Accueil » L’Océanair Handi à malonnier à commande électrique

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

L’Océanair Handi à malonnier à commande électrique

Sur l’aérodrome de Bar-sur-Seine, la construction du monomoteur quadriplace Océanair Handi est entrée dans sa phase finale. Cet avion conçu initialement par Rémy Tissot a été réalisé par une équipe de constructeurs amateurs handicapés pour des handicapés. Il est équipé d’un astucieux malonnier à commande électrique. Une première.

14.03.2015

Jacques Packo est constructeur-amateur. Il n’est pas de la catégorie de ceux qui passent des années, seuls dans leur garage, à construire l’avion de leur rêve. Son rêve, il a voulu le partager. C’est ainsi qu’il y a une dizaine d’années, cet ancien artisan s’est entouré d’une équipe de cinq adolescents pour construire un avion extrapolé du célèbre DR400 de Pierre Robin. Le projet baptisé Océanair TC160 a été bouclé en cinq ans. L’avion n’est pas le seul à avoir pris son envol. Les jeunes apprentis aussi. C’est ainsi que l’un d’entre eux, Clément, entré en « apprentissage » avec Jacques Packo, a pu apprendre à piloter sur l’avion qu’il avait construit et quelques temps plus tard il a été recruté par le Bureau d’Etudes de Dassault Aviation à Saint-Cloud. Fin du premier chapitre, mais pas fin de l’histoire…

Cette première expérience réussie à encouragé Jacques Packo à construire un nouvel avion, mais en se lançant, cette fois-ci, un défi d’un autre niveau. Il a décidé de réaliser un nouveau chantier avec de jeunes handicapés. Son objectif n’étant pas seulement de faire d’eux des constructeurs, mais également des pilotes. Une fois l’équipe de constructeurs-amateurs constituée, il a fallu rendre accessible l’atelier aux fauteuils roulants, et adapter les postes de travail. Il a fallu aussi concevoir un avion utilisable par des handicapés des membres inférieurs. Et c’est ainsi que dans la foulée du TC160 est né l’Océnair Handi, un avion construit par des handicapés, sur lequel ils peuvent faire leur formation initiale, passer leur brevet et voler librement. Ce n’est pas pour rien que Jacques Packo cite souvent Saint Exupéry : « Fais de ta vie un rêve et de ce rêve une réalité ».

L’Océnair Handi est donc conçu par et pour des pilotes handicapés des membres inférieurs (HMI) et des pilotes valides, comme son immatriculation le rappelle (F-PHMI). Aux places avant, chaque poste est prévu pour une totale interchangeabilité. On imagine un élève pilote valide à gauche et Guillaume Féral en instructeur handicapé à droite, toutes les commandes étant accessibles en sécurité ou en urgence, à gauche comme à droite.

La grande innovation réside dans le malonnier dit électrique. Il est placé à main gauche pour le pilote (HMI ou valide), ce qui permet de « libérer » la main droite pour les fonctions annexes (EFIS, cartes, gaz, tab, volets). Ce n’est pas seulement une innovation de taille, c’est aussi une grosse complication. L’instructeur (HMI ou valide) pilotant de la main droite, il a fallu créer un malonnier « secours », mécanique, sur le pontet central.

Pour faire de l’Océanair Handi un véritable avion pour pilote handicapé, les efforts de conception n’ont pas seulement portéssur les commandes de vol, mais également sur l’accessibilité. Passer d’un fauteuil roulant à l’habitacle d’un avion constitue le plus souvent un effort digne d’un gymnaste de haut niveau. L’Océanair étant construit à partir d’un fuselage de DR400 accidenté est doté d’une voilure spéciale qui offre une garde au sol réduite. Cette transformation a été réalisée sous la supervision et avec l’aval de Rémy Tissot, concepteur de l’Océanair. En gros, le dièdre de la voilure part du fuselage et non pas de l’habituelle « cassure » du DR400. Toutes ces modifications ont été tracées auprès de l’OSAC (Organisme pour la Sécurité de l’Aviation Civile).

Le chantier auquel ont pris part Cindy, Elisabeth, Thomas, Hatem, tous quatre en fauteuil roulant, a bien avancé. L’avion est actuellement en peinture pour un mois. Il s’agit du seul chantier sous-traité à un professionnel. L’équipe va donc se transformer en électroniciens pour câbler le tableau de bord. Il ne leur restera ensuite plus qu’à assembler le tout (une broutille !) en vue du premier vol prévu au printemps 2016. Chapeau bas !

Ces quatre jeunes handicapés sont encadrés par trois bénévoles (Jacques, Emile et Pierre) qui les assistent (le moins possible), sauf pour certaines décisions ou la réalisation d’un outillage lourd. Un système de formation qui a fait ses preuves avec l’Océanair.

Ce club « pas comme les autres » baptisé « Libres comme l’air » (section du RSA Champagne Sud) a la chance d’avoir comme vice-président Claude Penot, ancien président de la Fédération française aéronautique, rompu à l’exercice de la recherche de subventions. Il s’est arrangé pour que ces constructeurs en herbe ne sortent pas un centime de leur poche, y compris pour l’achat du moteur Lycoming YIO360 neuf de 180 ch et des EFIS. Le budget total avoisine les 80.000 €, une somme qui a été réunie grâce à de nombreux contributeurs (dont les Conseil Général, Ministère Jeunesse et Sport, Caisse d’Epargne, Député… pour les principaux). L’association de motards « Cœur de Biker » s’est engagée pour sa part à fournir une aide de 5 à 6.000 € par an avec la vente de pin’s dédiés.

Et dans quelques mois, ce sera la minute de vérité. Les essais en vol confirmeront le bien fondé de la solution électrique via une servo commande « élémentaire », à simple chaîne d’asservissement, mais sécurisée par un malonnier mécanique pouvant se déclencher instantanément. En attendant ce grand jour, l’équipe se motive par des vols d’initiation sur l’autre Océanair.

Jean-Marie Klinka

Le cahier des charges et ses solutions.

Accessibilité et confort.

  • Garde au sol réduite grâce au dièdre.
  • Réservoir sans apex.
  • Réservoir alu renforcé.
  • Seuil de flanc de fuselage réduit à 250 mm grâce à la verrière basculante (suppression des rails).
  • Sièges à montée/descente électrique.
  • Tableau de bord modifié, avec EFIS (gain en hauteur).
  • Manche type HR200 (dégagement du plancher).
  • Marchepied élargi.
  • Dossiers de siège ergonomiques (maintien)

Pilotage aisé (Objectif : libérer la main droite)

  • Malonnier à commande électrique par rotation (à main gauche)
  • L’assistance de la direction (gouverne et train AV) passe par un moteur de Pilote Automatique, débrayable (avec poulie/cabestan), situé sur le câble de direction.
  • Malonnier secours mécanique ( à mouvement AV/AR) débrayable par gâchette (secours en cas de panne électrique ou en cas d’erreur de l’élève pilote).
  • Manette de gaz centrale (au tableau de bord) ou rotative (au sommet du malonnier secours).
  • Frein par gâchette sur malonnier secours (différentiel avec malonnier électrique ou secours en fin de course)

Autonomie totale

  • Accès et rangement de 2 fauteuils ultra-légers en places AR dont le dossier se rabat.
  • Chariot électrique sur train AV pour la sortie de l’avion du hangar.
  • Transfert depuis le fauteuil roulant vers le bord d’attaque de voilure facilité par le renfort du réservoir.

A propos de Jean-Marie Klinka

chez Aerobuzz.fr
Jean-Marie Klinka est ingénieur (aussi pilote). Il a partagé sa carrière entre le bureau d’études, essentiellement aux Avions Mudry, la formation, à l’ENSICA de Toulouse et l’ESEM d’Orléans, la certification à la DGAC. Pour Aerobuzz.fr, il jette un regard personnel sur les activités de l’aviation légère.

8 commentaires

  • Nicolas de Tailly

    Bonjour Mr Klinka,
    Merci pour cet article complet et très intéressant ! Je suis élève ingénieur à Supaéro, et je travaille actuellement en projet de dernière année sur un malonnier à commande électrique. Je me demandais donc s’il aurait été possible de pouvoir discuter avec vous ou Mr Packo afin d’avoir un retour d’expérience qui me serait très précieux.
    Merci d’avance et encore bravo pour ce superbe projet,

    Nicolas de Tailly

  • rouletabille handicapé

    L’Océanair Handi à malonnier à commande électrique
    au prochain salon du Bourget, ce serait un grand coup, ce n’est peut être pas facile, mais pour les handicapés, la vie de tous les jours ne l ‘est pas plus et ce serait une belle reconnaissance de tout le travail accompli, à quelque niveau que ce soit , tous les intervenants ont le même mérite
    il faut peut être demander des interventions à un certain niveau , mais on n ‘a rien sans rien.
    les handicapés viennent d’obtenir l’utilisation des cartes de stationnement sur tous les emplacements et sans payer , c’est un bon début , il faut continuer, tout le monde a le droit de pouvoir vivre dans les mêmes conditions.
    encore merci à Dorine et a la bande à Packo, grace à eux nous pouvons avancer.et progresser.

  • JMK

    L’Océanair Handi à malonnier à commande électrique
    On va essayer de faire quelque chose de conséquent, mais en 2016 !

    JMK

  • rouletabille handicapé

    L’Océanair Handi à malonnier à commande électrique
    pourquoi ne pas joindre la démonstration prévue de Dorine avec un stand exposition pour montrer l’ appareil (si cela est possible ) et une video avec toutes les explications utiles…prevoir quelques chaises pour ceux qui ne peuvent rester debout…et cela incite les visiteurs à ne pas rester que quelques minutes
    JMK avec les compétences qu’on lui connait pourrait peut être coordonner le tout.
    ce serait une première récompense pour tous les intervenants, en espérant que INFO-PILOTE, pourra à cette occasion, lui consacrer la couverture de son numero paraissant à cette époque, ce serait la deuxième récompense bien méritée.
    il serait souhaitable que ce stand soit  » bien placé  » ce serait la moindre des choses
    et à cette occasion, proposer à la vente, le numéro  » spécial  » d ‘info pilote, concernant cette réalisation, et celui réalisé pour Dorine
    les visiteurs vont voir beaucoup de choses, s’il leur reste une trace écrite , ils pourront réfléchir, les montrer à des handicapés de leur connaissance, et peut être faire un don pour développer ce genre de construction.
    sur ce stand, si elle le souhaite, Dorine pourrait aussi dédicacer ses livres

  • christian valadon

    L’Océanair Handi à malonnier à commande électrique
    Bonjour à tous.
    Ces braves gens doivent être les invités d’honneur du prochain salon du Bourget et avec un stand expliquant cette belle aventure et par la démonstration aérienne de cette équipe.
    Amitiés à tous.

  • ratel

    L’Océnair Handi à malonnier à commande électrique
    je renouvelle toute ma sympathie pour ces personnes
    handicapées qui font un travail formidable!!!!! une équipe pour une motivation l’aviation!!!!! c’est le lieu du
    dépassement de soi-même!!!!! et en plus beaucoup d’humilité!!!!!! recevez mes chers amis mes plus respectueuses salutations.

  • rouletabille handicapé

    L’Océnair Handi à malonnier à commande électrique
    un grand coup de chapeau à toute l’ équipe, pour faire  » tout amateur  » il aurait été possible de remplacer la peinture par un revêtement qui est même homologué sur les DE 400 de Dijon.
    en plus , c’est facilement réparable en cas de nécessité. sans condition climatique, ou compétences spéciales.

    • Alain BATTISTI

      L’Océnair Handi à malonnier à commande électrique
      Chapeau bas à cette merveilleuse équipe de Bar sur Seine et son animateur, Jacques PACKO. Des avions au service des hommes et de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.