Accueil » La grève couve chez les bombardiers d’eau

La grève couve chez les bombardiers d’eau

Deux CL-415 sur le parking de Nîmes. Les avions sont prêts pour la saison des feux, mais leurs pilotes restent en colère. © F. Marsaly/Aerobuzz.fr

Le 10 mars 2022, les pilotes de la Sécurité Civile menaçaient de déposer un préavis de grève pour le 1er juillet 2022 afin que soient résolus rapidement d'importants problèmes administratifs touchant le règlement de leurs salaires, de leurs primes et le remboursement de leurs frais de missions. Alors que la saison des feux a débuté brutalement, la faute à un épisode caniculaire précoce, les moyens aériens sont à pied d’œuvre mais le dossier, et la grogne, sont toujours d'actualité.

Passé l’ultimatum, en avril 2022, les instructeurs ont effectivement cessé leur mission pendant quelques semaines et les avions qui sortaient de maintenance n’étaient pas réceptionnés. « La Direction de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises a finalement pris des engagements pour assurer le suivi des vérifications des règlements de façon a limiter les incidents de paiement, ceux-ci étant effectués par un service spécifique du ministère de l’intérieur. », explique Christophe Govillot, pilote de Canadair et...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(2) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.