Accueil » Dassault maîtrise son plan de vol

Dassault maîtrise son plan de vol

Dans un environnement complexe et malgré des vents contraires, Dassault Aviation enregistre un chiffre d’affaires 2017 en hausse spectaculaire (+34%) avec un résultat net en progression de +27%. Sa marge nette se maintient au-dessus de 10%. Le succès du Rafale à l’export, la nouvelle loi de programmation militaire 2019-2025 ou encore le renouvellement de la gamme Falcon permettent à l’avionneur français d’enclencher son plan de transformation, et à court terme, d’envisager une année 2018 dans la continuité de 2017.

8.03.2018

En 2017, Dassault Aviation a livré 9 Rafale dont 8 à l'Egypte et 49 Falcon. Au 31 décembre 2017, le carnet de commandes s'établit à 101 Rafale et 52 Falcon. © Dassault Aviation / V. Almansa

2017 a été marquée par un nouveau succès à l’export pour le programme Rafale, avec la commande, début décembre, de 12 appareils supplémentaires pour le Qatar. L’année restera aussi celle de l’arrêt du programme Falcon 5X et du lancement dans la foulée du 6X.

Sous le signe du Rafale

Côté militaire, l’année écoulée aura été placée sous le signe du Rafale avec la livraison de 8 avions à l’Égypte, ce qui porte à 14 exemplaires la flotte en service de Rafale dans ce pays. Dassault a également livré un Rafale à l’Armée de l’Air française ce qui porte à 149 le nombre d’avions livrés sur les 
180 commandés. La Marine Française a reçu son huitième Rafale Marine rétrofité au standard F3. Les équipes de l’avionneur ont poursuivi le développement du standard F3-R avec notamment le tir de validation finale du missile Meteor. Et pour finir, le ministre des Armées a autorisé le lancement des travaux du standard F4 pour le Rafale.

Chez Dassault, l’activité militaire ne se limite pas au très médiatique Rafale. En 2017, la rénovation du Mirage 2000D français s’est poursuivie, et un nouveau contrat de 5 ans pour le Maintien en Condition Opérationnelle des Mirage 2000 et des AlphaJet a été notifié à l’avionneur. Dassault a poursuivi le soutien des flottes de Mirage 2000 de tous les pays incluant les Grandes Visites aux Émirats Arabes Unis et au Qatar. Les Émirats Arabes Unis ont fait part de leur intention d’ajouter de nouvelles capacités à leurs Mirage 2000-9.

L’avionneur a poursuivi également la rénovation du système de combat de l’ATL2 avec les essais d’intégration et les essais en 
vol. Il a enregistré la commande d’un quatrième avion Falcon SURMAR par les garde-côtes japonais.

Le système de combat aérien du futur se dessine

Dassault a poursuivi en 2017 ses travaux dans le domaine des drones. Il a notamment réalisé de nouvelles mesures de furtivité du nEUROn et une nouvelle campagne d’essais en vol. Il est engagé dans la phase de faisabilité d’un programme de démonstration d’UCAS (Unmanned Combat Air 
System), une des composantes du Système de Combat Aérien Futur (SCAF/FCAS), destinée à préparer un 
programme de démonstration. L’étude de définition pour un drone de reconnaissance MALE RPAS a été poursuivie en coopération avec Airbus Defence & Space et Leonardo afin de doter quatre pays européens de ces équipements.

L’arrêt du Falcon 5X

Côté avions d’affaires civils, le marché est toujours aussi atone et l’actualité du constructeur a été grandement accaparée par les déboires du Falcon 5X et l’incapacité de Safran de mettre au point le moteur Silvercrest. En octobre 2017, Safran a rencontré de nouveaux problèmes sur le compresseur haute pression et a annoncé ne pas pouvoir respecter les engagements pris en 2016 (alors que ce moteur accusait déjà quatre ans de retard contractuel). 
Dassault a engagé le processus de résiliation du contrat du moteur Silvercrest avec Safran Aircraft Engines conduisant à l’arrêt du programme Falcon 5X. Le remplaçant du 5X a été lancé le 28 février 2018, au Bourget, sous le nom Falcon 6X.

Sur le marché de l’aviation d’affaires, le stock des Falcon d’occasion a sensiblement diminué. Les prix bas pratiqués relativisent ce qui en d’autres temps aurait été considéré comme le signe précurseur d’une reprise.

En 2017, Dassault a enregistré les commandes de 41 Falcon et l’annulation de 3 Falcon 5X, contre 33 Falcon commandés et 
12 Falcon 5X annulés en 2016. Il a livré 49 Falcon comme en 2016, ce qui est supérieur à sa prévision de 45 livraisons. 2017 marque aussi la livraison du 2.500ème Falcon, la montée en puissance du Falcon 8X et le lancement des investissements nécessaires pour le futur Falcon.

Dassault pilote son avenir

Côté entreprise, Dassault a entamé, en 2017, la mise en œuvre des premières actions de son plan de transformation « Piloter Notre Avenir » visant à affronter les évolutions de plus en plus imprévisibles de ses marchés et à répondre aux exigences de ses clients militaires et civils. 
Enfin, 2017 a été également une année charnière avec la création de la Joint-Venture Dassault Reliance Aerospace Limited et la pose de la première pierre de l’usine de Nagpur en vue de fabriquer dès 2018 des éléments de Falcon 2000 et quelques sous-ensembles de Rafale. « La réussite des offsets en Inde, notamment avec nos partenaires, et le développement du « Make in India » sont incontournables ; toute l’entreprise se mobilise pour en faire une réussite. », souligne Eric Trappier.

Le PDG de Dassault Aviation a redit tout le bien qu’il pense de la nouvelle Loi de Programmation Militaire 2019-2025 qui selon lui « donne à la Société des perspectives jusqu’en 2030 : standard F4 d’amélioration du Rafale, reprise de la livraison de la Tranche 4 Rafale et, en 2023, une nouvelle Tranche de 30 Rafale supplémentaires, Surveillance Maritime, MALE, système de combat aérien futur, modernisation de la composante aéroportée. »

2018 devrait être une année bien remplie pour Dassault. Elle a bien débuté avec simultanément le lancement du Falcon 6X et la signature avec la France d’une commande de trois Falcon CUGE de guerre électronique.

« Le Groupe prévoit de livrer, en 2018, 40 Falcon, la société ayant répondu à la faiblesse des commandes des années précédentes par une gestion prudente en ralentissant sa production, et 12 Rafale (9 Export et 3 France). Le chiffre d’affaires 2018 devrait être proche de celui de 2017. »,  conclut Eric Trappier.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

2 commentaires

  • Philippe

    Le prix de la maintenance est aussi au dessus de la moyenne

  • Laurent

    Un peu de chauvinisme, l’esthétique de leurs avions est vraiment au dessus de la moyenne. Sans parler des capacités car je ne suis pas pilote de ces belles machines.
    Merci Dassault, faites nous rêver encore longtemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.