Accueil » Daher livre le premier Kodiak 100 français à Héli-Béarn

Daher livre le premier Kodiak 100 français à Héli-Béarn

Dix-huit mois après avoir racheté le constructeur américain Quest Aircraft, Daher a livré (22 janvier 2021) le premier Kodiak 100 immatriculé en France. Le turbopropulseur fabriqué dans l’Idaho (USA) sera basé à Pau et exploité par Héli-Béarn pour le largage de parachutistes sportifs.

25.01.2021

Le premier Kodiak 100 français, dans le ciel américain, avant son convoyage en vol, en novembre 2020, de Sandpoint (Idaho) vers Tarbes. © Daher

D’un point de vue purement symbolique, cette première livraison d’un Kodiak 100 à un client français, apparaît comme la touche finale à l’intégration du constructeur américain Quest Aircraft dans le groupe français Daher. Si elle a un peu tardé, c’est surtout parce que la francisation de l’avion, pourtant certifié en Europe depuis avril 2017, a été plus longue que prévue. Le contexte sanitaire complique tout.

(De g. à dr.) Nicolas Chabbert, directeur de la division Avions de Daher et directeur-général de Kodiak Aircraft remet les clés à Jean-Luc Dartiailh, directeur-général d’Héli-Béarn et Hugo Delpi, responsable ventes avions de Daher. © Daher

Cette première livraison française est aussi, d’une certaine manière, le point d’orgue du rachat de Quest par Daher enclenché en juin 2019, finalisé quelques mois plus tard suite au feu vert des autorités américaines et européennes. C’est également, pour Nicolas Chabbert, le directeur de la division avion de Daher (et nouveau directeur de Quest Aircraft), et son équipe tarbaise, la preuve que le Kodiak 100 et le TBM font désormais parties de la même famille.

En résumé, un Kodiak 100 immatriculé en France, c’est tout sauf un détail.

L’opérateur du premier Kodiak 100 français est la société Héli-Béarn Héli-Béarn, fondée en 1996, est une société dont les principales activités sont les transports et travaux aériens par hélicoptères et avions, la maintenance aéronautique et diverses formations en relation avec l’aéronautique. Elle exploite une flotte d’une dizaine d’appareils, principalement des hélicoptères Airbus AS350 B2/B3, AS355, SA315B ainsi qu’un TBM 700., basée sur l’aéroport de Pau-Pyrénées. « Nous avons pu le tester en conditions opérationnelles et nous avons vite été convaincus que c’était l’avion idéal notamment le largage de parachutistes. », explique Jean-Luc Dartiailh, directeur d’Héli-Béarn. Dans la configuration retenue, le monoturbopropulseur est doté d’une porte coulissante et de bancs permettant d’emmener jusqu’à 15 parachutistes. « Capable de monter à 3.000 m (12.000 ft) en 9 min 30, il peut assurer une moyenne de 4 rotations à l’heure. », précise Daher.

Le premier Kodiak 100 livré en 2021 par Daher est aussi le premier immatriculé en France. Le prix catalogue du Kodiak 100 est de 2,150 M$. Daher en a livré une petite dizaine en 2020. © Daher.

« C’est un appareil moderne, sûr, facile d’entretien et performant. Avec un coût d’exploitation inférieur de 25% à celui des appareils en service, il nous paraît la solution idéale pour prendre la relève de la flotte vieillissante des centres parachutistes. », déclare Jean-Luc Dartiailh. Il pense sans doute à l’inusable Pilatus PC-6 Porter qui n’est plus produit, même si le Kodiak 100 a été imaginé, il y a une vingtaine d’année, pour répondre, en premier lieu, au cahier des charges d’une association humanitaire. L’idée était de proposer une alternative moderne et surtout économique à l’incontournable Cessna Caravan. Le Kodiak 100 intéresse des clients bien au-delà des seuls centres de parachutisme comme en atteste la flotte mondiale qui atteint aujourd’hui 280 unités. Dont une première en France !

Gil Roy

 

Kodiak 100 Serie 11 de Quest Aircraft (Daher)

Kodiak 100 de Quest Aircraft. © Daher

 

Motorisation

  • P&W Canada PT6A-34 turboprop
  • Puissance maximale au décollage : 750 shp.
  • Capacité de carburant utile : 315 US gal. / 1.192 litres

Dimensions de la cabine

Largeur 1,37 m
Longueur 4,83 m
Hauteur 1,45 m
Volume maximal 7,02 m

Dimensions externes

Longueur 10,3 m
Envergure 13,70 m
Hauteur 4.48 m
Surface alaire: 22,3 m2

Masses

Masse à vide 1.712 kg
Masse maximale à l’embarquement (MRW) 3.313 kg
Masse maximale au décollage (MTOW) 3.290 kg
Charge utile maximale 1.601 kg

Performances

Vitesse de croisière longue distance 239 km/h 135 kts
Vitesse de croisière maximale 322 km/h 174 kts
Vitesse ascensionnelle 6,8 m/s 1.340 ft/mn
Temps de montée à 3 700 m 9 mn 30 s
Plafond certifié 7.620 m 12.000 ft

Distances cond. ISA, Masse max. sans vent, passage d’un obstacle à 15 m

Décollage 460 m 1.570 ft
Atterrissage 448 m 1.468 ft

 

Autonomie maximale (max fuel / 12.OOO ft)  cond. ISA, Masse max. sans vent, pilote, avec 45 min réserve

135 kts (croisière) 2.096 km 1.132 NM
174 kts (croisière) 1.861 km 1.005 NM

 

Eric Magnan : « Mon dernier vol… Deux Rafale, un Kodiak et un TBM »

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

9 commentaires

  • CAVOK

    Bonjour, non les suisses ne regrettent pas car Pilatus gagne plus d’argent quand les mêmes ouvriers produisent des PC-12/24 plutôt que des PC-6. Par ailleurs même si le Porter est un avion réputé, difficile de se battre contre des avions qui ont 60 ans de moins, surtout avec des coûts de production suisse. A la limite, comme ils ont abandonné ce segment ils pourraient vendre le certificat de type à un autre constructeur pour que la production continue dans un autre pays.

  • Erik Jovanovic

    Pour ce qui est des données, je comprends pas pourquoi on ne retrouve pas les mêmes spécifications partout. Le plafond certifié n’est pas de 12000ft mais de 25000ft mais c’est une erreur de conversion. Il semblerait que la distance d’atterrissage soir celle de décollage. La vitesse de croisière semblerait être de 164kts et non de 135kts selon les données du site Altivationaircraft.com
    C’est un super avion avec un coût d’exploitation annoncé à 500 dollars de l’heure mais il faudrait pouvoir avoir un comparatif avec le cessna caravane puisqu’il est censé être concurrentiel pour les ONGs.

  • Christophe

    En ces temps difficiles, une bonne nouvelle qui vient d’Héli-Béarn avec l’achat de ce kodiak 100.
    Cela va diversifier l’offre, mais aussi moderniser le monde du parachutisme.

    J’espère voir très bientôt cet avion dans le ciel du Sud-Ouest.

    Christophe

  • Coche

    Après plus de 900heures sur le Farman 192 immatriculé f baop quel changement.

  • Vincent

    Monter 15 paras, même à 3700 m en 9 min 30 avec un avion motorisé par une A34, je suis plus que dubitatif… par grand froid, les ailes presque vides et 15 crevettes à bord, peut-être…

  • Jean-Mi

    Belle machine… Les suisses vont regretter d’avoir stoppé le PC6… (à moins qu’il ne soit repris en prod ailleurs…).
    Je préfère les avions à train classique quand même pour les usages brousse et tout terrain…

    • Guynemer13

      « Je préfère les avions à train classique quand même pour les usages brousse et tout terrain… » ah bon, parce que vous êtes AUSSI « pilote de brousse », en plus de donner votre avis H24 sur n’importe quel sujet, peut être même également pilote largueur pour un avis éclairé sur le kodiak et ses rots au 120 en 9’30 versus un C208B ou un pil ! vous devez avoir beaucoup d’heures de vol sur turboprop à train classique comme sur turboprop à train tricycle dans des conditions brousse style Afrique, Nouvelle Zélande, Australie etc. pour pouvoir comparer, mdr 🤣🤣🤣. Alors vos préférences…on s’en…

      • Jean-Mi

        Tiens, ça ne me manquait pas ce genre de remarque désobligeante… Mais comme je m’en … de votre avis, on est raccord… Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.