Accueil > Transport Aérien > Notre-Dame-des-Landes : l’Etat annonce un référendum restreint

26 commentaires Transport Aérien

Notre-Dame-des-Landes : l’Etat annonce un référendum restreint

Le référendum sur le projet controversé de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, annoncé par le Président de la République, en février dernier, sera organisé en juin prochain, uniquement dans le département de la Loire-Atlantique, a déclaré le Premier ministre, mardi 15 mars. Le débat est relancé.

JPEG - 111.9 ko
Les bretons privés de référendum
© DR

C’est à l’occasion d’une interview sur RMC où il balayait les sujets d’actualité, que le Premier ministre a précisé que le référendum sur le transfert de l’actuel aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes aurait lieu en juin 2016. Le Président de la République avait lancé l’idée de cette consultation publique, en février dernier, lors du remaniement ministériel. Manuel Valls commence donc à en définir les modalités.

Outre la date, le Premier ministre a brièvement expliqué que seuls les habitants du département de Loire-Atlantique seraient consultés, « parce que c’est », selon lui, « le département le plus concerné par les impacts écologiques et économiques de ce projet, et parce que l’enquête publique a eu lieu sur le département et parce qu’il faut faire simple  ». Est-il encore possible de « faire simple » ?

Surement pas en partant une nouvelle fois sur de mauvaises bases. L’un des arguments de l’Etat pour justifier le déménagement de l’aéroport de Nantes a toujours été de vouloir doter l’ouest de la France d’un grand équipement aéroportuaire. L’idée était de regrouper le trafic de Nantes et de Rennes, à Notre-Dame-des-Landes, d’où le nom officiel d’aéroport du Grand Ouest. Délimité le périmètre du référendum en le calquant sur celui de l’enquête d’utilité publique tant controversée, n’est-ce pas s’enfoncer un peu plus encore dans une voie sans issue ?

Croire que le référendum permettra de clore le débat sur l’utilité de Notre-Dame-des-Landes et de mettre fin à 40 ans de polémique sur la nécessité de transférer Nantes-Atlantique, est une illusion. Ce n’est évidemment pas par un « oui » ou un « non » que sera tranché un dossier qui divise, depuis le début des années 70, un pays tout entier.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport (...)
Journaliste chez Aerobuzz.fr

26 Commentaires

  • Bino

    Nantes. La véritable et seule raison de déménager l’aéroport actuel est de ne pas redouter de voir, un jour, un crash sur la ville. Voir la situation sur GoogleEarth, par exemple.

    Signaler un abus
    Répondre
  • Francesco II

    Cet aéroport devrait accélérer la fermeture de l’actuel aéroport de Nantes ainsi que celui de Rennes. Là oui il y aurait une réelle démarche écologique. Mais cela n’a jamais été énoncé de la sorte.

    Signaler un abus
    Répondre
  • Passant44

    Il y a les démocrates, ceux qui respectent nos institutions et la voix du peuple, et il y a les autres...

    99% des élus locaux, plusieurs premiers ministres, deux président de la république, de gauches et de droite, des dizaines de décisions de justice ont VALIDÉ ce projet. Alors faut-il confier les clés du pays et des grandes décisions à une minorité auto-proclamée "résistante" qui recours à une enfumage constant qui atteint même Aérobuzz ? Ce serait renoncer à toute action publique dans notre pays, et en tous les cas à toute grande ambition (Que nous dira Gill Roy quand les mêmes au nom de la Cop21 réclameront la fermeture d’Orly et Roissy ?)

    Contrairement à ce que "sait" Aerobuzz, le transfert de Nantes-Atlantique à NDDL ne se réduit pas à la création d’un aéroport partagé entre Nantes-Rennes.

    C’est un projet qui prend en compte que :
    Les arrivées en 21 se font en survolant la ville à 450 m sans guidage vertical. La trajectoire est aujourd’hui dérogatoire : approche décallée VOR/DME (non précision donc, sur un aéroport international !). La mise en place d’un ILS sur la 21 impliquera que les trajectoires survoleront à basse altitude l’hyper centre de la ville. Soit 42 000 personnes aujourd’hui, 80 000 à terme, avec un passage toutes les 3 minutes aux heures de pointe.
    En 2004 un MD-83 a failli se crasher sur la ville !!! lire rapport du BEA BEA Le bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) pour la sécurité de l’aviation civile est l’autorité d’enquête chargée pour la France des enquêtes de sécurité sur les accidents ou incidents dans l’aviation civile. ici : http://bit.ly/1ptuiN3

    La métropole Nantaise croit rapidement. 100 000 habitants en plus attendus en 2025 dont 80% de solde naturel. Faut-il "construire à la campagne" sur des terres agricoles ou densifier la ville ? Le choix fait ici est celui de l’écologie de bon sens : le déplacement de l’aéroport va lever les contraintes du Plan d’Exposition au Bruit et libérer la densification à proximité du centre ville de la Nantes. L’éco système Airbus AIRBUS Constructeur européen (filiale à 100% d’EADS) détenant 50% du marché mondial des avions de ligne. Airbus a vendu 11.500 avions depuis sa création en 1970. et l’IRT Jules Vernes pourront eux se développer sur une grande partie de l’emprise actuelle de NTE. Ca semble plus qu’une bonne idée !!

    Nantes Atlantique est sud Loire alors que sa zone de chalandise est à 80% au nord. Ceux qui connaissent les problématiques de franchissement des fleuves, comprennent que c’est plus de 30 minutes qui seront gagnées pour les habitant de Rennes (et de tout l’ouest). En outre (ultérieurement) une ligne LGV devrait relier Nantes et Rennes en passant par par NDDL. Cette desserte n’est pas possible avec la situation actuelle (trop de ruptures de charge dissuasives (les hallucinations de l’association Nexus, n’y changent rien !^^)).

    Le transfert permettra aussi d’avoir deux pistes (spécialisées) et donc des conditions d’exploitation optimisées : évitement des déroutements, réduction des roulages au sol (4% du coût du billet).

    C’est donc un projet sérieux et consistant qui ne détruira pas une zone humide, comme tentent de le faire croire les opposants, sans même en convaincre la sourcilleuse commission européenne...

    Qui doit voter ? Imagine-t-on que la Loire Atlantique vote "non" alors qu’ailleurs on voterait "oui" : on voit bien que la situation serait impossible ! Et si l’inverse se produisait la sanction serait la même (on pourrait juste imaginer que la région Bretagne retire alors sa contribution... ce qui ne changerait pas grand chose.)

    La bonne maille est donc bien celle du territoire de l’enquête publique et donc du 44.

    Pour en savoir plus : www.desailespourlouest.fr

    Signaler un abus
    • lavidurev

      @passant 44.
      Bien des agglomerations, se sont naturellement developpees, creees autour des zones aeroportuaires et on ne peut pas lutter contre.
      Le monde de l aeronautique s evertue d anne en annee a faire voler les avions de facon plus sure. Faut il alors toujours eloigner les aeroports de plus en plus face a une population citadine sans cesse grandissante ?

      Signaler un abus
    • guynemer13

      @Passant44 : on vous dit que NDLL est INUTILE et coûteux, cf. Genève bon sang ! et je n’ai pas une once de fibre écolo en moi...

      Signaler un abus
    • Philippe Evrard

      Les politiciens se trompent si souvent qu’il est peut-être plus sûre de faire confiance au peuple. Par ailleurs, mardi soir, sur France 2 un commandant de bord s’est insurgé contre NNDL en précisant, avec beaucoup de pertinence, qu’en raison de l’accroissement du nombre de passagers emportés par vol, le nombre de rotations n’augmentera guère dans l’avenir.

      Signaler un abus
    Répondre
  • Grisez Ph

    Quel cirque ! je n’ai jamais vu d’analyse complète et sérieuse sur le pourquoi ,les tenants et aboutissants , et le processus (si Rennes est dans le coup ,pourquoi ne voteraient ils pas ? Donc , délimiteR le périmètre du vote plus largement .))

    Signaler un abus
    • Passant44

      Huumm, imaginez "le cirque" si la Loire Atlantique votait "non" et Rennes "oui". Faudrait-il faire quand même cette opération ? ^^

      On le voit bien, les habitants de Loire Atlantique sont les seuls impliqués (les autres sont seulement concernés), et c’est évidement à eux que revient la décision, parce que ça se passe chez eux, sur leur sol, et que parce que sinon on serait dans une impasse !

      Signaler un abus
    Répondre
  • lavidurev

    (Wikipedia) Depuis 1958, le référendum est reconnu, avec le mode représentatif, comme l’une des deux modalités d’expression de la souveraineté nationale. Le principe en est posé à l’article 3 de la constitution de la Cinquième République. En pratique, l’initiative est exclusivement le fait de l’exécutif. L
    Le référendum local (compris dans l’article 72-1, principalement depuis la réforme constitutionnelle du 28 mars 2003), qui participe au mouvement récent de la gouvernance locale.
    Une partie de notre administration francaise s opere depuis Nantes, ca n est pas un hasard. Ce referendum sur NDDL servira de pretexte a une volonte deja etablie par les elus de Loire-Atlantique. Notre ancien premier ministre et nouveau ministre des Affaires Etrangeres, egalement ancien et probablement futur maire de Nantes le sait bien.

    Signaler un abus
    Répondre
  • BONANZA

    L’aérodrome actuel n’est pas saturé. Entre autres exemples, Genève Cointrin a 3 fois plus de trafic avec une configuration au moins aussi contraignante : une seule piste, environnement urbain concentré.
    L’approche piste 20 peut être considérablement améliorée, en termes de minima avec une finale, GNSS : SBAS/LNAV EGNOS et GBAS. Les nuisances sonores, avec une pente d’approche plus forte, pourraient être fortement réduites. Le tout avec des dépenses quasi nulles. La démonstration pourrait être faite de suite.
    Pour les riverains concernés, depuis toujours par la courte finale, il est possible comme à Genève de financer des fenêtres antibruit. Ce serait d’un cout négligeable.
    Les décollages en piste 02 impliquant un virage à gauche doivent être revus pour éviter le survol des habitations à pleine puissance, ce qui excite les riverains. Le virage à 400Ft préconisé par les SIDs n’est pas compatible avec les procédures de certaines compagnies. (Appliquons alors les procédures piste 14 de Toulouse Blagnac).
    Aucune de ces améliorations, malgré un effet quasi immédiat n’est à l’ordre du jour ; pourquoi ?
    Tout ceci montre, que dans la période d’austérité que nous traversons, il n’y a pas de motif valable, du seul point de vue de l’aviation, pour engager des dépenses énormes de construction d’un nouvel aéroport.
    Alors ou sont les enjeux ?
    Il m’apparait nécessaire de donner ces informations à tous ceux qui seront appelés à s’exprimer sur le sujet.
    BONANZA

    Signaler un abus
    • Passant44

      @BONANZA

      C’est gentil de proposer des solutions auxquelles personne n’a pensé ! ^^

      La norme OACI OACI L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) est une organisation internationale qui dépend des Nations unies. Son rôle est de participer à l’élaboration des normes qui permettent la standardisation du transport aéronautique international. est une approche à 5,2 %. Pour faire davantage, il faudrait plus de trainées et donc plus de bruits aérodynamiques. Et je vous le rappelle : on n’est pas sur une banlieue pavillonnaire qui s’est développée sous les axes avec des choix délibérés de ses habitants, on est sur un centre ville historique qui préexiste à l’aéroport. Imaginez ce que serait un crash sur le centre ville !

      Un aéroport est un investissement dans la longue durée. Si ce transfert ne se fait pas maintenant, il sera impossible dans 20 ou 30 ans quand le trafic dépassera les 10 millions de passagers. Préparer l’avenir est une responsabilité...

      Si Genève fait des miracles dans son "réduit", il reste que les avions ne survolent pas le centre ville. Toutes les modernisations de la plateforme ont coûté des fortunes (bien plus que NDDL !) du fait de l’exiguïté. Les 3900 m de pistes permettent des sortes rapides qu’il n’est pas possible de réaliser à Nantes (et le lac de Granlieu est un empêchement au prolongement). Le nombre de mouvements y est donc limité.

      Et si la piste n’est pas à son maximum, les parkings le sont (les repoussages sont dangereux) et l’aérogare est saturée.

      Etc..

      En fait votre "expertise technique" imprudente fait carrément un peu pschiiiit ! ^^

      Signaler un abus
    • guynemer13

      @Passant44 : faux faux faux, désinformation totale, LFRS n’est absolument pas saturé, ni maintenant, ni dans les projections, quant aux politiques cités, vous êtes bien le seul en France à les considérer encore honnêtes ! A la différence de @Bonanza, vous semblez ne pas très bien maitriser votre sujet en terme d’approches IFR, que ce soit en conventionnel ou en GNSS, peut être n’en n’avez-vous jamais réalisez vous-même ! Même pas à LFRS ! Par contre, comme militant actif pour creuser les déficits, augmenter nos impôts et favoriser la gabegie, vous êtes au top ! Partie prenante peut être ?

      Signaler un abus
    Répondre
  • JoJo73

    @Passant44 : la bureaucratie a décidé à la place du peuple !!!
    Pourquoi le peuple n’a t il pas le droit de s’exprimer :-)

    Va voir en Suisse comment ça se passe, dernier pays où la démocratie du peuple existe encore ...

    Signaler un abus
    • Passant44

      @JoJo73

      "99% des élus locaux, plusieurs premiers ministres, deux présidents de la république, de gauches et de droite, des dizaines de décisions de justice ont VALIDÉ ce projet. "

      Maintenant il y a un référendum... toujours pas démocratique ? Je crois qu’on ne peut rien pour vous alors :-)

      Signaler un abus
    • lavidurev

      @passant 44, La definition du referendum local n annonce rien de democratique au sens propre du mot. Desole quant a votre interpretation personnelle. Quant au repoussage juge dangereux a Nantes , c est a verifier. ’ Quand on veut tuer son chien, on dit qu il a la rage’.

      Signaler un abus
    Répondre
  • yvon35

    Je suis ce que l’on nomme un spotter . Je passe mes loisirs à faire des photos sur les aéroports bretons . Je vais régulièrement faire des photos sur l’aéroport de Nantes , et je peux vous assurer que cela ne ressemble en rien à un aéroport saturé , bien au contraire, la moyenne des vols est 3 à 4 décollages et autant d’atterrissages par heure . Il n’y a jamais la queue au point de manoeuvre .
    Quant à exclure Rennes du référendum, bravo . Actuellement , pour prendre l’avion , les 300 000 habitants de l’agglomération ont un aéroport à 7 kms du centre ville . Avec NDDL et la fermeture inévitable dans ce cas de l’aéroport de Rennes ......Il faudra faire 80 kms pour rejoindre le nouvel aéroport . Très logique ...et très écologique .

    Signaler un abus
    Répondre
  • dof

    Il y a un peu moins de 8% de passagers en plus sur le prévisionnel, mais 2% d’avions en plus car les avions ont un taux de remplissage plus satisfaisant et les avions sont un peu plus grands.(sources journaux télévisés) .
    Effectivement pour les novices, merci d’aller voir à Genève, Annecy,Chambéry au moment des sports d’hiver, (Une piste et dans un sens ! (source Cartes Vac ou Jeppsen. ).
    Parfois l’hiver il y a des buissons qui volent dans l’aérogare de Nantes, ambiance western !
    je plaisante.
    Et sauf retournement de situation le projet lgv ou autres navettes sont aux oubliettes, trop cher ! (sources les journaux du coin !)
    Nantes à une capacité d’environ 145 mouvements jours, la moyenne annuelle et d’environ du tiers.(sources journaux télévisés)
    Les 30 km à faire pour rejoindre NDDL, c’est très écologique en voiture, et le parking très rentable pour les complices du projet.
    Mais si notre Ministre des affaires étranges désir sont joujou ! après tout, la moitié sera financé par ...l’ impôt ,le reste par l’UE, donc aussi l’impôt, et comme toujours il y aura des dépassements...

    Signaler un abus
    Répondre
  • bertlondon

    Plutot d’accord avec le choix de faire voter les seuls habitants du 44, ce sont eux qui auront a subir les nuisances du nouvel équipement. Et franchement, qui peut croire que les Rennais, les Angevins ou les Morbihannais voteraient en faveur de ce projet, eux qui craignent avant tout que NDDL n’entraine la fermeture de leurs aeroports locaux ? Les écologistes l’ont bien compris et tout le monde le sait, tout ce cirque médiatique n’est donc qu’un grand bal d’hypocrites.

    Signaler un abus
    Répondre
  • stanislas

    Pour moi dans ce cas précis, un référendum est une façon de se "laver les mains à la façon Ponce Pilate". En soi c’est une stupidité CAR seuls des gens qui ont entre leurs mains le dossier complet contradictoire (avec les avantages et inconvénients si NDDL se fait ou pas) peuvent avoir un avis pertinent. Sur quoi va se baser le commun des mortels pour se faire son opinion ? C’est exactement aussi stupide que les micros trottoirs dont sont friands nos journalistes TV et de préférence sur le marché comme ça on a un panel représentatif, non ?.
    Notre aviation légère, en nombre bien supérieur, connait certains aspects des problèmes que posent nos aéroports. La réglementation mise en place par la navigation aérienne n’est absolument pas assez contraignante (toujours chercher à qui cela profite : les propriétaires de terrains dans les zones concernés) Il est aberrant que l’on ait des problèmes de riverains à ROISSY, par exemple vu que celui-ci fut construit dans les champs et ce sera pareil à NDDL car on va laisser construire trop près des pistes. Les gens crient à la gêne sonore pour que les dédommagements soient encore plus forts. Alors qu’ils ne payent pas d’impôts locaux et que leurs fenêtres ont été changées gratuitement pour eux. Ah, oui dans le jardin c’est invivable, mais pourquoi sont-ils venus s’installer là ?
    J’habite sous la trajectoire des avions qui se posent à Orly lorsque le vent souffle de l’EST.
    Pourquoi les pilotes (automatiques, bien sûr) font voler l’avion TOUJOURS quelques centaines de pieds sous le niveau de transition de 40 ?
    Lorsque le sort de NDDL sera scellé ce sera le tour duquel aéroport. Et VATRY , qui avait décidé de le construire ? Dans tous ces projets cherchez qui va gagner le plus d’argent, et c’est celui-là ou ceux-là qu’il faut interroger, "questionner" comme au Moyen Age..

    Signaler un abus
    Répondre
  • michael

    On halucine quand certains parlent de saturation.
    Par 3 fois je me suis rendu a Nantes et chaque fois vu un aeroport desert ou seuls quelques pax etaient en attente. Ceux qui invoquent la saturation devraient aller faire un tour a LHR ou CDG.
    Sans compter que l’aeroport actuel devra rester en service pour les besoins d’Airbus AIRBUS Constructeur européen (filiale à 100% d’EADS) détenant 50% du marché mondial des avions de ligne. Airbus a vendu 11.500 avions depuis sa création en 1970. .
    Avec en corollaire le maintien d’une equipe de controlleurs aeriens.
    Une mauvaise farce pour les contribuables.

    Signaler un abus
    Répondre
  • Sylvestre

    NDDL c’est surtout le rêve pour Vinci. Un juteux partenariat public privé, une concession longue durée. Autoroutes, parkings, bétonnage, concessions, péages et abonnements, pantouflages et corruptions, c’est l’entreprenariat à la française... Ensuite c’est toute la promotion immobilère Nantaise qui pousse à la roue, dommage Nantes Atlantique ne fermera pas, on s’assiéra juste sur le plan d’exposition au bruit.
    Les riverains ne le savent pas mais des mesures simples permettraient de diminuer considérablement les nuisances : approches décalées variables et à fortes pentes, limitation aux avions non bruyants dernière génération, ils font beaucoup moins de bruit qu’une moto en ville. L’argument des approches classiques ne tient plus avec les avions modernes qui fournissent un pseudo ILS sur toutes les approches, il suffit de les publier. Sur la sécurité des vols rappelons qu’aucun jet commercial occidental ne s’est crashé depuis deux ans dans le monde, hors attentats ou malveillance, le risque est donc très faible et ne disparaît pas à NDDL, en 1972 un avion de ligne en vol de croisière est justement tombé sur Nantes. La saturation de l’aéroport est un mensonge éhonté, c’est juste l’aérogare qui a besoin d’un réaménagement.
    Nantes ne sera JAMAIS un hub international car sa zone de chalandise est trop faible et sa position géographique en Europe est excentrée. L’argument de vols vers New-York ou autres est douteux et Nantes Atlantique le permet depuis de longues années, sans que cela intéresse personne. Seuls des vols vers les destinations soleils sont raisonnablement envisageables. Un A380 ou 747 peut très bien décoller de NA mais personne ne le fait quotidiennement.
    Éloigner les aéroports des villes est une bien mauvaise idée. CDG, LYS ont mis vingt ans pour récupérer le trafic moyen courrier perdu mais il a fallu limiter ORY et fermer Bron. Montréal Mirabel a dû fermer et Tokyo Narita est en train de s’écrouler. Dans les deux cas on a "réouvert" l’aéroport en ville sous la pression du marché. Aux USA les aéroports les plus courus sont en ville : La Guardia, Boston, Washington Reagan, LAX etc... Nantes risque de perdre beaucoup de fréquences sur Paris et les correspondances qui vont avec quand les hommes d’affaires feront la comparaison avec le TGV et qu’ils verront les coûts de taxi ou de parking. Seuls les vols soleils intéresseront les Bretons qui viennent déjà à NA, ils seront plus nombreux et les vendéens un peu moins. Les low-cost seront moins intéressés par NDDL que par NA car la distance augmentera les coûts pour leurs passagers, et que les taxes ne seront pas moindres.
    Pour résumer NDDL c’est plein d’argent public pour les bétonniers et les promoteurs et aucun avantage de l’ordre de l’intérêt général, à part une augmentation de l’urbanisation Nantaise, si celle-ci est bien souhaitable.

    Signaler un abus
    Répondre
  • fred

    Quelle blague ! Le concessionnaire d’AGO est Vinci Airports. AGO pour « Aéroports du Grand Ouest » ce qui regroupe plusieurs aéroports dont celui de Nantes.
    Contractuellement, Vinci Airports doit construire un nouvel aéroport, Nantes Atlantique, et à terme, transférer le trafique vers celui-ci. Le coût de la construction est estimée à 700M€ pour aucun bénéfice supplémentaire.
    En clair, Vinci n’a aucun intérêt à construire Nantes Atlantique alors que l’aéroport de Nantes est parfaitement opérationnel et rapporte ce qu’il doit.
    Rappelons que Vinci est proche du pouvoir en place, et que Jean Marc Héraut a été maire de Nantes avant d’être premier ministre. Les forces de l’ordre ont pour mission depuis trois ans, « de protéger » les opposants à construction de cet aéroport. Ils ont par ailleurs l’ordre d’évacuer par la force ceux qui tentent de manifester dans l’enceinte de l’aéroport de Nantes. On ne perturbe pas la machine à sous…

    Signaler un abus
    Répondre

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Haut