Accueil » Un millier de techniciens pour veiller sur la flotte d’Air France au sol

Un millier de techniciens pour veiller sur la flotte d’Air France au sol

Air France assure aujourd’hui environ 5% de son programme de vols habituel. Conséquence directe : 180 de ses 224 avions sont actuellement au sol, stockés à Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, et Toulouse Blagnac, où la compagnie possède une base de maintenance.

20.04.2020

Air France comme l'ensemble des transporteurs aériens, est confrontée à une situation inédite. © Air France

Au plein cœur de la crise, chaque jour, près d’un millier de salariés de la compagnie nationale répartis sur les différents sites de stockage veillent sur les avions immobilisés et assurent l’entretien des 40 appareils qui continuent d’assurer des vols de continuité territoriale et de desserte de destinations clés en Europe et à travers le monde.

L’organisation d’un tel stockage sans précédent est un travail minutieux effectué selon les recommandations des avionneurs.
Parmi les 3 types de stockage avions existants , Air France a opté pour un stockage dit « actif », adapté aux immobilisations d’une durée comprise entre 1 et 3 mois, et nécessitant environ 150 heures de travail réparties en 3 étapes.

Le stockage initial, l’étape la plus longue, qui consiste à protéger l’avion et à le préparer au stockage avec notamment :

  • L’installation de bâches et caches pour obstruer toutes les entrées d’air où des insectes ou des animaux pourraient venir se nicher
  • L’obstruction des réacteurs ou le blocage des pâles, selon le type d’appareil
  • Un nettoyage approfondi des zones critiques comme les trains d’atterrissage et les équipements hydrauliques
  • Le graissage des trains d’atterrissage et des éléments de voilure
  • La vérification du niveau d’humidité

Les activités récurrentes, dont la fréquence dépend du type d’appareil et des recommandations du constructeur, comprenant :

  • La vérification du bon état des protections
  • Des inspections visuelles de l’avion et la vérification des systèmes
  • Le déplacement de l’avion de quelques mètres pour soulager les pneus ou la rotation des roues sans déplacer l’avion, à l’aide d’un cric
  • La mise en route des moteurs et de l’APU (générateur auxiliaire)

Le déstockage initial, qui prépare la remise en service de l’appareil.

  • Cette étape nécessite jusqu’à 2 jours de travail et comprend le retrait des différentes protections appliquées sur l’avion et la vérification que tout est en ordre pour la reprise des vols dans le respect des procédures de la compagnie et des exigences réglementaires.

Pour Géry Montreux, Directeur général adjoint Engineering & Maintenance, la priorité est de « maintenir la flotte dans les meilleures conditions pour permettre à nos avions de redécoller en toute sécurité dès que cela sera possible ».

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.