cfadelaerien

Accueil » Aviation Générale » Deux autogires supplémentaires pour les cheminots

Deux autogires supplémentaires pour les cheminots

L’unité aérienne de la Sûreté ferroviaire (SNCF) prévoit d’étoffer sa flotte d’autogires en 2018. Les trois appareils en service depuis juin 2014 ont fait leurs preuves dans la prévention d’actes de malveillance en tout genre. A terme, les cheminots devraient prendre les commandes.

Alors que l'Unité aérienne d'inspection du réseau de la SNCF mettra en oeuvre en 2018 cinq autogires Cavalon d'Auto Gyro, les 15 cheminots ont décidé de se former pour devenir pilotes. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Les drones de la SNCF ont été plus médiatisés que ses autogires. Ce n’est pas qu’une question de mode. Les gestionnaires de réseaux (de chemin de fer comme d’énergie d’ailleurs) ont réellement cru que ces nouveaux engins volants allaient les aider à résoudre, à moindre coût, leurs problèmes de surveillance. C’était sans compter sur le carcan réglementaire qui peine à se desserrer.

Autogire contre voleurs de métaux

Alors qu’à l’initiative du ministre des transports de l’époque (septembre 2015), la SNCF invitait la presse à une campagne d’essais avec différents types de drones pour présenter les solutions d’avenir, depuis un an, trois autogires aux couleurs de la Sûreté ferroviaire étaient opérationnels à Lens, au Mans et à Bordeaux. Les ULM avaient démontré leur efficacité opérationnelle, en réalisant avec succès plusieurs affaires, notamment à Lens.

L’autogire au sein d’une unité aérienne à part entière de la SNCF. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

La SNCF s’est, en effet, lancée dans l’évaluation de l’autogire entre 2013 et 2014, avec le modèle Cavalon du constructeur allemand Auto Gyro. Elle était alors confrontée à une recrudescence d’actes de malveillance comme des dépôts d’objets ou des pénétrations illicites sur les voies, et surtout des vols de métaux. Des missions longues de surveillance sur le réseau ont été réalisées avec succès.

Mise en oeuvre rapide et économique

Avant d’opter pour l’autogire, la SNCF avait logiquement pensé à l’hélicoptère. Au moment où les vols de métaux se multipliaient, des missions avaient été réalisées avec la Gendarmerie. L’autogire s’est révélé plus souple et plus économique.

La SNCF a choisi le modèle d’autogire Cavalon à moteur Rotax du constructeur allemand Auto Gyro. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Sa mise en œuvre est rapide. Il évolue entre 30 et 160 km/h. A la vitesse moyenne de 100 km/h, il permet de parcourir entre 300 et 500 km à chaque mission. Il consomme 15 litres à l’heure de vol. Un appareil équipé revient à 95.000 euros à l’achat. Et contrairement au drone, il n’a pas besoin d’autorisation préalable pour voler.

Des cheminots passionnés

Les missions sont réalisées en équipage de deux, composé d’un pilote et d’un cheminot. La SNCF a fait le choix de faire appel à des pilotes extérieurs sous contrat annuel. Elle en a retenu trois par région, chaque autogire effectuant 4 à 6 vols par semaine. Les 15 cheminots affectés au service ont tous suivi une formation de type Pinch Hitter qui leur permet de ramener l’appareil au sol en sécurité en cas d’incapacité du pilote.

Les agents de la sécurité aérienne ont choisi de passer, à titre privé, le brevet de pilote d’ULM Classe 4 avec pour objectif de convaincre la SNCF de leur laisser les commandes. A terme donc, ce seront des cheminots qui piloteront les autogires. En 2018, la SNCF mettra en service deux nouveaux appareils de type Cavalon, à Strasbourg et à Lyon.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

13 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

b34e46121f2fb0514397226055a2284b@@@@@@@@@@@@@@@@@@@