Accueil » Le Piper M600 premier certifié avec l’Autoland de Garmin

Le Piper M600 premier certifié avec l’Autoland de Garmin

Piper Aircraft et Garmin annoncent que le monoturbopropulseur Piper M600/SLS équipé du système de secours Garmin Autoland, a reçu la certification de type de la Federal Aviation Administration (FAA). Le Cirrus Vision Jet et le Daher TBM940 devraient suivre.

19.05.2020

Sur le tableau de bord du Piper M600, l'écran central de la suite avionique Garmin G3000 permet aux passagers de suivre le déroulement du vol jusqu'à l'aérodrome de secours. © Garmin

Piper ouvre la voie. Son modèle haut de gamme M600/SLS est le premier avion d’aviation générale certifié avec un équipement de secours destiné à le ramener au sol avec ses occupants en toute sécurité. Pour Phil Straub, directeur générale de la division aviation de Garmin la certification de l’Autoland par la FAA est toute simplement « un jour de fête pour toute l’industrie aéronautique » et d’ajouter que selon lui que l’Autoland « devrait être un équipement standard sur les avions de l’aviation générale ». Il pourrait le devenir rapidement pour les modèles haut de gamme. Cet équipement constitue en effet une grande avancée en matière de sécurité.

En cas d’urgence, le pilote ou les passagers à bord de l’avion peuvent activer Autoland pour faire atterrir l’avion par une simple pression sur un bouton dédié. Autoland peut également s’activer automatiquement si le système le juge nécessaire. Une fois activé, le système calcule un plan de vol vers l’aéroport le plus approprié, tout en évitant le relief et le mauvais temps, initie une approche sur la piste et fait atterrir automatiquement l’avion – sans intervention du pilote ou des passagers.

Autoland tient compte d’un large éventail d’informations et de critères lors d’une activation, y compris un grand nombre de facteurs liés aux performances, à l’exploitation et à l’environnement. La disponibilité d’une approche GPS avec guidage latéral et vertical vers la piste est également requise lorsque le système envisage différents aéroports et pistes. En outre, le système communiquera automatiquement avec le contrôle du trafic aérien (ATC), informant les contrôleurs et les pilotes opérant à proximité de l’avion de sa position et de ses intentions.

Le monoturbopropulseur M600 de Piper, premier avion certifié avec le système de secours Autoland de Garmin. © Piper Aircraft

Tout au long d’une activation Autoland, le poste de pilotage intégré du G3000 fournit des communications visuelles et verbales centrées sur les passagers, dans un langage simple, afin que les passagers de l’avion sachent à quoi s’attendre. Les écrans de vol indiquent la position de l’avion sur une carte, ainsi que des informations telles que l’aéroport de destination, l’heure d’arrivée prévue, la distance jusqu’à l’aéroport de destination et le carburant restant. La vitesse, l’altitude et le cap de l’avion sont également indiqués dans un format facile à comprendre. Les passagers ont également la possibilité de communiquer avec l’ATC en suivant des instructions simples sur l’écran, grâce à l’interface tactile du poste de pilotage.

Daher va proposer l’autoland sur le TBM940

SOS TBM940

Le système Garmin Autothrottle est utilisé pour gérer automatiquement la vitesse de l’avion, les performances du moteur et la puissance du moteur afin que l’avion puisse monter, descendre ou maintenir son altitude selon les besoins lors d’une activation Autoland. Lors de l’approche à l’atterrissage, le système amorce une descente contrôlée vers l’aéroport. Si l’avion a besoin de plus de temps pour descendre ou ralentir pendant l’approche, le système Autoland lance une procédure d’attente standard. Lorsque l’avion est aligné avec la piste, le train d’atterrissage et les volets sont automatiquement sortis et l’avion continue sa descente. Sur la piste, le freinage automatique est appliqué tout en suivant l’axe de la piste pour immobiliser l’avion. L’arrêt des moteurs est également automatisé afin que les occupants puissent sortir de l’avion en toute sécurité.

À tout moment, un pilote peut facilement désactiver une activation Autoland. Une simple pression sur la touche « AP » du pilote automatique ou sur le bouton de déconnexion du pilote automatique sur les commandes permet d’annuler une activation Autoland. L’écran du vol affiche un message qui confirme la désactivation d’Autoland et, en cas de désactivation accidentelle, le système indique aux passagers comment réactiver Autoland si nécessaire.

Nicolas Chabbert, des missions pour ASF à la certification du HomeSafe sur le TBM940

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

  • Tonton Volant

    « Autoland peut également s’activer automatiquement si le système le juge nécessaire. »
    Les systèmes automatiques qui se déclenchent tout seuls (et peut-être de manière intempestive), en dehors de la volonté du pilote, ça craint ! On a connu des cas de gros problèmes — l’accident du Lac de Constance en était la conséquence indirecte.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_a%C3%A9rien_d%27%C3%9Cberlingen

  • Rouviere

    « Autoland peut également s’activer automatiquement si le système le juge nécessaire. »
    Si l’ordre est envoyé au système, depuis l’extérieur de l’avion, pourquoi pas après tout?, alors il serait possible de prendre le contrôle de l’avion, par un agent extérieur.
    MH370, ça vous parle?.

  • CharlyNovember

    On rejoint les avions de ligne, peut-être même en un peu plus performant.
    Mais si cette merveille technologique n’a pas de prix, elle a toutefois un coût, 2,994 millions de US$ (un peu moins en Euros !!!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.