé, atteignait l’altitude de 96500 pieds (environ 33 km !).

    L’exploit de Bertrand Piccard avec le Solar Impulse, c’est sa capacité à recueillir des millions d’euros pour nous resservir des technologies bien connues et faire croire à des millions de gogos qu’il invente l’aviation de demain ! Chapeau l’artiste !

    Rappel : le soleil fournit 1400 watt par m2 au niveau des hautes couches de l’atmosphère ; il en reste environ 1000 par m2 au niveau des basses couches, que vous multipliez par le cosinus de la latitude, que vous multipliez par le cosinus de l’angle entre la position midi et la position actuelle de l’astre, que vous multipliez par le rendement de la cellule photovoltaïque… on obtient entre zéro et 200 watt par m2 de voilure, donc une puissance de 40 kW, 50 chevaux au maximum, donc en moyenne cinq fois moins, pour une surface de 200 m2 ! Quand le soleil tape fort, j’ai la puissance d’une mobylette, avec la voilure d’un Airbus… Le Solar Impulse a donc une envergure de plus de 60 m, l’Hélios de 80 m, pour des masses supérieures à une tonne, car les batteries sont lourdes ! Cette immense structure doit donc être ultra légère… Ces grosses maquettes n’aiment donc pas l’air agité (prudence de l’équipe du Solar, désintégration de l’Hélios en 2003 dans la turbulence…). L’amélioration du rendement des cellules, ne changera pas fondamentalement les données du problème.
    Désolé, mais l’avion du futur, pas plus que l’automobile du futur, ne seront solaires…

    Répondre
  • Solar Impulse en route pour le Maroc
    Piccard et son équipe travaillent sur une idée de l’avion du futur. C’est bien l’inventivité de l’hypothèse qui stimule la recherche. C’est ensuite à l’imagination du scientifique et de l’ingénieur de poursuivre cette invention. L’audace de cette hypothèse peut heurter la science établie mais ne pas la freiner. Ils font de la Technologie avec un grand T.

    Comme le médecin, Claude Bernard le signalait, « une idée ne doit pas être repoussée pour la seule raison que ses conséquences dérangent une théorie régnante. L’absurde suivant nos théories n’est pas l’impossible suivant la nature. »

    Les batteries au lithium ou d’autres métaux semblent buter sur des limites aujourd’hui, mème en recherche actuelle en laboratoire (IBM semble y travailler dur), il n’y a pas vraiment quelque chose de nouveau. Mais n’est-ce pas bien l’audace et le succès d’une idée osée comme celle de Solar Impulse qui permettra quelque chose de nouveau sur les batteries dans 15 – 20 ans, peut-ètre. N’est-ce pas un excellent stimulant social ?

    La victoire de course de Piccard autour de la Terre sera dépendante des énormes possibilités de l’efficacité énergétique de son avion. Nous devrions le saluer, chapeau bas.

    Répondre
  • Solar Impulse en route pour le Maroc
    Cher anonyme,
    qu’il y ai matraquage médiatique sans doute mais certainement moins qu’un échange du mercanto.
    Pour le reste, les affirmations me semble un peu hâtive

    Il y a t-il des innovations technologiques ? celles utilisées le sont depuis 15 ans. Tout autant que le moteur à explosion de nos tagazous

    Il y-a-t-il une avancée dans le monde aéro ?
    Existe t-il un autre avion zéro énergie embarquée

    Est-ce un projet d’avenir récupérable au quotidien ?
    C’est ce que l’on dit de toutes les inventions, la saga du four micro onde est là pour le démontrer .Mais que veut dire récupérable, le CERN, l’ESO de La Silla, etc … sont ils rentables?

    Ah,si tous les investissement à but spéculatif pouvaient avoir une participation plus importante dans la recherche.

    Répondre
  • Solar Impulse en route pour le Maroc
    Bonjour,
    merci beaucoup pour cette information
    AMB

    Répondre
  • Solar Impulse en route pour le Maroc
    Bon vol à Solar Impulse!
    Très intéressante l’interface permettant de suivre cette aventure vers l’Espagne.
    Bravo à l’équipe de nous faire partager ces moments historiques de vol solaire !

    Vincent

    Répondre
  • Solar Impulse en route pour le Maroc
    Ras le bol de voir ces communiquant de SolarImpulse partout et dans toutes les télés à déblatérer des «cagades de riches sectaires sponsorisés par des banques Suisses».

    Qu’apporte le projet SolarImpulse ? rien.
    Il y a t-il des innovations technologiques ? non, celles utilisées le sont depuis 15 ans.
    Il y-a-t-il une avancée dans le monde aéro ? non.
    Est-ce un projet d’avenir récupérable au quotidien ? non
    Il y-a-t-il un message à faire passer, oh oui, il n’y a que des messages à faire passer mais je cherche encore en quoi je pourrais être concerné.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.