Accueil » Le BEA ouvre sa première enquête sur un accident de drone léger

Le BEA ouvre sa première enquête sur un accident de drone léger

Signe des temps, le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) a ouvert son premier dossier impliquant un drone léger. L'incident, qualifié de sérieux, s'est déroulé lors d'un concert au Barcarès, non loin de Perpignan, le 14 juillet 2019.

30.07.2019

Un Inspire 2, du même modèle que celui impliqué dans l'incident en cours d'analyse par le BEA. © DJI

Un opérateur professionnel de drone effectuait à cette occasion des prises de vue avec un Djiglobal Inspire 2, un quadricoptère performant qui dispose d’une autonomie d’une vingtaine de minutes, mesure une soixantaine de centimètres en diagonale. Sa masse maximale au décollage est de 4,2 kg.

Lors des opérations de prise de vues, l’opérateur a interrompu sa mission pour une raison technique mais n’ est pas parvenu à ramener son appareil qui, devenu incontrôlable, a percuté un obstacle avant de tomber dans le public, heurtant deux spectateurs qui n’ont été que légèrement blessés.

« L‘évènement du Barcarès a été classé incident grave dans la mesure où les blessures occasionnées auraient pu être autrement plus dramatiques.« , précise le BEA. Une enquête technique est donc en cours conformément à l’annexe 13 de l’OACI qui régit ces procédures. Celle ci laisse l’opportunité d’ouvrir « une enquête de sécurité dans le cas d’un d’un incident grave survenant à un aéronef de moins de 2 250 kg » et la réglementation européenne étend cette possibilité aux aéronefs de cette classe « sans certificat européen, (même) lorsqu’il n’y a pas de conséquence corporelle grave. »

Le BEA précise, face à la popularité grandissantes de ces aéronefs et au risque que ce genre d’évènement surviennent plus régulièrement : « notre politique est d’ouvrir une enquête de sécurité sur un événement impliquant un drone en cas de conséquence corporelle. »

Frédéric Marsaly

 

 

 

A propos de Frédéric Marsaly

chez Aerobuzz.fr
Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

7 commentaires

  • gégé la pendule

    un autre problème ,tout aussi alarmant ,c’est la rencontre avec d’autres aéronefs de type hélicoptère,ulm, petits avions,qui pourrait les envoyer au tapis !!!!

  • JCM

    Hélices carénées ou pas un engin de 4 kg en chute sur une personne peut causer des blessures importantes. C’est quelque part une aberration que de faire voler un engin au-dessus du public mais c’est à la mode alors continuons.

    • Frédéric Marsaly
      Frédéric Marsaly

      Selon certaines sources, mais on attendra le rapport final du BEA pour en être certain, le drone ne survolait pas la foule, mais il est tombé dans la foute à la suite de la perte de contrôle et donc d’une défaillance technique. D’où l’importance de l’enquête technique et des éventuelles recommandations de sécurité.

      Elles seront importantes puisque c’est la première enquête de ce genre en France.

  • stanloc

    Comme d’habitude c’est lorsqu’un accident se produit que l’on prend en compte les risques. Autant les drones qui ont des hélices carénées m’apparaissaient comme convenablement conçus, autant ceux aux hélices sans protection comme celui en photo ici en tête de cet article m’indisposent énormément car j’y vois un danger MORTEL considérable. Ayant expérimenté malgré moi le pouvoir extrêmement coupant des hélices de modèles réduits d’avions je puis affirmer qu’à la vitesse de rotation de ces hélices le nylon est aussi coupant que de l’acier tranchant. Comme le drone sera à hauteur des têtes presque à chaque fois où une perte de contrôle se produira on peut être certain que les blessures seront mortelles car à la tête comme à la gorge.
    Au bruit que ces hélices font il est à peu près sûr qu’elles tournent à plus de 10 000 tr/min. A ne pas mettre dans toutes les mains.

    • LBE

      …..et pourtant si monsieur, puisque personne n’empêchera jamais au nom du commerce quelqu’inconséquent d’aller cher Boulanger Fnac ou consort acheter un de ces engins sans plus de garanties et faire absolument ce qui lui passe par la tête … Certes on vous rétorquera, qu’ilfaut passer un petit examen « de compétences et responsabilisation » sur le site DGAC, que dorénavant les softwares de ces machines intègrent progressivement les limitations réglementaires nées des espaces aériens or ceci ne règlera jamais le fond du problème…à commencer par des batteries défectueuses ou un gogo incapable de lire un arrêté préfectoral .

      • Gilles

        Je pense que l’aviation grandeur est passée par ces étapes. (Incidents, accidents, comportement inapproprié, ignorance, dommages corporels et matériel) Ne l’oubliez pas. Ce n’est pas parce que l’aviation habitée a acquis aujourd’hui une certaine maturité que ça a toujours été le cas.

      • stanloc

        @Gilles,
        Donc il faut que toutes les époques payent leur contingent de victimes à chaque fois que l’on voit apparaître quelque chose de nouveau ? Il a fallu le massacre de Nice pour que l’on pense à protéger les foules avec des plots de béton alors que les distributeurs de billets et les entrées des centres commerciaux ont depuis belle lurette des protections à la voiture bélier. Les hélices des avions et des hélicoptères ont coûté la vie à pas mal de monde déjà pour que l’on ne recommence pas avec les hélices des drones. Je pense que ceux qui sont en charge de la sécurité des gens ne savent pas anticiper car ils n’ont pas la moindre idée des réalités. Il y a des drones avec des hélices carénées il est donc facile d’obliger tous les fabricants à faire de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.