Accueil » Les 10 dates-clés du programme Dassault Falcon 5X

Shell

Les 10 dates-clés du programme Dassault Falcon 5X
premium
libre

Dix dates ont jalonné le programme Falcon 5X de son lancement le 21 octobre 2013 à Las Vegas, dans le cadre de la convention annuelle de la NBAA (National Business Aviation Assocition) à l'annonce de son arrêt définitif, par envoi d'un communiqué de presse daté du 12 décembre 2017. Retour sur l'histoire d'un avion prometteur trahi par sa motorisation.

28.02.2018

Quand Dassault Aviation a fait voler pour la première fois le Falcon 5X, il savait que les problèmes du moteur Silvercrest de Safran étaient loin d'être résolus, mais il n'imaginait pas qu'il devrait arrêter le programme pour repartir sur une nouvelle motorisation qui allait entrainer l'abandon du Falcon 5X et le lancement d'un nouvel avion. © Dassault Aviation

21 octobre 2013, Las Vegas

Le 21 octobre 2013, à Las Vegas, quand il dévoile le futur Falcon 5X, Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation assure que, sur le plan financier, il s’agit du plus important programme Falcon jamais lancé. C’est aussi la première fois que l’avionneur attache une telle importance à la cabine. Les images présentées dans le cadre de la convention annuelle de la NBAA (National Business Aviation Association) montrent effectivement un intérieur remarquable. Le Falcon 5X revendique la plus grande section de cabine du marché : 1,98 m de haut et 2,58 m de large. Bien évidemment, le nouveau biréacteur est un concentré de technologie, notamment au niveau du poste de pilotage. Il a des performances remarquables et une autonomie de 5.200 NM (9.630 km).

Dassault est fier d’annoncer le choix du moteur Silvercrest de Safran. Si l’avionneur est le deuxième à avoir opté pour ce moteur entièrement nouveau, après Cessna pour le Citation Longitude, il sera le premier à voler avec. A la tribune de la NBAA, Eric Trappier annonce le premier vol au premier trimestre 2015, la certification au quatrième trimestre 2016 et les premières livraisons en 2017. Il précise aussi que l’assemblage final du premier appareil d’essais est bien avancé. Le secret a été bien gardé.

13 novembre 2013, Saint-Cloud

Premier vol virtuel pour le Falcon 5X. Aux commandes : Philippe Deleume, chef-pilote d’essais, et Philippe Rebourg. Le simulateur de vol de Falcon 5X est une maquette du cockpit couplée à une vision extérieure panoramique.

15 mai 2015, Genève

Le 15 mai 2015, au salon EBACE de Genève, Eric Trappier reconnaît pour la première fois des problèmes dans le programme Falcon 5X. Lors de la traditionnelle conférence de presse de Dassault, il annonce que développement du moteur Silvercrest a pris 6 à 8 mois de retard et que cela impacte évidemment le calendrier du 5X.

Snecam qui n’est pas encore devenu Safran Aircraft Engines précise que le problème du Silvercrest est lié à la régulation thermique, c’est-à-dire au système de refroidissement de l’huile par le carburant. Il a fallu repenser l’échangeur, une pièce de fonderie à long cycle. La mise en œuvre des essais en vol sur banc volant est plus compliquée que prévue également.

2 juin 2015, Mérignac

Le 2 juin 2015, Dassault Aviation organise néanmoins le roll out du Falcon 5X à Mérignac. Le hall d’assemblage de l’usine de Mérignac est transformé en salle de spectacle. Le biréacteur apparaît dans toute sa splendeur. Le constructeur a choisi de réunir tous ses équipementiers et de leur offrir la possibilité de mettre en valeur leur participation au programme. Le moteur Silvercrest est étincelant.

23 octobre 2015, Saint-Cloud

Fin octobre 2015, à quelques jours de la convention annuelle de la NBAA, il est confirmé que le programme 5X est suspendu le temps que Snecma trouve une solution acceptable. La ligne d’assemblage est mise en sommeil. La cinquième cellule est arrivée à Biarritz. Philippe Petitcolin, le directeur général de Safran, rassure ses actionnaires « les éventuelles pénalités contractuelles pendant la phase de développement sont plafonnées et ont été entièrement provisionnées ».

16 novembre 2015, Las Vegas

Cessna annonce qu’il renonce au moteur Silvercrest qui devait initialement motoriser son futur Citation Longitude. Il le remplace par le moteur HTF7700L de Honeywell.

23 mai 2016, Genève

Le 23 mai 2016, au salon Ebace de Genève, Eric Trappier présente le nouveau calendrier du programme 5X. Le premier vol avec le moteur définitif est prévu au premier semestre 2019, la certification au second semestre 2019 et l’entrée en service de l’avion en 2020. Le programme affiche désormais trois ans de retard.

5 juillet 2017, Mérignac

Le 5 juillet 2017, le Falcon 5X effectue son premier vol. Il est équipé de la version préliminaire du moteur Silvercrest. Le pari de Dassault est limiter le retard en effectuant tous les essais possibles qui ne sont pas directement liés au moteur. « Nous sommes déterminés à contenir au maximum les conséquences des quatre ans de retard du développement du moteur ; cette courte campagne d’essais en vol préliminaires est un élément de cet effort », explique Eric Trappier, P.-D.G. de Dassault Aviation.

9 octobre 2017, Las Vegas

Le 9 octobre 2017, à Las Vegas, à la veille de l’ouverture de la convention annuelle de la NBAA, Eric Trappier annonce un nouveau report. Quelques heures plus tôt, Safran lui a fait part de problèmes de performance avec le compresseur haute pression.

13 décembre 2017, Saint-Cloud

Le 13 décembre 2017, Dassault Aviation, par voie de communiqué de presse, annonce qu’il vient d’engager le processus de résiliation du contrat Silvercrest conduisant à l’arrêt du programme Falcon 5X. Simultanément, il lance un nouvel avion dont l’entrée en service est prévue en 2022. Le futur avion dont le nom ne sera révélé que le 28 février 2018, sera équipé de deux moteurs Pratt & Whitney et aura une autonomie supérieure de 300 NM à celle du 5X. L’avionneur fait état de 12 annulations de commandes pour le 5X en 2016.

 

 

 

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *