Accueil » Tassement des ventes de turbopropulseurs Daher en 2019

Tassement des ventes de turbopropulseurs Daher en 2019

Daher enregistre les ventes de 68 avions à turbopropulseurs TBM 910/940 et Kodiak 100 II en 2019, soit au total 5 de moins qu’en 2018 tous modèles confondus.

16.01.2020

2020 sera l'année de l'intégration du constructeur américain Quest Aircraft dans le groupe Daher. © Daher

Suite au rachat du constructeur américain Quest Aircraft au cours de l’année 2019, Daher présente pour la première fois des résultats commerciaux globaux pour sa famille de turbopropulseurs élargie. Les 68 ventes enregistrées par le groupe français se répartissent entre 48 TBM dans les versions TBM 910 et TBM 940, et 20 Kodiak 100 série II. En 2018, Daher avait livré 50 TBM et Quest, 23 Kodiak.

Les livraisons d’avions utilitaires Kodiak ont ​​été principalement effectuées en Amérique du Nord : 11 aux États-Unis et trois au Canada. L’Asie se classe deuxième avec trois Kodiak livrés en Chine et un en Thaïlande, suivis de deux livraisons à des clients européens.

Pour les turbopropulseurs rapides TBM, les livraisons ont continué d’être concentrées aux États-Unis, avec 38 avions. Trois appareils ont été livrés en Allemagne, deux au Royaume-Uni et un en Russie. Daher a fourni également deux TBM au Brésil et un au Mexique. En 2019, l’avionneur a livré son premier TBM 940 au Japon.

La baisse des ventes s’explique par la morosité du marché de l’aviation d’affaires et en particulier par le recul marqué du segment des turbopropulseurs en 2019. Dans le cas du TBM940, vient s’ajouter le certification tardive de la monomanette (nouveauté 2019) accordée par la FAA ; ce retard à entrainé un décalage des commandes. En décembre 2019, Daher a réussi le tour de force de livrer 9 avions.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

6 commentaires

  • éric

    ils sont juste en train de faire du buzz en prévision d’un plan social… des retombées presse sur des difficultés commerciales, ça aide à faire passer le message aux syndicats…

    • Pilotaillon

      Jene suis pas certain, à la vue de la diversité des productions de Daher, que la baisse des livraisons de quelques unités ait un tel impact sur les équipes…
      Ma réflexion à 2 balles, accoudé sur le zinc du bar du commerce.

      • éric

        le site de Tarbes perd des millions chaque année, en vendant moins d’avions, cela va creuser les pertes. A 4 millions d’euros par avion, quelques unités commencent à compter ! Les programmes sur lesquels travail le groupe daher par ailleurs sont soit en perte de vitesse, soit sans grande valeur ajoutée car les workpackages ne sont pas très compliqué à produire (que des pièces inertes). Ils devraient faire du ménage…Le zinc…c’est là que l’on est le mieux!

  • Adrien 31

    Le risque zéro n’existe pas.

  • LEDERMANN

    En attendant un TBM950 ? avec Autolanding comme le CirrusJet, le M600 puisque ces avions partagent la même plateforme G3000..
    On l’espère pour la sécurité et les clients..

    • GR

      Contrairement à ce que laissent croire les vidéos promotionnelles, l’Autoland n’est pas encore certifié (et encore moins en service) sur les SF50 et M 600.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.