Accueil » 130 machines toutes classes confondues sur le Tour ULM 2018

130 machines toutes classes confondues sur le Tour ULM 2018

Les mouvements des ULM sont encadrés par le directeur des vols et deux contrôleurs de la DGAC © Jérôme Bonnard / Aerobuzz.fr

Complet depuis des mois, le 23ème Tour ULM décollera cette année de Mâcon ce samedi 21 juillet. Une étape est prévue à Maillen Namur, en Belgique. Les équipages survoleront ensuite la Baie de Somme et les châteaux de la Loire avant de revenir en Bourgogne, à Mâcon, le 27, après une semaine intense. Une logistique rodée. Un engouement au top.

C’est le grand barnum du ciel. Des équipages aux bénévoles de l’organisation (une cinquantaine), auxquels s’ajoutent les volontaires des clubs d’accueil sur les dix étapes, ils sont au total plus de 400 participants. Chaque soir, c’est un campement aussi bucolique qu’insolite qui se pose dans les champs sous les ailes des machines alignées les unes à côté des autres. C’est une logistique hors normes avec plusieurs semi-remorques (dont une citerne de 35.000 litres pour le carburant), et un budget total...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Je suis une résidente poche d’un terrain d’aviation.
    Ce bourdonnement incessant est plus que pénible. Vous parlez des progrès sur la conception des appareils. Quand ces engins voleront-ils sans bruit avec des moteurs électriques ?
    Je pense que votre plaisir est de voler alors, sans bruit, vous serez tout aussi heureux de cette manifestation et nous au sol on pourra vous admirer sans être harcelés par le boucan des moteurs.

    Répondre
    • Bonjour Madame,
      Sauf s’il s’agit d’un terrain important, je ne suis pas certain qu’un appareil de temps en temps soit une gêne importante.
      Qui était là le premier, vous ou l’aérodrome ?
      Le bruit est aussi généré par les hélices dont le bout de pale se rapproche de la vitesse du son, donc au décollage il y aura du bruit, même en électrique.
      Bonne journée.

      Répondre
    • Bonjour
      Par contre vous ne vous plaignez pas quand ce sont des mobylettes qui tournent toute la journée dans votre quartier et pour cause parce votre fils ou peut être votre petit-fils fait partie de ces lascars qui ne savent pas quoi faire de leur journée à part griller de l’essence et faire du bruit en mobylette……

      Répondre
  • bonjour

    Je dis bonjour à tout les bourguignon de pouilly en auxois .

    bisous à une personne en particulier …

    flo

    Répondre
  • par Philippe VACHERAND

    J’espère bien en être l’année prochaine…avec mon autogire .
    Cette année j’aurai le plaisir de vous suivre et de rêver.
    PV

    Répondre
  • Interessant… le classement se fait-il comme par le passé? Épreuves de navigation, précision d’atterrissage, bombing… comme c’était le cas lors de la première édition à laquelle j’ai participé, au siècle dernier?
    Bon vent
    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.