Accueil » La formation des télépilotes se spécialise

La formation des télépilotes se spécialise

L'agriculture représente 15% des applications civiles du drone en France, autant que les mines et carrières, mais loin derrière les prises de vues (25%), le BTP (20%) et la surveillance (20%) © Reflet du monde

Le développement du drone passe par sa fiabilité. Elle dépend évidemment du matériel, mais aussi de sa mise en œuvre. D’où la nouvelle formation de télépilote entrée en vigueur le 1er juillet 2018, mais aussi les exigences accrues des donneurs d’ordres industriels. Bien que le pilote ne soit pas à bord, pour le drone aussi, la sécurité est étroitement liée au facteur humain. La formation en débat à UAV Show 2018.

Dans le contexte de la publication de la réglementation française dans le domaine et de l’arrivée prochaine de la réglementation européenne, faire le point sur les enjeux de la formation des télépilotes en matière de sécurité des opérations, des attentes et besoins des donneurs d’ordres industriels, des solutions proposées par les centres de formation et recevoir le témoignage et le retour d’expérience d’une fédération d’un pays voisin.

Pour devenir télépilote de drone il n’est plus nécessaire d’être un expert de l’ULM....

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Et il y a plus d’un modéliste qui ragent du fait, entres autres, des + de 800g , de l’identification via une étiquette « visible » (imaginez une maquette volante avec une belle « étiquette » …), le signalement électronique, l’enregistrement (tiens , une taxe à venir pour frais de fonctionnement de la DGAC ?). Allez sur les terrains et parlez leurs de drone …

    Répondre
  • Je ne savais pas que les drones faisaient parti de l’aviation generale!!
    Et pourquoi pas les modèles réduits d’avions radiocommandes, les cerfs volants,… ?

    Répondre
  • Heureux que nous nous soyons revus sur le salon de Mérignac.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.